Hope Solo va jouer sa 199è sélection face à la France. C’est la gardienne la plus capée au Monde et de l’histoire des Etats-Unis. Elle a pourtant démarré comme attaquante. Sa première apparition remonte au 5 avril 2000 face à l’Islande. 16 ans déjà. Et comme souvent avec les Etats-Unis, elle a signé un “shutout” ou une “cleansheet” suivant sur quel continent on doit la commenter. C’est la seule gardienne au Monde à avoir pu présenter récemment une 100è cleansheet dans sa carrière ! Cela situe le niveau de l’équipe américaine. Cela situe le niveau de la gardienne américaine.

C’est une star de 35 ans qui a un caractère incroyable qui lui a valu lors du dernier stage de préparation du Mondial 2015 d’être exclue, par sa propre coach Jill Ellis, de la sélection pendant un mois. Pour y revenir. Sans éclat. Normal. Elle est – on dirait chez nous – volcanique.

Là voici à l’entraînement. Qui a une question à lui poser ?

Hope Solo à l'entraînement. Vous avez une question à lui poser ? Crédit ussoccer. Les feminines.fr

Hope Solo à l’entraînement. Vous avez une question à lui poser ? Crédit ussoccer. Les feminines.fr

Lors des deux dernières Coupes du Monde, elle a obtenu les Gants d’Or 2011 et 2015. C’est certainement la meilleure gardienne au monde et lorsque la France a gagné les USA sur les terres françaises de Lorient (2-0) avec un but d’Eugénie Le Sommer er de Jessica Houara d’Hommeaux, ce n’était pas elle qui gardait les buts des Etats-Unis.

Pour Elle, elle est la meilleure au monde et s’amuse à jouer avec “les réseaux sociaux” en se montrant couverte de moustiquaires pour éviter le virus Zika. Ce qui lui a valu des sifflets rares dans le football féminin lors de son match face à la Nouvelle-Zélande.

Elle s’en fiche.

Hope Solo ne se fiche pas des coups francs de la France.

Samedi, à 22 heures, elle va rencontrer la France. Elle s’en fiche moins. Et elle a raison. Non pas que la France l’inquiète, lorsque l’on est Championne du Monde et Championne Olympique, on s’inquiète dans le match. Ni avant, ni après.

Elle s’inquiète car la France vient de montrer une arme très rare en football féminin : les coups francs directs au fond des filets. A proximité de la surface de réparation.Personne au monde ne tire les coups francs directs aussi bien que les françaises depuis ces deux derniers matches. Personne.

Il y a au moins trois tireuses de coups francs et les trois le tirent totalement différemment. Cadrées. au fond des filets.

Le match ne sortira pas un résultat comme lors des Jeux Olympiques de Londres 2012 où pour le premier match, la France dans la lignée de sa victoire face au Japon en amical à Charlety (2-0) avait mené en 14′ (2-0) avec un superbe but de Gaetane Thiney et un autre de Marie Laure Delie pour se faire remonter par Alex Morgan (2), Abby Wambach, Carli Lloyd. Le score va être serré, et un coup franc direct pourrait très bien être le seul but du match, comme face au Canada (1-0).

Alors quand l’arbitre désignera un point aux alentours de la surface de réparation, que ce soit à droite (Amel Majri), au centre (Louisa Cadamuro), à gauche (Camille Abily), il va y avoir un duel avec ELLE. Un duel avec Hope SOLO et la joueuse.

Il se peut même que le public se taise. Comme pour un pénalty. Il est certain qu’en France, on ne regardera pas ce moment de la même manière. Qu’on demandera le silence. Qu’on s’énervera si quelqu’un passe devant l’écran. Les commentateurs auront le souffle court. Et on regardera. En espérant.

D’un côté la joueuse. Camille répète. Se parle. A un tel gainage, une telle technique qu’elle connait l’influence du contact du pied avec le ballon. Juste en-dessous de son axe médian avec un plat du pied tenu, et une épaule qui tourne légèrement, après l’impact, sans se dissocier du mouvement, et votre balle part fort, direct et vire à gauche réellement sans perdre un gramme de vitesse, au 2/3 de sa course.

Un impact coup de pied de la gauchère Amel Majri, comme un tir, épaules légèrement devant le ballon à l’impact, frappe fouétée, tête droite vers l’objectif et c’est un missile qui ne s’éloigne pas d’un millimètre de sa cible. Une balle. Un obus. Si c’est dedans, c’est but.

Un mauvais placement, juste un détail vu par Louisa Cadamuro, et vous verrez la lyonnaise déposer la balle exactement à l’endroit qui va permettre le but. La créativité au service de l’objectif. C’est la maturité de l’expérimentée lyonnaise avec ses 142 sélections.

Hope Solo le sait bien. Seule, ELLE, pourra arrêter ces tirs. Car les tirs seront cadrés. Puissants. Faits pour faire but.

La gardienne sur sa ligne doit protéger un espace de 7m32 de largeur pour 2m44 de hauteur. La vitesse moyenne d’un tir au but est de 120 kms/h, le record mesuré d’un tir a été de 222 kms/h (Ronny Heberson 2006).  A 120 kms/h, une balle fera 33 mètres en 1 seconde. Cela va vite.

Il faut donc anticiper. Comme pour un duel.

La gardienne avec son mur ne voit pas le geste. Elle doit le deviner. L’anticiper. Le lire. Il suffit qu’elle aperçoive une chaussette, une épaule, une couleur et elle se dira : c’est là. Dans cette direction. Si elle réagit après le mur. C’est mort. Trop tard.

Face aux françaises, ce sera trop tard. Les françaises tirent puissant et placé. Hope Solo le sait bien.

La victoire de la France, elle pourra l’empêcher. Si elle arrête les coups francs. La victoire de la France sera de sa faute. Si elle encaisse les coups francs.

Il va y avoir un duel. Un vrai. Un match de championnes. Sur un geste. Sur une décision. Sur le talent individuel pur. Celle qui sortira vainqueur aura le respect de l’autre. Dans des matches comme cela, les championnes se reconnaissent. Se respectent.

Elle n’attendent que cela. De faire des matches comme cela.

Coup franc direct devant la surface de réparation. Silence. Le talent est à l’oeuvre. Le duel commence.

William Commegrain lesfeminines.fr

Hope Solo, 35 ans. Seattle Reign. Championne Olympique 2008 et 2012. Bronze mondial 2007, Argent 2011, Or 2015. Gants d’Or Mondial 2011 et 2015.

USA France : 2ème match des Jeux Olympiques. Samedi 6 Août. 22 heures. Direct France4 et Canal+