Retournement spectaculaire de l’OL Reign face au NJ/NY Gotham FC. Un Gotham sur le podium avant la rencontre, passé quatrième suite à sa défaite (3-2), laissant troisième, l’OL Reign, la filiale de l’Olympique Lyonnais.  Sourire aux lèvres et attitude de Megan Rapinoe, pour signature.

N’attendez pas du Ballon d’Or 2019, une célébration d’une poignée de mains, une embrassade ou un cœur en direction des étoiles. La joueuse de 36 ans aime le spectacle et se sait star. Auteure cette nuit de deux buts sur pénalty, 77′ et surtout 89′ ! Donnant la victoire au club du Nord Ouest américain, dans un match à domicile qui commençait mal, menées (0-2) en première mi-temps.

Ifeoma Onumonu, attaquante de l’équipe du New Jersey où évolue Carly Lloyd (39 ans), future retraitée du football mondial à la fin de la saison, plante deux banderilles à la 9′ et 15′ (0-2), dans un silence de plomb.

Plombées, les joueuses de l’OL Reign, déjà bousculées en début de saison avec une neuvième place, remontant, petit à petit au classement.

Le collaborateur de Jean-Michel Aulas, les yeux embués par la fatigue pour un match se jouant vers 2 heures du matin, cherche les mots diplomatiques à envoyer au boss lyonnais, pour expliquer cette défaite qui s’annonce. Il se dit qu’il devrait mettre le paquet sur l’attaquante nigérienne, déjà à sept buts dans cette compétition pour 31 tirs dont quinze cadrés. Six réalisations dans la surface, une en dehors. Un équilibre parfait, trois du gauche, trois du droit et une tête. Une attaquante transférable. Oui, voilà le bon message à communiquer qui fera passer la pilule.

Bouleversement, le match se retourne, renverse les pronostics, l’OL Reign termine la recontre sur un (3-2) et les fameux trois points les mettant sur le podium.

A la fin de la rencontre, l’homme ou la femme avertie est tout heureux de son sms hiérarchique. “Bravo Boss d’avoir gardé Megan Rapinoe et pris le Reign FC ! Quel feeling ! Ballon d’Or et quelle tireuse de pénalties ! Deux, deux dedans. En puissance et en force ! Nous sommes sur le podium américain ! Yes We can take the lead (-7). Pourquoi pas transférer Ifeoma Onumomu ? Elle nous a mis deux buts en quinze minutes ? Qu’en pensez-vous ?”

A la relecture, il apporte quelles modifications : “Bravo Boss quelle idée extraordinaire d’avoir pris Megan Rapinoe et le Reign FC ! Quel feeling ! Ballon d’Or et quelle tireuse de pénalties ! Deux, deux dedans. En puissance et en force ! L’OL Reign est sur le podium américain ! Yes We can take the lead. Magnifique cette idée que vous avez en tête, de transférer Ifeoma Onumonu ! Quelle buteuse !”

Megan Rapinoe est quand même une sacrée joueuse. L’erreur serait de ne retenir que sa performance dans la Coupe du Monde 2019. Vous savez, les bras écartés dans un  geste Auguste rappelant Rome et César ! Megan Rapinoe, c’est la joueuse qui, dans le match pour le bronze olympique, met une reprise de volée pour donner la médaille aux Etats-Unis sur une balle qui arrive, par hasard, mal dégagée par une australienne.

Megan Rapinoe, c’est une joueuse qui te tire les pénalties, sans souci. A la 1′ comme à la 90′. Un seul ou deux ou trois. Voire quatre, elle les mettra.

Megan Rapinoe dans le sport de haut niveau, c’est quelqu’un qui a réussi à être quelqu’une.

William Commegrain lesfeminines.fr