Le Paris Saint Germain a pris le meilleur sur l’OL mais n’a rien pu faire contre le Ciel !

Les quinze premières minutes seront lyonnaises sans pour autant que les habituées du titre ne puissent pour autant accélérer. Amel Majri s’impose sur Formiga (2′) mais dans les trois minutes suivantes, Lucy Bronze et Buchanan, deux expérimentées internationales anglaises et canadiennes, perdent le ballon sur deux mauvaises passes ! Pourtant Ada Hegerberg réussit un passement de jambes qui pourrait laisser penser à la puissance lyonnaise, mais le ballon centré par Amandine Henry rencontre le tacle de Grace Geyoro impériale au centre de la défense, pour couvrir les soucis parisiens.

Le Paris Saint Germain entre trop souvent dans la surface lyonnaise pour qu’il n’y ait pas de danger.

A ce jeu, Paris commence à pénétrer dans la surface lyonnaise dès la 12′. C’est très tôt face à cette équipe et Marie Antoinette Katoto n’a pas peur de s’imposer contre Lucy Bronze, en sortant un premier tir contré. C’est ensuite Kadidiatou Diani qui passe du côté droit, face à Selma Bacha comme contre Amel Majri, descendue d’un cran avec la rentrée de Shanice Van de Sanden (23′).

Entretemps, Diani aura donné un super centre ras de terre à Marie Laure Delie que Peyraud Magnin, remplaçante de Sarah Bouhaddi, opérée, ira chercher pleine mains (15′). L’ex gardienne de l’OM ne pourra rien sur le second centre de Diani, que Marie-Antoinette Katoto récupérera sur le tacle d’Amandine Henry pour un superbe sombrero qui finira par une demi-volée au fond des filets (16′, 1-0). L’exploit est énorme, l’Olympique Lyonnais est mené pour la première fois lors du dernier match de la saison.

La jeune internationale U20 continuera son concert sur un superbe extérieur que Marie-Laure Delie ne pourra récupérer.

Du côté des filles de Reynald Pedros, malgré l’entrée de la néerlandaise qui avait assurée la victoire lors de la finale de la Women’s Champions League 2018 face à Wolfsburg, les lyonnaises n’arrivent pas à jouer en équipe et les initiatives individuelles sont bien coupées par Formiga, Diallo, Perisset, Lawrence et Geyoro.

Il faudra attendre la 37′ pour un premier jeu d’équipe qui finira par un tir d’Amandine Henry, cadré mais sans inquiétude pour la parisienne Endler, auteure d’une rencontre tout en sérénité et sécurité. Dzsenifer Marozsan, sans ballon, ne pourra tirer son épingle du jeu qu’à la 45′ avec une balle piquée qui s’échappera au contrôle d’Eugènie Le Sommer.

A la mi-temps, Reynald Pedros, inquiet du jeu imparfait de son équipe et sans réelle occasion, jouera sa seconde carte offensive en faisant entrer Delphine Cascarino, jeune attaquante à la place de Saki Kumagaï (46′), milieu de terrain.

Le Ciel se met à gronder

Le temps pluvieux passe à l’orage et Florence Guillemin est obligée d’arrêter le match en raison des éclairs innombrables qui passent dans le ciel strasbourgeois (59′).

L’arbitre décide au bout des 45′ de rigueur de reprendre le match, après une réunion de commission où était intervenu Noël Le Graet qui provoque le refus de Reynald Pedros et l’intervention de Jean-Michel Aulas de ne pas faire sortir leurs joueuses. Wendie Renard et Camille Abily examinent le terrain et quelques minutes après, le Président de la fédération confirme aux journalistes que les joueuses reprendront le match. Amandine Henry précisant que les lyonnaises voulaient montrer qu’elles n’avaient pas l’intention de se défiler sur cette rencontre. 

Cinq minutes pour se remettre dans le bain donc, plutôt que d’attendre 48h de récupération, et le match reprend.

Les téléspectateurs, au coeur de cette première, ayant tous la phrase de Florence Guillemin à l’attention des deux responsables lyonnais : “Mr Aulas, Mr Pedros, ne m’agressez pas !” face aux arguments lyonnais. Bernard Mendy précisant : “nous on est dans le match”.

Lyon commence à jouer en équipe, remontée par cette situation et consciente que la Coupe est à prendre. Cascarino et Lucy Bronze s’essayent sur les côtés, mais les parisiennes ne reculent pas et Kadidiatou Diani s’emploie comme jamais en récupération comme en contre.

Le temps s’écoule en faveur du Paris Saint Germain et les ballons longs de l’OL, mal ajustés ne donnent rien. C’est même Marie-laure Delie qui tentera un tir de loin excentré (66′) auquel Dzsenifer Marozsan, trop timide dans la rencontre, répondra par le deuxième tir cadré de l’OL (70′).

La pression de la colère lyonnaise s’estompe. Les conditions rendent le jeu difficile et le PSG ne recule pas d’un centimètre, ni sur le terrain, ni dans la tête. Marie-Antoinette Katoto fera trembler l’OL quand Delphine Cascarino s’essayera sur un corner à la rémoise (83′). Extérieur. Puis soudain, le soulagement pour les troupes de Reynald Pedros avec la sortie, sur blessure de la seconde buteuse du championnat (86′) et l’inquiétude pour Gilles Eyquem, le sélectionneur des U20, en préparation de la Coupe du Monde bretonne (Août 2018).

L’Olympique Lyonnais bute toujours sur un Paris Saint Germain au coeur incroyable, bien plus présent sur les seconds ballons, avec Christiane Endler qui sort un dernier tir de Shanice Van de Sanden (90′) !

Le PSG crée l’exploit, c’est évident quand dans la dernière minute de jeu (93′) Florence Guillemin refuse un but qui parait valable d’Ada Hegerberg, qui égalisait à la dernière minute ! Un rideau qui tombe sur le bonheur parisien pour dans la seconde suivante, se relever. Rien n’aura donc été en faveur de l’OL.

Au coup de sifflet de l’arbitre, le constat s’impose. C’est la fin de la série de victoires de l’Olympique Lyonnais en Coupe de France sur un doute final qui restera sur ce match mais ne remettra pas en question la qualité de la prestation parisienne qui réalise l’exploit ! Un beau cadeau de Bernard Mendy à Laure Boulleau et un beau parcours du PSG de Patrice Lair.

Après 2010, le Paris Saint Germain gagne son second trophée. Amandine Henry, au micro de France TV résumera bien la rencontre : “un scénario catastrophique, on n’a pas été à la hauteur !”. Irène Paredes, tout à la joie d’un titre qui vaut de l’Or : “ce n’était pas facile, mais on a été très costaud jusqu’à la fin. Je suis très heureuse !”.

Le Paris Saint Germain gagne la Coupe de France 2018 en s’opposant à l’OL. Une sacré performance.

William Commegrain lesfeminines.fr

Finale de Coupe de France 2018. Paris Saint Germain (1-0) Olympique Lyonnais. 12.400 spectateurs. La Meinau à Strasbourg. Arbitre : Florence Guillemin. Assistantes : Soriano Camille, Bagrowski Céline. Cartons jaunes : 29′ Delie, 80′ Edler, 90′ Diani ; 40′ Le Sommer, 41′ Henry, 52′ Van de Sanden, 93′ M’Bock.

But : Marie-Antoinette Katoto vient au contact pour récupérer un ballon dans la surface contre Amandine Henry. Elle bénéficie du contre, fait un sombrero sur la capitaine de l’Equipe de France pour finir par une demi-volée du gauche qui entre (1-0).

Paris Saint Germain : Endler – Perisset, Erike, Paredes, Lawrence – Diallo, Formiga (cap, 77′ Hermoso), Geyoro – Diani, Delie, Katoto (86′, baltimore). Coach : Bernard Mendy. Banc : Kiedrzynek, Dudek, Boulleau, Hegerberg, Baltimore, Boussaha.

Olympique Lyonnais : Peyraud-Magnin – Bronze, Buchanan, Renard (cap), Bacha (23′ Van de Sanden)- Henry, Kumagai (46′, Cascarino), Majri (82′, M’Bock)- Le Sommer, Marozsan, Hegerberg. coach : Reynald Pedros. Banc : Bruneau, Hamraoui, Petit, Van de Sanden, Cascarino, Abily, MBock.