En direct sur W9, ce soit à 20h45.  “Elles sont très bonnes en combinaisons ce que nous devons empêcher, et l’équipe est très rapide sur les ailes”. Voilà ce que pensait Martina Voss-tecklenburg de l’Equipe de France féminine avant que Marie-Anoinette Katoto, Delphine Cascarino et Kadidiatou Diani ne soient obligées de se désengager de la sélection, faute de soucis musculaires.

Pour les côtés, il y aura donc moins de rapidités mais la puissance ne sera pas mise de côté avec la certitude de la titularisation de Viviane Asseyi, récente championne d’Allemagne avec le Bayern de Munich.

La sélectionneuse allemande fait face aussi à pléthore de désengagement pour ce dernier match de la saison : Sara Dabritz, Lina Magull, melanie Leupolz, Marina Hegering, Sara Doordoun et Dzsenifer Marozsan.

Son choix est donc : “de construire le match par la défensive. Et pour cela, il n’est pas important d’avoir des noms sur le terrain.” Appuyant son argument sur un travail de long haleine : “Nous mettrons sur le terrain la même philosophie de jeu, les mêmes principes que ceux crées depuis longtemps, et nous voulons les voir”.

Corinne Diacre ne dirait certainement pas autre chose. Voir les jeunes pousses appliquer des principes de jeu établis.

Dans ce face à face habituel entre les deux équipes, pour un match de prestige qui annonce celui des hommes pour l’Euro 2021, les coaches regardent leur jeunesse.

Pour se faire un avis et une opinion.

Examen blanc qui a son importance. Des places sont à prendre dans un groupe qui ne change pas facilement, ayant l’Euro 2022 en point de mire, le Mondial 2023 et les JO de Paris 2024.

Gerd Weidemann avec William Commegrain Lesfeminines.fr