Pour leur première européenne sous les couleurs du Paris FC, les joueuses de Sandrine Soubeyrand pouvaient espérer un meilleur tirage que ce que le sort leur avaient deja consacré, aux tours préliminaires : Arsenal avec ses internationales anglaises, championne d’Europe et vice-championnes du monde et le Vfl Wolfsburg, double championne d’europe dans le passé récent (2013 et 2014) et vice-championne d’europe dans un présent avec quatre fois finalistes dont celle de 2023, la dernière édition.

Visiblement le tirage s’égrène au centre d’entraînement du club parisien avec les joueuses, tranquillement assises sur un canapé, fauteuils et tutti quanti.

Chelsea Ladies mène le groupe. L’équipe anglaise se morfond entre les livres sterling que la section puise dans un compte commun avec celui des hommes hyper garni et n’arrive toujours pas à acheter ce qu’elles viennent chercher depuis plusieurs saisons : un titre de championne d’Europe.

Venues jeunes millionnaires, pour maintenant avoir, de façon certaine, un « voiturier » qui leur ouvre grande, la porte de la Women’s Champions League, à chaque apparition sur le tapis rouge de la possible consécration.

Voila pour la premiere eauipe de ce groupe. Des moyens mais que des espoirs.

En second tirage, il y a la même capacite financière : le Real Madrid. Parti d’un club coincé au fin fond de la pampa des seize équipes qui forment le championnat espagnol pour être absorbée, au lendemain du Mondial francais en 2019, aussi facilement qu’avec une paille, dans la gueule madrilène des maillots blancs, et esperer devenir, un ton en moins que les anglaises, le Real Madrid féminin comme l’est celui masculin.

Le Paris FC, en cours de progression, face a des stades qui touchent les vingt mille spectateurs au bas mot, un soir d’hiver, quand le vent de Charlety glace au mieux, six mille spectateurs, les soirs de fêtes.

Il y a plus qu’un monde entre le Paris FC et ses deux géants du monde masculin, à l’ambition féminine assez déterminée.

Et les filles du Paris FC se « marrent ».

Pas même un oeil sur le troisième BK Hacken, club suédois dont elles ont gouté aux terrains puisque le premier tour de cette saison européenne s’est joué dans le Nord européen.

Elles pourraient discuter sur les deux fois trois points à prendre face aux suédoises.

Que nenni, elle sont un peu folles. Elles n’ont d’yeux que pour Chelsea Ladies et le Real Madrid.

A l’evidence, le parcours europeen du Paris FC est une histoire a part.

Pour celles dont la chance ou/et le talent les mettront sur la liste potentielles des dix-huit des Jeux Olympiques ; il faudra qu’elles savent que pour les autres, l’aventure europeenne sont leurs Jeux Olympiques,

A cette condition, dont l’Olympique Lyonnais a su demontrer la force avec huit titres europeens quand la nation francaise n’en prenait aucun, le Paris FC europeen est redoutable.

Il a les joueuses, le mental et la coach qui vont bien.

D’autres equipes l’ont fait avant elles. Nouvelles en WCL et titrees a la fin. Wolfsburg en 2013 face a l’OL.

William Commegrain Lesfeminines.fr

Les groupes

Groupe A :

  • Rosengard
  • Barcelona
  • Benfica
  • Entreicht Frankfurt

Groupe B :

  • Slavia Praha
  • Olympique Lyonnais
  • St Polten
  • Brann

Groupe C :

  • Ajax
  • Roma
  • Bayern
  • Paris Saint Germain

Groupe D :

  • Paris FC
  • Chelsea
  • Real Madrid
  • Hacken