Les deux oppositions françaises, en dehors de l’impact émotionnel que les résultats pourraient donner, vont donner un sens au mot « domicile » ou « extérieur ».

Le Paris Saint Germain à domicile.

Manchester United a réalisé un match nul à domicile (1-1) face au Paris Saint Germain en égalisant par l’ex-lyonnaise, Melvine Malard, à la 70′ quand la nouvelle recrue parisienne, Tabitha Chawinga, un peu plus de quinze jours après son entrée dans le jeu parisien, avait ouvert la marque sur un contre solo à la 54′.

Au retour, si le Paris Saint Germain se qualifie, les joueuses donneront corps à la demande du nouveau coach parisien, Jocelyn Précheur, appelant le Parc des Princes à se garnir d’une affluence et de supporters.

Donnant du sens à cette nouvelle notion de « domicile » et « d’extérieur » quand auparavant, les différences étaient si conséquentes entre les équipes européennes et celles qui découvraient la Women’s Champions League qu’il fallait attendre les demi-finales de la compétition pour que le doute puisse intervenir.

Là, au second Tour, pour entrer dans les phases de groupe, au PSG, la question se pose.

Le Paris FC à l’extérieur

De son côté le Paris FC, accroché à domicile (3-3), sans réel parcours européen, cherchera à créer la surprise en allant gagner à Wolfsburg, double champion d’Europe et quatre fois finalistes depuis la saison 2015.

Là encore, après avoir mené plusieurs fois dans la rencontre aller, le résultat a montré une homogénéité qui n’existait pas dans le passé à ce niveau de qualification, et la question de gagner à l’extérieur se pose comme une réelle performance si l’aventure leur était favorable.

Même si en Allemagne, pour un stade acceptant 5.000 fans, ils n’attendent que 3.500 spectateurs pour cette rencontre.

Son coach, Tommy Stroot, est plutôt dans l’analyse du jeu parisien en citant, en conférence de presse, la vitesse du Paris FC dans ses attaques. Au micro de Gerd Weidemann, le coach analysait les joueuses de Sandrine Soubeyrand, « elles se dirigent vite vers le but avec une grande détermination. Les empêcher dans ces moments est définitivement une grand tâche pour notre défense. » D’autant que la gardienne internationale, Merle Frohms, est forfait.

Ouvrant même le risque, un peu plus en amont : « Il est aussi important pour nous d’agir dès le moment que Paris prend le ballon et construit son jeu ».

Se donner une identité à la maison

Quand les équipes sont assez proches, tout en restant avec leurs forces ; le public, son stade, le stéréotype du match à domicile ou à l’extérieur, abandonné depuis peu dans le football masculin mais au cœur de l’émotion pendant plus de cinquante ans, a-t-il une réalité dans le nouveau football féminin ?

Et si oui, n’est -il pas le projet des nouveaux clubs à se créer une identité quand elle est si forte dans le football masculin !

William Commegrain Lesféminines.fr

Matche ce mercredi :

Mercredi 18 octobre
Vorskla – Roma (14h30, aller 0-3)
Universitatea Olimpia Cluj – Sparta Prague (17 heures, 0-5)
Rosengård – Spartak Subotica (18 heures, 2-1)
Sparta Prague – Eintracht Francfort (18h30, 0-5)
Wolfsburg – Paris FC (18h45, 3-3)
Ajax – Zurich (19 heures, 6-0)
St. Pölten – Valur (19 heures, 4-0)
Brann – Glasgow City (19 heures, 4-0)
Twente – Häcken (19 heures, 2-2)
Vålerenga – Real Madrid (19h30, 1-2)
Paris Saint-Germain – Manchester United (20 heures, 1-1)
Benfica – Apollon (20h30, 7-0)