En février 2021 pour le second Tournoi de France, Corinne Diacre avait appelé 27 joueuses par mesure de sécurité quand la règle en demande 23. La jeune JEAN-FRANCOIS (Paris FC), venue découvrir le groupe France en 2020 à la suite de la non-sélection d’Amandine Henry en était repartie pour cause de forfait, accompagnée de Julie Dufour (Girondins de Bordeaux), appelée pour la première fois au plus haut niveau.

Il faut croire que la jeune attaquante bordelaise redouble de malchance puisque, rappelée lors de la session suivante ; voilà qu’une blessure au mollet gauche l’oblige à retourner en Aquitaine. Une sortie à la 46′ lors de la rencontre face à GPSO Issy 92 n’a pas permis d’annoncer autre chose.

Une jeune joueuse dont on ne peut pas dire qu’elle a été surmenée tout au long de la saison, ne jouant que deux rencontres à 90′ sur les 12 de son parcours 2020-21.

Une sélection casse-tête ! 

Les actualités du football féminin ne savent plus annoncer autre chose que des forfaits ! Après le Paris SG touchée au Covid début mars (12 mars 2021), le Paris Fc a emboité le pas pour qu’une explosion se constate à l’Olympique Lyonnais, avec un 15e cas de COVID annoncée ce Lundi de Pâques.

De la liste communiquée le 1er avril 2021 par Corinne Diacre, déjà bien amputée par rapport à celle du Tournoi de France, il avait fallu sortir, en plus, Amandine Henry et Sakina Karchaoui, testée positives Samedi. Une liste longue comme un bras :

  • Clara Mateo (cas contact Paris FC)
  • Wendie Renard (Covid)
  • Amel Majri (Covid)
  • Delphine Cascarino (Covid)
  • Mylène Chavas (Dijon)
  • Charlotte Bilbault (Bordeaux blessure)
  • Sandy Toletti (Levante UD, blessure)

Face à l’impossible, Corinne Diacre est contrainte de compléter son effectif. Pour pallier ces forfaits, Corinne Diacre, la sélectionneure, a décidé d’appeler, ce Lundi, en renfort la défenseure Océane Deslandes (Stade de Reims) et l’attaquante Louise Fleury (En Avant Guingamp).

Une sélection casse-pipe ?

Des lyonnaises, il ne reste qu’Eugénie Le Sommer. Une seule lyonnaise dans une sélection française, cela n’a dû jamais arriver depuis 2007, premier sacre des fenottes en championnat de France. Soit 15 saisons quand même. Face à l’Angleterre (5e FIFA) et aux USA (leader mondial) ; il y a de quoi s’interroger sur les deux résultats à venir. Regardons dans le détail.

Au niveau gardienne, Pauline Peyraud-Magnin a été désignée numéro 1. Elle n’est pas titulaire à l’Atletico Madrid (7e de la prima Iberdrola).

En défense, Marion Torrent avec 31 sélections fait figure de leader tout en sachant que la capitaine de Montpellier se trouve à la 6e place du classement de la D1FArkema. Pour ses coéquipières, Aissatou Tounkara (Atletico Madrid) et Eve Perisset (Bordeaux) touchent un ciel pas très haut avec un peu plus de 20 sélections quand tous les autres découvrent le haut niveau : Estelle Cascarino (Bordeaux, 5 sél.), Elisa De Almeida (Montpellier, 8 sél.), Perle Morroni (Paris SG, 7 sél), Julie Thibaud (Bordeaux, 0 sélections), Grace Kazadi (Atletico Madrid, 0 sél.), Océane Deslandes (Reims, 0 sél.). Une défense très jeune, mais une défense battante qui a confiance.

Au milieu, Grace Geyoro à 23 ans (Paris SG) est la plus expérimentée (37 sélections). C’est vous dire la jeunesse du groupe qui affrontera deux équipes venues se challenger dans l’optique d’une future médaille olympique à Tokyo en juillet 2021. A l’opposé de l’expérience, la dynamique sera peut-être là puisque, après la milieu parisienne, leader du championnat de France et titulaire indiscutable du onze parisien, Viviane Asseyi (Bayern de Munich, 46 sélections) brille en Bundesliga (leader) mais revient de blessures. Ines Jaurena (Bordeaux, 2 sélections), à l’approche de la trentaine, tient le milieu bordelais (3e du championnat).

Ces trois-là seront entourées de Kenza Dali (31 sélections) qui sort de la zone rouge en Angleterre avec West Ham mais qui à l’habitude de planter des buts de loin avec les Bleues. Et des jeunes Ella Palis (Bordeaux, 1 sél), Lea Khelifi (Dijon, 1 sel) avec un très bon pied gauche et Oriane Jean-François (Paris Fc, 1 sel), plus physique.

Devant, Eugénie Le Sommer (174 sel), 86 buts (record des Bleues) a la capacité de jouer en milieu pour sécuriser face à des anglophones de talents. Elle sera entourée de véritables talents, en pleine expression positive : Sandy Baltimore (Paris SG, 3 sel.), Kadidiatou Diani (PSG, 62 sel.), Marie-Antoinette Katoto (PSG, 15 sel) et meilleure buteuse du championnat de France. Valérie Gauvin, (Everton, 33 sél) est une lutteuse acharnée qui finit toujours par marquer (16 buts). Louise Fleury, très rapide, (EA Guingamp, 0 sel) pourrait surprendre.

Je ne suis pas certain que la sélection de Corinne Diacre soit si “casse-pipe” que cela. Il y a du talent et de la confiance dans ces onze potentiels.

Peut-être qu’elles vont avoir envie de créer leur Histoire.

Qui sait ! Il faudrait juste arrêter d’être “casse-coui****” avec les Bleues et la sélectionneuse.

William Commegrain Lesfeminines.fr