Sylvain Jamet. Mercredi à 22h00, CStar. Pour ce premier match du tournoi SheBelievesCup qui en est à sa seconde édition, Sylvain Jamet, spécialiste du football anglais, nous livre son bilan et opinion. 

Les “Lionesses” n’ont pas battu “les Bleues” … depuis 1974 et elles espèrent que cette occasion sera la bonne. Actuellement classée 5ème mondiale, elle pourrait prendre la 3ème place en cas de succès à la “ShebelievesCup”.

Un groupe “Task Force”

Mark Sampson a sélectionné un groupe de 23 joueuses composé de 3 gardiennes, 9 défenseurs, 5 milieux de terrain et 6 attaquantes. Après avoir principalement utilisé à un système à quatre défenseurs, le coach anglais a opté pour une défense centrale à trois dans un système défensif en 5-3-1-1 qui porte les anglaises à une défense stricte comme on a pu le voir lors du dernier match amical à Doncaster (0-0). Ce système ne permet pas à l’avant-centre d’avoir les soutiens que peuvent donner un second attaquant comme un milieu offensif.

Une défense solide

Du côté des gardiennes, la hiérarchie est claire. C’est Bardsley qui est le premier choix avec les mêmes interrogations que peut donner le choix non discuté de Bouhaddi malgré ses quelques petites erreurs. Cependant, le fait qu’elle ait été toujours choisie malgré les changements de coaches prêchent pour sa paroisse.

Les trois centraux sont Lucy Bronze, Stephanie Houghton et normalement Potter, là blessée et remplacée par Bonner dont on ne sait si elle sera titulaire dans le onze de départ face à d’autres défenseurs comme Bassett ou Bright. On trouve aussi des joueuses de couloirs comme Alex Scott, Stokes et Daly qui d’ailleurs a été utilisée comme attaquante lors des derniers matches alors qu’elle avait été utilisée comme défenseur dans les équipes nationales de jeunes … On ne sera pas surpris de voir jouer l’énergique Bronze sur la droite de la défense durant le tournoi.

Un milieu travailleur prêt à jouer dans l’espace.

Le milieu est composé de cinq joueuses pour trois places avec deux sentinelles que sont Fera Williams et Moore ; deux relayeuses en la personne de Jill Scott et Nobbs et une meneuse avec Christiansen bien que Carney puisse jouer au même poste alors qu’elle a été présentée dans la liste de Mark Sampson comme attaquante.

Une avant-centre

L’attaque est composée de trois avant-centres, Taylor, Rachel Williams et White avec les mêmes qualités de rapidité et de puissance qui peuvent leur permettre de passer de nombreuses défenses. Ces trois joueuses seront entourées de joueuses de talents (versatiles) comme Carney, Parris et Dugan qui peuvent s’insérer dans un système à deux ou trois attaquantes.

Ces choix montrent sans discussion que l’Angleterre jouera le contre et cherchera à jouer dans l’espace derrière une défense haute.

La tactique anglaise.

L’Angleterre cherche d’abord à neutraliser les forces adverses et ensuite utiliser leur force pour attaquer quand elles le peuvent. Mark Sampson a pris les joueuses qui peuvent s’exprimer dans ce système, disciplinées et qui sont présentes dans la notion de travail et d’abnégation défensive. Mark Sampson a aussi essayé de presser plus haut ce qu’elles ne feront jamais toute la partie ou trop longtemps dans le jeu.

La contrepartie se trouve dans la difficulté offensive. 

Compte tenu de cela, l’Angleterre est une équipe qui, si elle peut marquer la première, a beaucoup de difficultés de renverser le score. C’est une équipe qui joue plus sur la ténacité que sur la créativité mais qui a les joueuses pour utiliser ce système, dès lors que le coach le permet.

Sylvain Jamet pour lesfeminines.fr

Entrainement des Bleues.