Le finaliste de la Coupe d’Europe féminine 2018 sera donc Wolfsburg, déjà double champions (2013-2014) et finaliste 2016. Qualifiées face au leadeur du championnat anglais, Chelsea FC sur un score final conséquent (5-1), pour autant les allemands apprécient leur victoire et attendent avec intérêt leur troisième finale face à l’Olympique Lyonnais (1 victoire en 2013, 1 défaite en 2016).

Les Louves 2018 de Pernille Harder (Seconde au classement FIFA 2017) ont-elles l’espoir de faire ce qu’avaient fait celles de Nadine Kessler (vainqueur 2013, meilleure joueuse UEFA et FIFA) en empêchant la première tentative de triplé de l’Olympique Lyonnais (2011-2012) ?

Coach Stephan Lerch: Super heureux du résultat, d’avoir atteint la finale, mais aussi très, très heureux à cause de la prestation que l’équipe a montré sur le terrain dès la première minute. L’équipe était très concentrée, concentrée. Nous étions conscients que Chelsea allait tout essayer et elle a fait pression au début. Nous avions de l’espace, nous avons pensé : “mais quand est-ce que nous allons marquer un but ?”. Je pense que nous étions supérieurs, et nous avons eu une occasion de marquer, puis après une autre. Cela aurait été dommage si nous n’avions pas gagné ce match, L’équipe l’a simplement mérité. Grande performance, nous sommes très contents et fiers, nous nous réjouissons du moment et demain cela continue.

Nilla Fischer (défenseure): Dès le début nous savions que nous devions faire attention à l’attaque de Chelsea, mais nous étions bien placées défensivement. Nous étions offensives, et nous avons bien contrôlé le match. Nous voulions absolument battre Chelsea deux fois.

Ralf Kellermann : ce sera du 50-50 et les deux meilleures équipes européennes joueront la finale

Ralf Kellermann (directeur sportif, ex-coach de Wolfsburg, meilleur coach Fifa 2014) : Infiniment fier de l’équipe, bien que nous avions une avance de 3 – 1, il reste toujours des doutes. Performance souveraine de l’équipe pendant toutes les 90 minutes, très concentrée. Mérité d’avoir atteint la finale.

Stephan Lerch: Dans le stade c’était pour chaque joueuse une très bonne ambiance. On jouait dans un stade presque à guichets fermés, l’ambiance était géniale et l’équipe l’a bien remarqué. Plusieurs actions étaient saluées avec des applaudissements. Le soutien était important, merci pour ce soutien, et je pense que l’équipe l’a bien mérité.

Ralf Kellermann : C’est pour la troisième fois que nous sommes en finale contre Lyon. En 2013 nous étions grand outsider et nous avons gagné. En 2016 on était encore un peu outsider et nous avons perdu lors des tirs au but (1-1, 5 à 4). Comme l’équipe s’est développée, comme nous nous présentons, ce sera un match sur un pied d’égalité. Les chances sont partagées (50 : 50), et pour le foot féminin en Europe, c’est super que – c’est mon avis – les deux meilleures équipes de l’Europe joueront la finale.

VfL Wolfsburg: Schult – Blässe, Fischer, Goeßling, Maritz (67′ Kerschowski) – Gunnarsdottir, Popp – Hansen (72′ Jakabfi), Harder, Dickenmann – Pajor (80′ Wullaert)

Chelsea LFC: Landahl – Ericssson, Thorisdottir, Bright, Blundell – Bachmann, Mjelde, Chapman – Ji (76′ Spence), Aluko (64′ Cuthbert) – Kirby (82′)

Yellow cards: Maritz / Chapman, Bachmann

Goals: 1-0 Harder (69′), 2-0 Pajor (78′)

Attendance: 3,813 on Sunday afternoon in the AOK Stadion

Referee: Olga Zadinova (CZE)

 

William Commegrain lesfeminines.fr traduction de Gerd Weidermann.