Qui a regardé la finale de l’épreuve mixte de Judo de la France contre le Japon n’a pu qu’apprécier la complémentarité entre les hommes et les femmes pour obtenir une médaille. Là, d’Or, dans un sport totalement individuel. Juste superbe. Si d’autres ont suivi le relais mixte au tir à l’arc, ils ont pu découvrir la complémentarité et la force de Lisa Barbelin, leader aux JO dans ce mixte. Enfin, le triathlon a donné une médaille de bronze.

On pourrait opposer que le cœur ne vibre qu’à la condition d’y voir des sportifs ou sportives de ses couleurs. Sauf qu’au lendemain de l’ouverture de l’Athlétisme, la troisième finale olympique était consacrée à cette nouvelle épreuve et qu’elle a donné toutes les émotions du sport. 

Le relais mixte 4×400.

Relais belge du 4×400 – Jo Tokyo

En premier lieu, la domination inattendue de la dominicaine Paulino Marileidy qui reçoit le témoin masculin en 4e position pour le rendre, première en 48’73”, à la seconde féminine du relais, qui se terminera avec un dernier relais masculin. Les deux conservant sur le fil cette seconde place acquise au second relais.

Elle fera, de loin, le meilleur temps de toutes les féminines de la course, personne d’autre ne courant en-dessous des 50′ ! Voire la République dominicaine devant en Athlétisme n’est pas si courant d’autant que les USA sont à la peine. De second sur le premier relais, les américaines reculent à la 3e et 4e place ensuite ! Il faudra un superbe temps de Norwood Vernon (44’43”), pour finir 3e et médaillé de bronze. Loin de leur record du monde établi à Doha en 2019.

D’un autre côté, le dernier relais polonais explose les compteurs. Un relais mixte qui avait déjà établi le record olympique en gagnant sa qualification (3′ 10″ 44). L’avantage d’ouvrir la première course de l’histoire.

Dernier relayeur, Duszinsky Kajetan le reçoit en 3e position et finira le tour de piste pour donner l’Or à l’équipe de Pologne, avec le second meilleur temps du relais dans l’épreuve (44’38) et donc un nouveau record olympique ! 3’09″87, explosant le précédent établi la veille.

Le relais est à part. Le meilleur temps sera celui du Belge Borlee Kevin (44’21). dernier relayeur, il le recevra en 6e position et donnera tout pour récupérer une place olympique, 5e.

L’épreuve étant récente, quatre des huit finalistes ont établi un nouveau record national.

Le relais était une force française dans les Jeux Olympiques dans un passé récent (record d’Europe, olympique et du monde). Le vide français dans ces JO de Tokyo dans ces épreuves crée un manque.

Les épreuves mixtes ont été doublées en 2020 à Tokyo. De neuf, elles sont passées à dix-huit dans le programme olympique. Une excellente initiative du CIO