Selon RMC, l’adjoint de Corinne Diacre, Eric Blahic, aurait demandé à Noël le Graet de pouvoir quitter ses fonctions au sein de la sélection féminine française. Le management de la sélectionneuse française ne lui conviendrait pas.

Arrivé en janvier 2020, après la décision de son premier adjoint, Philippe Joly, de quitter la sélection, il semble reprocher à Corinne Diacre un management autoritaire lui reprochant d’avoir des contacts informels professionnels avec les joueuses, lors des séances de travail. Diacre lui interdisant ce type de relations.

Habitué à une plus grande autonomie, le breton, adjoint historique de Jocelyn Gourvennec notamment, fort d’avoir le sentiment de produire de la qualité ne veut pas continuer. RMC sous la plume d’Anthony Rech, habitué de Clairefontaine et des féminines, caractérise son travail ainsi : “c’est qu’Eric Blahic était très apprécié des joueuses. Son apport technique et tactique lors des séances qu’il animait avait été remarqué dès son arrivée.  Son expérience et sa disponibilité étaient aussi appréciées. Tout comme son “interim” lors du rassemblement d’octobre 2020 pendant lequel Corinne Diacre avait été testée positive au COVID-19 et n’avait pas pu être physiquement avec le groupe jusqu’à la victoire face à la Macédoine du Nord.”

D’un autre côté, dans un univers médiatiquement sensible depuis l’arrivée de Corinne Diacre en sélection, la coach souhaite avoir une équipe totalement consacrée à sa manière de fonctionner.

D’après la même source, un RDV est prévu avec Noël Le Graët au retour de la collaboration que réalise Corinne Diacre pour l’UEFA lors de l’Euro masculin.

Depuis quelques années, à quelques mois de l’Euro 2022 et des Coupes du Monde 2023 suivi des JO 2024 ; les Bleues avancent, en terme de relations interpersonnelles, dans une forme de difficultés plus que dans la facilité. C’est une évidence.

William Commegrain Lesfeminines.fr