Le Paris Saint Germain nous a montré, à la D1F, aux médias, observateurs et à l’Olympique Lyonnais que ses possibilités étaient identiques à l’année 2021. Un sévère (4-0) subit par le Paris FC au Camp des Loges, ne laissant place à aucune discussion.

Non pas que les joueuses de Sandrine Soubeyrand aient particulièrement bu la tasse. Au contraire, la rencontre a été l’occasion de s’enflammer à des initiatives individuelles de caractère intéressantes. Clara Mateo, a fait feu de tous bois devant. Incisive, rapide, physique. A croire que sous son maillot blanc, elle portait le maillot bleue qu’elle ne veut pas se voir retirer. A juste titre.

Les joueuses du Paris Fc et du Paris SG se connaissent bien

J’ai aussi beaucoup apprécié la prestation de Théa Greboval. Placée défenseur centrale côté gauche, quand d’habitude elle évolue latérale gauche.

Toujours en difficulté face au Paris Saint Germain avec la vitesse de Kadidiatou Diani. Les deux se connaissent puisque l’internationale française a joué pendant longtemps au Paris Fc. Deux caractères différents qui visiblement ne s’appréciaient pas particulièrement. Il faut dire que l’une est arrivée mention très bien au Paris Fc, une des meilleures au STAPS de Créteil, étude de kiné, violoniste de mémoire. Je l’ai vu prendre, très jeune en D1F, une rouste avec Henin-Beaumont face à Juvisy, à plus de dix buts. Ce qui ne l’a pas empêché, d’y signer puis à force de travail, d’avoir le bonheur de porter le maillot des A (1 sélection).

Amicalement Vôtre, la série télévisée qui faisait joueur ensemble deux monde totalement différents. Les “Chariots de feu” à la sauce modeste du football féminin. Vive le sport où les différences de talents se réunissent.

Kadi a eu avec difficulté son bac STMG, comme Kylian M’Bappé d’ailleurs. Le lycée de Rambouillet l’avait conservé, en raison de ses qualités footballistiques exprimées à Clairefontaine. Née à Vitry sur seine, libre dans sa cité aux briques rouges. Star du 9-4 aujourd’hui. Epanouie. Plus de soixante sélections à son palmarès.

Il y a du Danny Wilde et du Brett Sinclair dans le parcours de ces deux joueuses ; célèbres personnages d’Amicalement Vôtre. Il y a eu d’autres profils similaires avec Clara Mateo et Elise Legroux dans cette période au Paris FC.

Kadi a toujours marqué face au Paris FC, son ancien club. Elle a été la première et seule joueuse du Paris FC à faire le trajet dans ce sens. Je me suis toujours demandé s’il n’y avait pas une forme de revanche. Amicalement vôtre.

Le placement au centre de Théa, intéressant.

Je ne sais pas s’il y a eu une décision sportive dans ce choix, mais la qualité du pied gauche de Théa dans ce placement a fait merveille. Des passes assurées, ouvrant la champ du côté gauche, quand latérale, elle était obligée, pour apporter, à tenter un duel gagnant dans un couloir qui n’utilisait pas assez sa vision élargie du jeu que les études donnent à ce genre d’esprit. N’ayant pas la vitesse, elle perdait de sa qualité dont son équipe aurait pu bénéficier. Anonyme. Là, j’ai trouvé quelque chose d’intéressant. Je lui ai vu de la personnalité.

Ouvrir son pied gauche, au lieu de le fermer. Toute une philosophie de vie.

D’autant que Julie Soyer, combattante dans l’âme, a réussi à être le pendant de Kadidiatou Diani dans ses offensives. Assez proche pour limiter son danger, toujours extraordinaire quand Kadi s’engouffre à droite. Personne ne peut aller aussi vite qu’elle, balle au pied (dixit Gaetane Thiney en 2013). Alors maintenant ! Si elle n’a pas pu apporter tant que cela du côté droit -quand bien même elle marque un but- je me suis amusé à la voir interdire, à Julie Soyer, d’essayer de prendre sa chance en offensive dans son couloir. Une fois la capitaine du Paris FC s’y est essayée. Avec son expérience (35 ans), elle s’est vite aperçue qu’elle aurait un match défensif et pas offensif. Kadi lui a pris fermement la balle.

Kadi, c’est une joueuse américaine dans l’âme.

Un Paris Saint Germain réfléchit dans l’action

Sur la rencontre, il a paru évident que l’analyse faite sur le Paris FC a été excellente. C’est visiblement le travail de Bernard Mendy. On a vu le Paris Fc jouer haut, dans un piège que le Paris Saint Germain lui tendait. De l’espace qui s’agrandissait derrière et que Sakina Karchaoui, Marie-Antoinette Katoto, Kadidiatou Diani, ont pu prendre compte tenu qu’elles étaient plus rapides que leurs adversaires. Cette rapidité des championnes de France a fait la différence. Les contres ont été assassins. Plus d’une fois, on a pu voir une joueuse du Paris Fc dans l’impossibilité de rattraper une autre du Paris Saint Germain. Hormis Clara Mateo qui a fait courir des parisiennes dans l’autre sens.

Dans ce genre de matches où les deux équipes se livrent, chacune à sa chance. Le Paris FC a manqué d’efficacité dans ses opportunités (tête sur le poteau, tête extérieure, tir trop enlevé) quand le Paris Saint Germain a été chirurgical, bénéficiant des faiblesses en vitesse de la latérale droite du PFC, de l’erreur de sa gardienne et de la gentillesse de l’arbitre. Pénalty ou pas.

(4-0) sans souci mais bizarre cette main féminine qui soulève le short d’une joueuse ?

Une gentillesse qui n’a pas dû plaire à l’équipe du Paris FC. Nul doute que des mots ont été lâchés dans les vestiaires à la mi-temps. Ce qui nous a fait voir quelque chose de rare. Une arbitre de ligne qui soulève le short d’une joueuse entrante pour lui refuser l’accès. En application d’un règlement vengeur à l’évidence. Heureusement que la touche n’ait pas été tenue par un homme. Là, le gars, il aurait du avoir du courage dans ce monde où les filles sont reines et rois !

Le Paris Saint Germain se colle à l’Olympique Lyonnais sans que le Paris Fc puisse le contester. On devrait avoir un duo en tête du championnat. Le Paris FC devra faire un beau championnat dans une D1FArkema qui va de vagues en vagues. Très incertaines. Saint-Etienne qui en passe quatre à Dijon à l’extérieur. Montpellier un coup gagnant, un coup perdant. Soyaux qui perd sur fil face à Fleury ou Fleury qui l’emporte sur une respiration. Et Bordeaux qui se relance face à Issy.

Le 3e aura mérité sa place, c’est sûr.

Quant aux deux premiers, les appétits s’aiguisent en mangeant. Le jour du repas, dans ces deux duels qui les attendent, il va y avoir des larmes et de la joie. Emotions intenses. Haut niveau attendu. Proche de celui d’une finale européenne.

Là, en France.

Arrêtez de vanter mécaniquement l’étranger. Regardez ces deux équipes, il y a vraiment du niveau avec le PSG et l’OL.

William Commegrain Lesfeminines.fr

  • Dimanche 26 septembre 2021 (4e journée)
    • PSG-Paris FC 4-0 : Katoto 18′, 26′, Diani 43′, Däbritz 59′
  • Samedi 25 septembre 2021 (4e journée)
    • Reims-Montpellier 1-4 : Bussy 19′ ; Puntigam 18′, 84′, Petermann 27′, 31′
    • Dijon-Saint-Étienne 0-4 : Okoronkwo 4′, 25′, Caputo 52′, Chaumette 83′
    • Issy-Bordeaux 0-1 : Gomes 37′
    • Fleury-Soyaux 1-0 : Karczewska 39′
  • Vendredi 24 septembre 2021 (4e journée)
    • Lyon-Guingamp 4-0 : Malard 3′, Buchanan 48′, Laurent 72′, van de Donk 86′
Classement Equipes Played Gagné Perdu Nuls Points Pour Contre Forme actuelle
1 LyonLyon 6 6 0 0 18 28 1 WWWWW
2 Paris SGParis SG 6 6 0 0 18 20 0 WWWWW
3 Paris FCParis FC 6 5 1 0 15 15 7 WWLWW
4 FleuryFleury 6 3 3 0 9 5 9 LWWWL
5 DijonDijon 6 3 3 0 9 6 13 WLLWW
6 BordeauxBordeaux 6 2 3 1 7 12 12 WLWLL
7 ReimsReims 6 2 3 1 7 9 13 DLLWW
8 MontpellierMontpellier 6 2 4 0 6 8 12 LLWLL
9 GuingampGuingamp 6 1 3 2 5 4 16 DWLLD
10 Issy FFIssy FF 6 1 4 1 4 3 9 LWLLD
11 Saint-EtienneSaint-Etienne 6 1 4 1 4 6 13 LLWLL
12 SoyauxSoyaux 6 1 5 0 3 4 15 LLLLL