Le championnat de football reprend ses droits après une période FIFA qui a envoyé toutes les équipes internationales sur tous les terrains européens avec les trois tournois : ShebelievesCup, Algarve, Cyprius et pour la France B, le Turkish Women’s Cup.

Trop de matches internationaux dans cette période. 

Les terrains français vont donc être abreuvés de joueuses qui ont voyagé et plus que voyagé entre les françaises sélectionnées dans toutes les tranches d’âge (U20, France A et B) et les deux tiers des cinquante joueuses étrangères appelées à défendre leur maillot national.

Utilisées et certainement fatiguées, elles vont se produire dans le cadre de la 16e journée sur vingt deux dans un championnat à qui il ne manque que la confirmation arithmétique de la seconde place européenne au Paris Saint Germain (+6 sur Montpellier)  alors que rien n’est dessiné pour les deux clubs appelés à descendre.

Jusqu’à la 7è place, on peut envisager le pire pour un classement à quinze points (pointant à la 7e place) et le mieux pour un autre à neuf points (actuellement dernier de la classe). Dans cet espace, tous pouvant laisser leur place aux autres.

Albi, seul club n’ayant pas fourni de joueuses en France A, B et U20 pourrait tirer son épingle du jeu. Il sera intéressant de noter ce résultat d’autant que les albigeoises rencontrent Fleury, un candidat au maintien.

Ce dernier quart va demander une énergie incroyable. 

Période charnière de tous les championnats masculin, ce dernier quart féminin aura cette saison une importance qu’on ne voyait pas les saisons précédentes. Souvent, à cette époque de l’année, un club ou deux clubs avaient déjà lâché et le suspense demeurait fort pour le dernier candidat. Saint-Etienne ayant pris la place des Girondins de Bordeaux dans les dix dernières minutes d’un PSG-Bordeaux à Charlety (2-2) la saison dernière par exemple.

Le programme.

13h. Lille se déplace avec une série de trois nuls consécutifs quand Marseille n’en a fait que deux de toute la saison

Marseille (9 pts) joue son maintien lors des trois prochains matches avec au programme, Lille, Albi et Fleury avant de rencontrer l’OL et le PSG pour finir par Rodez et Guingamp. Lille de son côté (14 pts), après l’OM, jouera Lyon, Rodez, Guingamp, le Paris FC pour finir par Montpellier et Bordeaux.

Les lilloises sont sur une série de trois nuls et leur dernière victoire remonte au 17 décembre 2017 contre Soyaux à domicile. Là, elles vont se produire après un voyage d’environ mille kilomètres à Marseille qui se trouve dans une dynamique plus positive (2 défaites et 2 victoires) et en ayant fait que deux nuls de toute leur saison lors de la 1ère journée (OM-Guingamp).

Si les marseillaises prennent les trois points, elles auront de bonnes chances de jouer le maintien ; si les lilloises réalisent une victoire à l’extérieur, eles auront le capital pour supporter des contre-performances ensuite. A défaut, elles se mettront sur la ligne rouge.

14h. Lyon reçoit Soyaux, en futur champion ? 

Ce n’est pas avec cette journée que Sébastien Joseph espère prendre des points (17 points). Après Lyon, ce sera Rodez, Guingamp, le PFC pour finir par Montpellier, Bordeaux et le PSG. Avec une seule victoire sur le dix derniers matches, les sojaldiciennes vont regarder leur rétroviseur et se concentrer sur les rencontres à gagner, potentiellement moins nombreuses que leurs concurrents, en aiguisant leurs armes avec une Danielle Tolmais qui va avoir l’occasion de s’étalonner une première fois face aux meilleures.

Lyon jouera en futur champion (+5 pts sur le PSG) mais devra gérer la situation internationale des quinze jours passées. Toutes les équipes sont maintenant capables de gérer le jeu et les scores pléthoriques vont devenir une réalité de moins en moins réelle pour toutes les équipes comme pour les lyonnaises, qui aujourd’hui n’aggravent le score qu’en toute fin de rencontre. Avec un effectif qui s’est promené d’avions en avions, malgré le retour de Wendie Renard et celui d’Ada Hergerberg, Reynald Pedros devra s’échiner à trouver la bonne solution, en ayant à l’esprit -pour le champion européen- de la prochaine rencontre face à Barcelone (quart de finale).

15h. Rodez reçoit Bordeaux

Rodez est comme Albi. Le club auvergnat a quasiment conservé toutes ses joueuses pendant la période FIFA et son calendrier ne lui propose aucun Top Four avant la dernière journée face à Lyon. C’est sur l’autoroute que Rodez (avant-dernier du championnat avec 11 pts) va jouer son maintien. Après Bordeaux, ce sera Soyaux, Lille, Albi, Fleury et Marseille pour finir par Lyon. Les ruthénoises ont leur avenir en mains pour espérer faire leur neuvième saison de rang au sein de l’élite féminine. A elles de jouer.

De son côté Bordeaux (+ 18 pts) possède un capital qui devrait suffire à penser à une troisième saison en D1F. Seulement, après Rodez, Bordeaux jouera Guingamp, le PFC, Montpellier et le PSG avant de finir par Soyaux et Lille. Le moindre point est à prendre pour une équipe qui alterne les bons et moins bons résultats et qui doit plus se garantir d’un niveau face à des adversaires au maintien.

Rodez criera ses trois points, Bordeaux soufflera avec les trois points.

15h. le choc : Fleury reçoit Albi

Fleury (15 points) est dans une série impressionnante de 3 victoires et 3 nuls. Un parcours qui mènerait les joueuses de l’Essonne à la quatrième place du championnat si la saison avait à débuter. La dernière opposition contre Montpellier s’est terminée par une performance (1-1) et les joueuses internationales de Fleury (Lavogez, Clemaron, Corboz), récemment colorées de bleu .. doivent tout faire pour transformer cet essai et le valider pour l’échelon supérieur. Les places se prennent quand elles peuvent se prendre et pour elles, c’est certainement avec une performance en club qu’elles recevront “les billets d’avion” qui vont bien.

Le programme est mitigé avec un PSG, Marseille et Lyon à venir qui ne sera pas simple pour terminer sur Rodez, Guingamp et surtout le voisin Paris FC.

Albi (13 pts) se construit sur une autre base. En travaillant sérieusement pour ne plus être considéré comme le petit poucet de la classe mais comme un prétendant au maintien, et ce normalement et logiquement. Theodore Genoux (ex-coach des U19 de Fleury) et son compère ont construit un duo qui fonctionne et ils sont allés chercher des joueuses dans l’ex-yougoslavie, Serbie, Canada, Cameroun et Portugal.

Le programme n’est pas simple car après Fleury, Marseille, Lyon, Rodez et Guingamp mais surtout une dernière ligne droite face au PFC et Montpellier. Albi va certainement venir pour faire une performance en prenant les trois points dans l’Essonne. Le match nul resterait un bon résultat.

Fleury confirmerait avec les trois points, bien parti pour préparer la saison suivante.

15h. Guingamp contre Montpellier.

Guingamp avec quinze points a pu souffler. Son programme est à la hauteur d’un maintien avec Bordeaux, Soyaux et Lille pour finir par Albi, Fleury et Marseille. Tous des concurrents au maintien. A portée mais aussi avec toutes les difficultés des matches qui peuvent se transformer en défaites. Il faudra aux bretonnes un mental de compétitrices pour valider cette fin de saison, malgré la blessure de Faustine Robert en équipe de France A.

Montpellier, comme Lyon et le PSG, a eu l’essentiel de son effectif engagé sur les tournois internationaux. La dernière rencontre face à Fleury a manqué de liants et d’impacts. Il faudra une nouvelle dynamique pour les montpelliéraines dont l’objectif double peut être maitrisé : la troisième place du championnat voire mieux en cas de défaillance du PSG et un quart de finale de la WCL face à Chelsea, leadeur d’un championnat anglais qui veut s’insérer dans le concert du football féminin européen.

Lundi 18h00 – PSG – PFC (présentation à venir).

William Commegrain lesfeminines.fr