FRANCE-NORVEGE. 11 juillet 2017. 2ème match préparatoire à l’Euro. Direct CStar. Les dés se lancent ce soir pour les 23 de la liste d’Olivier Echouafni qui a dû retirer Amel Majri (OL, entorse de la cheville) pour y substituer l’ex-guingampaise Clarisse le Bihan, devenue Montpelliéraine la saison dernière. La composition de l’équipe de France qui s’alignera pour entonner la Marseillaise à Sedan sera très proche de celle qui devrait débuter l’Euro, le 18 Juillet 2017 face à l’Islande, avec l’obligation impérative de remporter ce premier match d’une poule de quatre (France, Autriche, Islande, Suisse).

Qui à gauche dans une défense à quatre ou alors une défense à trois.

Si dans les buts, la place de Sarah Bouhaddi est certaine (OL, 31 ans, 119 sélections, 3è euro) comme dans la plus grande partie de la défense, avec Jessica Houara d’Hommeaux (Ol, 29 ans, 59 sélections), Laura Georges (PSG, 32 ans, 178 sélections) dont on peut penser qu’elle sera supplée par Griedge M’Bock (OL, 22 ans, 29 sélections) sur la durée de la compétition (6 matches) et la capitaine de l’équipe de France depuis Septembre 2013, Wendie Renard (Ol, 26 ans, 90 sélections) ; la place à gauche est encore incertaine.

Eve Perisset (22, ans PSG, 7 sélections) peut dans la lignée de ce qu’elle fait au PSG jouer à gauche dans un style assez proche d’Amel Majri mais dont la qualité première au niveau international serait celle de Laure Boulleau : intraitable défensivement. Olivier Echouafni peut choisir une pure gauchère avec Sakina Karchaoui, (Montpellier, 21 ans, 11 sélections) à l’esprit et aux qualités aussi offensives qu’Amel Majri mais qui n’apporte pas encore toutes les garanties défensives comme cela peut avoir été reproché à la lyonnaise blessée ou tenter une troisième voie, dans un alignement à quatre, avec Aissatou Tounkara (Paris FC, 3 sélections, 22 ans), qui possède un plat du pied de 25 à 30 mètres unique en football féminin et l’inconvénient, comme Griedge M’Bock, de ne pas monter pour créer des brèches en jeu court.

Si Olivier Echouafni veut s’exonérer de questions sur son côté gauche : il construit une défense à trois.

La bataille du milieu entre personnes qui se connaissent

C’est une bataille d’anciennes et à part Grace Geyoro (PSG, 20 ans, 4 sélections), les titulaires potentielles sont toutes centenaires et pourraient conjuguer le “Avant” mais n’ont qu’une seule envie, c’est de parler au présent.

Amandine Henry (Portland, 27 ans, 60 sélections), guest star française qui ne m’étonnerait pas en prenant la nationalité américaine, s’impose. Normalement, elle devrait être accompagnée par Camille Abily (Ol, 32 ans, 178 sélections) et Elise Bussaglia (Barcelone, 31 ans, 171 sélections). Seulement, la prestation de Gaetane Thiney (Paris Fc, 31 ans, 137 sélections) face à la Belgique laisse à penser que la troyenne a montré des qualités de créativité et d’offensives que les autres n’ont pas dans leur patrimoine. Elle a joué sa carte comme une jeune de 20 ans.

Autour, et ce n’est pas leur faire injure que de ne pas les considérer comme titulaires, on trouve Sandie Toletti, (bientôt 22 ans, Montpellier, 12 sélections), Clarisse Le Bihan (Montpellier, 22 ans, 12 sélections) et Claire Lavogez (22 ans, OL, 32 sélections) qui ne sont pas encore arrivées à prendre la place de ces joueuses porteuses de l’Histoire de l’équipe de France.

La présentation est faite dans un 442. Dans un 433, en fonction de l’adversaire, cela devrait être Elise Bussaglia ou Grace Geyoro.

Devant, qui finit s’impose !

Dans un 442, le duo classique est Eugènie Le Sommer (28 ans OL, 136 sélections, 60 buts) et Marie-Laure Delie (29 ans, PSG, 116 sélections, 65 buts). La parisienne pourrait très bien être supplée par Gaetane Thiney (55 buts) qui serait pas loin du niveau de ses concurrentes si elle avait connu les sélections en 2016.

Dans un 433, Kadidiatou Diani s’impose sur le côté droit (22 ans, Paris FC, 24 sélections) mais peut subir la concurrence d’une Elodie Thomis (30 ans, Ol, 138 sélections, 32 buts). Eugènie Le Sommer prenant le côté gauche. Camille Catala (26 ans, Paris FC, 28 sélections, 3 buts) semblant plus en retrait.

Le problème de l’Equipe de France peut être ponctuellement la défense (prendre un but) mais il est surtout dans la finition offensive comme dans le mental, notamment lors de l’épreuve des tirs aux buts.

Comment faire pour marquer sans changer de tactique ? Cela peut passer par un 4-2-3-1. Avec qui en pointe ?

Pas facile de faire une équipe avec l’envie de prendre le titre ! Il nous reste à voir la proposition d’Olivier Echouafni pour France-Norvège. On aura une bonne indication de ce qu’il désire faire : titulaires ? Tourner ?

William Commegrain lesfeminines.fr