Pour la première fois dans son histoire, bien avant tout le monde, cela a été la fin du tournoi après la phase de poules pour la sélection de l’Allemagne. Le double champion du monde avait dû faire ses valises beaucoup plus tôt que prévu et surtout jamais prévisible ! Sortir en phase de poule ! Quelle surprise, plus forte même que l’élimination en quart de finale de la Coupe du Monde 2011 en Allemagne, privant les allemands du rêve d’un triplé mondial continue jamais fait (Championne du monde en 2003 et 2007)

Quelle énorme déception après avoir été brillant finaliste dans l’EURO féminin en 2022.

Après son retour de l’Australie la sélectionneuse, Martina Voss-Tecklenburg, n’a pas, pour des raisons de santé, pu s’occuper de la sélection.

Pour les deux premiers matchs dans la Women’s Nations Legaue, Britta Carlson, son adjointe a été responsable (Denmark – Allemagne 2 – 0 et Allemagne – Iceland 4 : 0). Ensuite, le DFB a confié l’intérim à M. Horst Hrubesch, déjà sélectionneur intérimaire en 2018.

Il a pu conserver la possibilité de l’Allemagne de se qualifier pour les Jeux Olympiques. Avec lui comme sélectionneur, elles ont gagné contre l’Islandz, le Pays de Galles et le Danemark. Seulement le match à l’extérieur contre le Pays de Galles finissait sans un seul but allemand !

Première de groupe, elles ont maintenant l’occasion de se qualifier par une victoire contre la France vendredi 23 février. Et même si elles sont battues par la France, elles peuvent encore arracher un ticket pour le JO dans le match de la troisième place des Final Fours.

Maintenant l’espoir de rétablir la réputation de la sélection féminine repose sur un homme qui a 72 ans, M. Horst Hrubesch, ancien attaquant à la tête ravageuse et entraîneur de sélections masculins du DFB – le sauveur ? Quelques joueuses actuelles l’ont déjà connu dans la phase de transition entre Steffi Jones et Martina Voss-Tecklenburg en 2018. La capitaine Alexandra Popp, comme lui une joueuse qui « gagne » avec la tête :«Horst nous donne un très bon sentiment, pour lui chacune et chacun est important, toutes les joueuses ainsi que chaque personne dans le staff.»

La philosophie et la tactique de Horst Hrubesch avec ses propres mots est simple : «Il est nécessaire de redonner de la confiance aux joueuses … nous devons jouer plus vite avec moins de contacts, pas trop construire le jeu, mais jouer des passes longues en avant … Le foot est simple, il faut marquer des buts et empêcher que l’adversaire marque … »

Après avoir nommé les joueuses pour les matchs des FINALS FOURS, Horst Hrubesch, dans la conférence de presse, a dit par rapport à la France:

«Le match contre la France est un match 50:50. Nous devons être présents à 100 %. Nous savons bien ce qui nous attend. Les joueuses françaises sont très fortes physiquement et techniquement, mais elles ont des problèmes dans les moment de passer de la défense à l’attaque. Avec Wendie Renard il leur manque une joueuses très importante, elles sont obligées d’y réagir. Il est superflu d’en discuter, c’est un équipe très forte.»

Gerd Weidemann avec William Commegrain pour lesféminines.fr