Une jeune défense française. Une équipe de France qui s’est présentée sur le terrain du Red Bull Arena avec quelques modifications notamment sur les côtés avec les présences des jeunes Sakina Karchaoui et Eve Perisset en défense et l’entrée surprise de Grace Geyoro en défense centrale au lieu et place de Laura Georges, annoncée comme malade. La jeune milieu de terrain du PSG jouant au deux places au PSG.

L’Allemagne marque sa volonté. Dzsenifer Marozsan au coeur du jeu allemand. La défaite allemande face aux USA (0-1) obligeait les joueuses de la Mannschaft à prendre le dessus mentalement sur les Bleues et les quinze premières minutes ont montré une forte présence allemande sur les deuxièmes ballons orchestrée par Dzsenifer Maroszan quand Camille Abily ne commençait à agir sur le jeu qu’à la 12′ sur une tentative de transversale vers Amel Majri. La capitaine allemande sera impressionnante dans ses choix de passes et trouvera à plusieurs occasions ses attaquantes en les rendant isolées mais trop souvent reprises par la règle du hors jeu (Hasret Kayikci, Mandy Islacker)

L’importance des coups francs avec Amel Majri et Wendie Renard. Le football féminin des équipes nationales commencent à produire des scores très serrés et le détail fait la victoire. A cet égard, la France possède un duo mondial avec la précision d’Amel Majri et la tête de Wendie Renard qui est sans opposition même face aux meilleures équipes mondiales. Sans occasion directe pour ce temps trop court de jeu, c’est sur un coup franc que la France peut prétendre à prendre l’avantage.

A la 19′, pour une faute de Linda Dallman sur Elise Bussaglia, la jeune olympienne dépose la balle sur la tête de Wendie Renard qui s’impose sur quatre allemandes pour trouver la transversale. Extérieur ! Le remake de la dernière minute d’Angleterre – France n’est pas loin.

La France montre plus de présence. Cette occasion relance les françaises et Camille Abily prend part au jeu avec des mouvements qui aboutissent à des jeux à trois sur le côté droit partie d’Eve Perisset, Eugénie Le Sommer, Camille Abily pour finir par la jeune parisienne qui a compris la force française et se bat pour obtenir le corner qui suit. Amel Majri, côté opposé vient le jouer avec son pied gauche et reste placé sur le même côté ce qui permet de déstabiliser son adversaire et de la voir entrer pour servir Camille Abily qui fera le premier tir français (21′).

Un pénalty pour l’Allemagne (24′). L’Allemagne réagit immédiatement et la capitaine allemande Marozsan, lyonnaise depuis le début de la saison, prend les choses en main, impacte le jeu et sert Kayikci qui obtient un penalty pour une faute de Bouhaddi sur une mauvaise passe de Grace Geyoro qui aura quelques difficultés dans cette mi-temps.

Incroyablement mal tiré par Islacker, en plein dans l’axe, la gardienne française récupère sans problème.

La qualité lyonnaise. Si Dzsenifer Marozsan (Ol) est à l’origine de tous les ballons allemands, les espoirs français montent d’un cran quand, sur une balle perdue par Amandine Henry (ex OL) en relance, on voit la joueuse de Portland traverser tout le terrain pour la reprendre, glisser à Sarah Bouhaddi (OL) venue se proposer qui sert Elise Bussaglia (ex OL- Wolfsburg) en appui, pour que l’ex lyonnaise glisse à Wendie Renard (Ol). Grande balle longue vers Camille Abily (Ol) totalement isolée au quarante mètres adverse. Contrôle et tranversale sur Eugénie Le Sommer (Ol) qui bénéficie d’un coup franc aux vingt mètres allemands.

Coup franc ! Pour la France, cela peut-être une occasion de but avec Camille Abily et Amel Majri à la baguette. C’est Camille qui le joue. Au-dessus.

L’impossibilité française d’aller dans la surface allemande ; une meilleure construction offensive allemande. L’interception d’Amel Majri en fin de première mi-temps, haut sur le jeu, illustre bien la diffculté française d’aller par le jeu dans la surface allemande et d’y créer un danger quand de son côté, l’Allemagne maitrise bien mieux la construction des mouvements offensifs, notamment dans des jeux à trois sous la houlette de Dzsenifer Marozsan qui trouve souvent une finalité positive sans pour autant créer néanmoins un danger pour Sarah Bouhaddi.

Une seconde mi-temps totalement allemande.

Extrait avec autorisation de footofeminin (pas le temps de voir tout le match. Suite de l’anniversaire de ma fille, 18 ans). “Si la France avait correctement géré la première, elle allait souffrir en seconde période. Avec quatre changements à la pause, Steffi Jones décidait de redynamiser son équipe. Un choix payant où Geyoro évitait le pire en sauvant devant la ligne (49e) puis Majri s’imposait de justesse devant Islacker (51e). Cette entame compliquée se poursuivait par le pressing incessant donné par l’Allemagne. Bouhaddi était proche de commettre un second penalty en sortant les pieds en avant sur Kayikci (60e) mais l’arbitre ne bronchait pas. Marozsan tentait une frappe puissante devant le but que Périsset dégageait (62e). Une minute après sur un centre de Popp, Renard déviait sur Bouhaddi qui concédait le corner (63e).
LA BARRE POUR MAROZSAN, RÉPOND À CELLE DE RENARD

Courant après le ballon, les Françaises se retrouvaient en retard sur chaque action. Bremer s’amusait à droite pour centrer en retrait sur Doorsoun qui avait le temps de contrôler et placer une frappe du droit à bout portant. Bouhaddi la sortait du pied (72e). Une minute après cette parade, la gardienne des Bleues voyait sa partenaire de club, Marozsan, tenter un lob de 35 m. Battue, le ballon était renvoyé par la barre. Mittag, la première à la retombée, manquait ensuite le cadre (73e). Les changements français permettaient de mieux finir. Le Sommer (78e, 81e), Bussaglia sur coup franc (89e) tentaient leur chance. Une fin moins efficace que celle face à l’Angleterre mais laissant afficher une capacité mentale intéressante.

Cette deuxième rencontre sans encaisser de but permet d’engranger un point et de pouvoir encore prétendre remporter le tournoi. Quel que soit le résultat de l’autre rencontre, les Bleues joueront le trophée mardi soir face aux Etats-Unis.”

Le jeu féminin est en train de changer. On s’éloigne du contenu “champagne” pour aller vers le résultat, en utilisant ses forces (il suffit d’une seule fois) tout en restant concentré pour s’opposer aux forces de l’adversaire. La France montre des possibilités comme des défauts.

Chaque résultat de match face au Top 10 mondial aura donc le sceau de l’incertain. Pourquoi pas ? La Suède est arrivée en finale olympique comme cela, l’Allemagne a gagné l’Or sans enchanter ; la Norvège a fait le dernier Euro ainsi. Le seul problème de tout cela, c’est que le football féminin n’est pas assez spectaculaire et montre encore trop d’erreurs par rapport au football masculin pour intéresser plus de monde (spectateurs et téléspectateurs) avec ce type de production internationale.

C’est la seule interrogation. Pour le reste, cela dépendra des résultats et des titres.

SheBelieves Cup 2017 – Deuxième journée
Samedi 4 mars 2017 – 14h15 locales (20h15 françaises)
FRANCE – ALLEMAGNE : 0-0
Harrison (Red Bull Arena)
Temps ensoleillé – Terrain excellent
Spectateurs : 8 000 environ (lever de rideau Etats-Unis – Angleterre)
Arbitres : Karen Abt (Etats-Unis) assistée de Deleana Quan (Etats-Unis) et Amanda Ross (Etats-Unis). 4e arbitre : Gillian Martindale (Barbade)
Avertissements : Bouhaddi 24′ pour la France ; Dallmann 18′ pour l’Allemagne

France : 16-Sarah Bouhaddi ; 2-Eve Périsset, 20-Onema Grace Geyoro, 3-Wendie Renard (cap.), 23-Sakina Karchaoui ; 6-Amandine Henry (7-Sandie Toletti 80′), 15-Elise Bussaglia ; 9-Eugénie Le Sommer (14-Camille Catala 85′), 10-Camille Abily (17-Gaëtane Thiney 75′), 22-Amel Majri ; 18-Marie-Laure Delie (12-Elodie Thomis 59′). Entr.: Olivier Echouafni
Non utilisées : 1-Laëtitia Philippe, 21-Méline Gérard, 4-Laura Georges, 5-Aïssatou Tounkara, 11-Claire Lavogez, 13-Kadidiatou Diani, 19-Griedge Mbock Bathy Nka
Allemagne : 1-Almuth Schult (12-Laura Benkarth 46′) ; 7-Pauline Bremer, 3-Kathrin Hendrich, 5-Babett Peter, 29-Felicitas Rauch (24-Kristin Demann 46′) ; 31-Linda Dallmann (23-Verena Faisst 46′), 27-Sara Doorsoun (4-Leonie Maier 82′), 10-Dzsenifer Marozsan (cap.), 20-Lina Magull (9-Alexandra Popp 46′) ; 26-Hasret Kayikci, 15-Mandy Islacker (11-Anja Mittag 70′). Entr.: Steffi Jones
Non utilisées : 21-Lisa Weiss, 2-Josephine Henning, 13-Sara Däbritz, 14-Anna Blässe, 17-Isabel Kerschowski, 18-Lena Petermann