“Homogène, hétérogène” ? Des mots compliqués qui fleurissent les débats de ceux qui découvrent les résultats du football féminin, s’exprimant sur les réseaux sociaux ou commentaires de l’Equipe.

Inutile de chercher à en débattre plus avant, chacun à son opinion sur l’écart qui compose les équipes de tête des autres clubs de chaque championnat européen.

Dans le championnat américain, la question ne se pose pas.

Orlando Pride, le club fétiche d’Alex Morgan et Marta, caracolait en tête jusqu’au 30 mai 2021 pour subir deux résultats nuls consécutifs face à Washington Spirit et NJ/NY Gotham et terminer sa série par deux défaites contre Houston Dash et la revanche de Gotham. Les voilà, placées à la seconde place.

North Carolina Courage, champion habituel, débutait mal face à l’OL Reign de Farid Benstiti (0-0), suivi d’une défaite contre Orlando. Se reprenait sévèrement face au dernier Louisville pour perdre à nouveau face au Chicago Red Stars. Placées première au classement du 18 janvier pour une série de quatre victoires, atténuées par deux défaites dans les dernières journées. Washington Spirit et Houston Dash.

Et pourtant toujours première, car les autres naviguent entre eaux et marées.

Les Dash, mal parties avec deux défaites et un nul, se reprennent avec deux victoires pour perdre contre le dernier, Racing Louisville pour finir par battre le premier, le 17 juillet ! Pointant à la troisième place.

Tout cela fait descendre NJ/NY Gotham à la 7e place, l’Ol Reign et Louisville cherchant un souffle vainqueur pour quitter les 9è et 8è place du classement à dix équipes. Seul Kansas City, dernier, ne décolle pas.

Le championnat américain est homogène, encore plus sans les internationales parties de se préparer pour les JO de Tokyo et qui entreront en lice Mercredi, deux jours avant la cérémonie d’ouverture des JO, … face à un gros morceaux, la Suède (5e FIFA).

William Commegrain Lesfeminines.fr

source : nwslsoccer.com