21 ans, une boule de nerf, petite (155), l’américaine Sha’Carri Richardson était appelée à recevoir une médaille aux 100 mètres olympique. Bronze, Argent voire Or.

Une histoire américaine dont tous les sportifs aiment entendre. Abandonnée à l’enfance, la voilà qui trouvait sa voie dans l’athlétisme, prête à inscrire son nom au palmarès de l’histoire.

Lors des sélections américaines d’Oregon (18-27 juin 2021), elle avait pris la première place avec un 10’86”, quelques mètres devant Javianne Oliver, seconde à 10’99”. La fille aux ongles longs et colorés était prête pour Tokyo.

Soirée arrosée ou soirée triste, elle confirme lors d’un talk show américain l’annonce faite la veille par le New York Times. Elle a bien été contrôlée au cannabis par l’Agence Anti dopage américaine (USADA).

« Je veux être responsable de mes actes, a expliqué Richardson (21 ans) à la chaîne NBC. Je sais ce que j’ai fait. Je sais que je n’étais pas censée le faire et que je n’avais pas le droit de faire, mais j’ai quand même pris cette décision. Je ne cherche pas d’excuse, je ne recherche aucune empathie. Comme je l’ai tweeté jeudi, je suis humaine. Nous sommes tous humains. Je veux être aussi transparente que possible, que ce soit dans les bonnes ou les mauvaises situations. Mais quand on parle de Sha’Carri Richardson, il n’y aura jamais le terme stéroïde attaché à ce nom. Le produit dont on parle ici est le cannabis. »

La raison énoncée par l’américaine est le décès de sa mère biologique qui l’avait abandonnée durant son enfance.

L’Histoire retiendra, que la peine habituelle de trois mois à été réduite à un mois. Sanction lui laissant la possibilité de pouvoir courir le 4×100 mètre olympique féminin.

Elle s’est juste contentée de trois mois sur son compte twitter “I’m humain” et voyez combien de réactions cela a suscité. 15.100 messages depuis le 1er juillet, 85100 RT, 506000 likes.

William Commegrain Lesfeminines.fr