Il y a comme un Printemps qui annonce l’Eté en prenant connaissance de la sélection de Jean-François Niemezcki. Une liste qui comprenait habituellement des joueuse de 25-26 ans et plus, qui trouvaient là, l’occasion de porter le maillot Bleues et de partir en “campagne” à l’étranger.

Un voyage qu’elles ne faisaient pas avec leur club, dans une D1F féminine où les deux équipes européennes sont connues à l’avance (Lyon, PSG et Montpellier). Un air de vacances et le sentiment de vivre quelque chose d’exceptionnel. Les Bleues B qui se déplacent, avec le budget d’une FFF, étaient loin des étapes Formule 1. Plus près de 4 étoiles, avec une marseillaise en cadeau.

Aujourd’hui, l’Equipe sélectionnée par le coach des B vient tout juste de sortir des U20. Elle a un vent de jeunesse et va représenter la France au Tournoi de la Manga, réservée au moins de 23 ans. Certaines sélections ayant une équipe U23 (USA), dernière possibilité de porter leur maillot national avant de tenter sa chance à l’échelon supérieur, d’autres constituant exceptionnellement une sélection sur cette tranche d’âge.

Officiellement, certainement la raison de l’absence de plus âgées, mais peut-être aussi un choix hiérarchique voulu par Corinne Diacre, adepte que chaque joueuse passe par les équipes prévues à chaque classe d’âge.

L’Equipe de France B, transformée en U23, représente l’avenir des Bleues pour la période 2020-2025. Il peut y avoir une belle cohésion et de la performance à chercher. Les résultats des ces Bleues sera intéressant à suivre, notamment pour le poste de gardienne qui manque de concurrence au niveau supérieur avec une Sarah Bouhaddi (33 ans) qui, à défaut, est prête à faire une carrière à la Buffon (40 ans).

A regarder pour en savoir en peu plus, le résultat de Morgane Nicoli. Jeune qui évolue à Lille (relégable à quatre journées de la fin) et qui pourrait recevoir des propositions si elle ne trouve pas une place à Montpellier. Au milieu que pourrait l’association entre les 3 ex-parisiennes Sana Daoudi, Anissa Lahmari et Perle Morroni ? Tout en voyant l’impact des autres, à découvrir sous le maillot national.

Devant que peut réussir Kelly Gago (Saint Etienne, D2F) et Léa Khelifi (Fc Metz). Meilleure buteuse de D2F et une joueuse messine au toucher de balle dans un football féminin qui devient de plus en plus athlétique.

Rassemblées le 2 avril, un beau programme attend les Bleuettes. Les Françaises seront d’abord opposées à l’Angleterre, le vendredi 5 avril (15h00). Elles affronteront ensuite les États-Unis, le dimanche 7 avril (12h00), avant de terminer face à la Norvège, le mardi 9 avril (18h00).

Gardiennes
Mylène Chavas (Dijon FCOF)
Maryne Gignoux-Soulier (FC Fleury)

Défenseures
Estelle Cascarino (Paris FC)
Hawa Cissoko (ASJ Soyaux)
Julie Marichaud (O. Lyonnais)
Morgane Nicoli (Lille OSC)
Marion Romanelli (Montpellier HSC)
Julie Thibaud (FCG Bordeaux)

Milieux
Maureen Bigot (FC Metz)
Sana Daoudi (EA Guingamp)
Anissa Lahmari (ASJ Soyaux)
Perle Morroni (Paris Saint-Germain)
Ella Palis (EA Guingamp)
Justine Rougemont (FC Metz)

Attaquantes
Louise Fleury (EA Guingamp)
Kelly Gago (AS Saint-Etienne)
Marie-Antoinette Katoto (Paris Saint-Germain)
Léa Khelifi (FC Metz)
Marie-Charlotte Léger (FC Fleury)
Clara Matéo (Paris FC)

(sélection, source footofeminin).

William Commegrain lesfeminines.fr