Il est terminé le temps où la sélection française étaient connue bien à l’avance.

Corinne Diacre applique le principe de la sélection avec rigueur. Là, où la notion de cadre permettait le maillot Bleue ; aujourd’hui, la seule réalité est celle du choix de la sélectionneuse depuis 2017 des Bleues. On y est ou on y est pas.

L’ex-internationale s’est tannée avec le temps dans son rôle de sélectionneur. Elle parle même de sa présence lors de l’Euro 2021 pour le compte de l’UEFA. Il faut dire qu’elle a pris des vagues depuis 2017. Alors, les choses sont comme cela. Corinne Diacre donne sa sélection comme un paysan avec ses champs. Elle a ses raisons. L’objectivité n’est pas au cœur du débat. C’est son champ, “alors voilà !”.

Elle fait des choix, ne donnera pas les vraies raisons ou elle les donnent. “Et puis, voilà !”

A la réussite sportive de Kheira Hamraoui, avec un triplé Coupe d’Europe, Championnat et coupe nationale, Corinne Diacre préfère choisir Sandie Toletti qui avait été longtemps oublié, retrouvant les Bleues cette saison après être allée jouer à Levante, 3e du championnat espagnol aux basques du Real Madrid féminin.

Une Sandie Toletti prise, au lieu et place d’Amandine Henry. L’ex-capitaine de l’Equipe de France ne bénéficie pas d’une wildcard. “C’est une décision du moment, une sélection à l’instant T, sur un dernier match de la saison, ses dernières performances”. 

Les français sont habitués maintenant aux décisions de Corinne Diacre.

Là où d’autres y aurait mis de la stratégie, elle décide d’appliquer son sentiment. “Brut” comme l’est la chaîne d’info sur les réseaux sociaux.

Elle donne ses vingt trois joueuses. Décide, de l’ouvrir à une nouvelle forme de jeunesse. Kessya Bussy, en D2F féminine la saison dernière (Orléans), maintenant en Bleue pour cette fin de saison .“C’est la récompense individuelle de sa bonne saison avec le Stade de Reims. J’avais déjà failli la prendre pour l’un des deux précédents rassemblements mais j’avais alors préféré la laisser à la disposition de la sélection U23.” Remettant le couvert pour préciser l’attitude et le comportement souhaité : “Maintenant, le plus dur commence pour elle. Il est toujours important de confirmer après une première convocation” 

Un rapide examen des 23 convoquées montre qu’une très grande partie des joueuses lui doivent leur ticket en Bleue.

  • les trois gardiennes : Pauline Peyraud-Magnin, Solène Durand, Constance Picaud.
  • Pour les défenseurs : Elisa de Almeida, Sakina Karchaoui, Perle Morroni, Eve Perisset, Wendie Renard, Marion Torrent, Aissatou Tounkara. 
  • pour les milieux : Kenza Dali, Grace Geyoro, Léa Khelifi, Amel Majri, Ella Palis, Sandie Toletti.
  • pour les attaquantes : Viviane Asseyi, Kesya Bussy, Delphine Cascarino, Kadidiatou Diani, Valérie Gauvin, Marie-Antoinette Katoto, Clara Mateo.

L’idée est de vaincre l’Allemagne, équilibrer les jeunes avec de l’expérience.

Vivre une autre aventure.

Attention de ne pas vivre l’aventure trop seules.

La décision maintenant connue de Perle Morroni de jouer pour l’Olympique Lyonnais a fait plus de bruits que la liste des 23 donnée aujourd’hui à 11H.

C’est la réserve de ce type de management.

William Commegrain Lesfeminines.fr