Norvège. La compatriote d’Ada Hegerberg, Caroline Graham Hansen, 22 ans, joue au plus haut niveau depuis l’âge de 18 ans et la France a pu l’observer une première fois lors de l’opposition Fcf Juvisy-Stabaek en 2012 (0-0 ; 2-1) au stade des 1/16è de finale de la WCL joué à Bonneuil sur Marne. Elle avait seulement 18 ans, détenait les clés du jeu de son équipe,  avec cette capacité de fluidité à aller de l’avant qui lui est personnelle, et n’avait pu que constater, énervée, la supériorité des essonniennes avec un superbe but de Julie Machart.

2013/2014. De la Norvège, elle était passée en Suède en intégrant cette superbe équipe de Tyresö qui avait pris le meilleur, contre le cours du jeu, face au PSG, 1ère édition, en faisant un match nul à Charlety (0-0) mais qui déposera le bilan en fin de saison à la suite de sa finale européenne de perdue (4-3) au profit de Wolfsburg .  Janvier 2014. Comme toute bonne joueuse du Nord, elle ne concevait pas de s’investir dans le football sans avoir les degrés universitaires qui lui proposent un meilleur après-football. Elle est donc retournée à Stabaek pour une année et, diplôme en poche, a pu répondre aux sollicitations de l’étranger, surtout après une finale européenne 2013 où tout aurait dû donner aux norvégiennes le titre de l’EURO, si ce n’est qu’une certaine Nadine Angerer, capitaine allemande et gardienne de but, ne le voulait pas. Nommée par la suite meilleure joueuse du tournoi, UEFA et FIFA en 2013 après avoir arrêté deux pénalties en finale !

2014. C’est donc à Wolfsburg qu’elle va jouer sa carte sur le plan international, dans un style de jeu que l’on ne trouve pas en France. Une numéro 10 qui serait sur les côtés. Capable de perforer, centrer mais surtout d’être très dangereuse dans l’axe des buts comme dans la surface avec ce tir croisé que la française Dali faisait si bien au PSG.

Pourtant, cette excellente attaquante de 22 ans, habituée aux joutes internationales depuis 2011, championne d’Allemagne 2017 et double vainqueur de la Coupe (2016-2017) a un compte à régler avec l’Europe.

Souvent en finale pour ce jeune âge, avec la Women Champion’s League en 2016 ; vice-championne d’Europe en 2013 avec la Norvège ; “en finale” du tournoi de qualification pour les JO de Rio en mars 2016 (Suisse, Suède, Norvège, Pays-Bas) … elle ne la gagne pas !

Dans un groupe A qui est le plus relevé et dont il est impossible de sortir les deux équipes qualifiables (Danemark, Norvège, Pays-Bas et Belgique) ; la Norvège aura fort à faire et Caroline Graham Hansen, avec maintenant ses quatre années d’expériences supplémentaires, aura la possibilité de tordre le cou à ce chat noir : gagner une finale européenne.

Lesfeminines.fr Caroline Hansen, avant de venir ici au VFL Wolfsburg, vous avez évolué pour les clubs Stabæk et après Tyresö. Quelles étaient vos raisons pour évoluer à Wolfsburg?

Caroline Graham Hansen. Quand une si bonne équipe que le VFL Wolfsburg te demande si tu voudrais évoluer ici, cela éveille ton intérêt. Mais pour moi il était de la plus grande importance d’avoir l’occasion de pouvoir montrer mes capacités sur le terrain. On m’a donné de forts signes que, si je montre ce dont je suis capable lors de l’entraînement, j’aurai mes chances pour jouer. Cela m’a donné un bon sentiment. Pour moi, malgré une période avec des blessures, cela a été la bonne décision.

Lesfeminines.fr. En 2017, le VFL Wolfsburg a gagné le championnat et aussi la Coupe. En Ligue des Champions vous avez perdu contre l‘Olympique Lyonnais. Comment avez-vous vécu la saison dernière?

Caroline Graham Hansen. Je dois dire que je suis vraiment très fière que nous avons fait le doublé dans un championnat si fort avec tant d‘équipes excellentes. Il n’y a pas d’adversaires faciles dans ce championnat. Ainsi c’est génial quand tu tiens la Meisterschale (le trophée du champion) entre tes mains et c’est la même chose quand tu gagnes la Coupe. La Coupe est toujours quelque chose de spécial.

Lesfeminines.fr Quand allez-vous préparer l’Euro avec l’équipe de la Norvège?

Caroline Graham Hansen. Le camp d’entraînement pour préparer l’Euro ne commence qu’au mois de juillet, parce que le championnat en Norvège est toujours en cours. Au mois de juin nous avons un match amical contre les États-Unis (défaite 0-1 face aux USA).

Lesfeminines.fr Le 11 juillet, vous aurez le match amical contre la France. Comment voyez vous le match, les points forts et les points faibles des équipes?

Caroline Graham Hansen. Pour nous cela sera un grand test, puisque la France a des joueuses excellentes. On aura une bonne information avant le début de l’Euro. Nous devons encore développer le secteur offensif pour avoir plus de qualités et les attaquantes doivent se développer pour que nous puissions avoir du succès. Je crois que nous allons jouer un bon test contre la France, si nous jouons bien offensivement et si nos joueuses défensives essaient tout.

Tout dépend si nous arrivons à garder le ballon quand nous le possédons. Nous devons nous concentrer sur nos chances offensives, et dans ce cas, nous pourrons y arriver.

Lesfeminines.fr Est-ce que vous avez essayé d’apprendre par Elise Bussaglia, pourquoi les joueuses françaises sont si bonnes?

Caroline Graham Hansen. Oui et elle m’a raconté ce qu‘on fait quand les joueuses sont encore très jeunes. Comment on soutient leur développement dans une académie. La France a aussi beaucoup plus de joueuses que nous en Norvège. Il faut simplement voir que le football norvégien est correct, mais nous pouvons encore apprendre beaucoup des meilleures équipes européennes. En Norvège nous devons continuer nos efforts, poursuivre notre travail et j’espère qu’il y aura encore d’autres bonnes joueuses venant des équipes juniors qui pourront atteindre le niveau le plus élevé.

Lesfeminines.fr Où voyez-vous votre rôle dans l’équipe nationale?

Caroline Graham Hansen. Je suis simplement très heureuse de ne pas avoir de blessures et que je puisse aider mon équipe. Je dois donner le meilleure, mais pour moi le plus important est que notre équipe joue bien, qu’elle puisse montrer une bonne performance et que, comme je l’espère, nous gagnions. Qu‘à la fin on ait accompli quelque chose, qu’on a fait une bonne performance. C’est toujours le plus important quand on va sur le terrain.

Lesfeminines.fr Comment s’est développé le foot féminin en Norvège ces dernières années?

Caroline Graham Hansen. C’est difficile à dire. C’est vrai qu’il continue à se développer. Malheureusement il n’y a pas assez d‘argent pour accélerer le développement. Cela avance, mais lentement. Maintenant la génération “gazon artificiel” arrive, et elles ont de meilleures qualités footballistiques.

Lesfeminines.fr Comment voyez-vous les chances de votre équipe lors de l’Euro?

Caroline Graham Hansen. Je crois, nos chances sont bonnes, nous sommes dans un groupe fort, mais je suis convaincue que nous sortirons des poules. Il y aura du suspense, nous avons de si bonnes filles au sein de l’équipe, que vraiment nous pouvons atteindre quelque chose lors de l’Euro.

Gerd Weidemann. Lesfeminines.fr