Bordeaux, pas passé loin de quelque chose.

Bordeaux aurait pu créer la surprise. Réellement. Après avoir été mené assez tôt (9′, Eugénie Le Sommer, 0-1), ne pas avoir pris l’eau pendant le reste de ce premier acte ; le jeu et la possession technique comme mentale bordelaise auraient pu coûter un but et faire une égalisation (1-1).

Un poteau de Lardez, latérale droite, tiré pour exécuter Sarah Bouhaddi du coin droit de la surface, après un dribble que la lyonnaise Delphine Cascarino n’aurait pas renié aurait pu, aurait dû être l’égalisation. De même, sur les nombreuses diagonales de pénétration de Karchaoui, il lui a manqué un peu sur le plan technique et un peu plus en vitesse de course face à Sakina Karchaoui.

Cependant, dire que Bordeaux méritait la victoire est exagéré. Dire que Bordeaux méritait le nul est à la limite de l’objectivité. Une limite infranchissable au simple fait que, dans les dix dernières minutes, Bordeaux n’avait plus de jus quand la défense expérimentée de l’Olympique Lyonnais a assuré le score et les trois points.

Trois petits points mais trois points quand même. L’Olympique Lyonnais, ogre à l’ouverture, s’est transformé en Petit Poucet au cours de cette saison 2021. Elles sèment, elles sèment, en espérant ne jamais se perdre … !

Le HAC a remis le maillot de l’espoir au lavage. Tout blanc, prêt à l’usage.

Le Havre Athletic Club, dont tout le monde dit que c’est le club centenaire du football masculin, le premier, le “first”, était bien parti pour être le dernier de la classe Covid 2021 (12e). Avec l’espoir d’une “wild-card” pour la saison 2022 offert par le Comex, laissant les douze clubs en l’état en D1F Arkema, puisqu’aucun club n’est amené à monter en D2F .

Un espoir qui se restreignait au fil du temps. A croire qu’il était lessivé à 90° avec la lecture administrative du règlement. Un huissier n’aurait pas fait mieux. Les mots tombaient les uns après les autres. Pas une virgule de libre pour laisser passer une larme. Le droit est le droit ! Seul le 11e est sauvé dans le cas où aucune montée ne peut venir de D2F. Impossible à concilier avec l’espoir qui demandait le plus grand soin au lavage.

On parlait de laisser onze clubs en D1F, le douzième serait tiré à la “courte paille” de la méritocratie. Il s’appellerait Saint-Etienne à qui on avait bloqué la montée la saison dernière, pour une histoire de virgule. Le HAC ayant eu 0.4 points de plus que l’ASSE la saison dernière, arrêtée le 16 mars.

On était vraiment dans le “peut-être bien que oui, peut-être bien que non !” normand. Sauf que le HAC est fait de jeunes américaines, françaises, islandaises, comme d’où tu veux. A cet âge, “peut-être bien, on verra !” cela ne plait pas. Elles ont bien lu les consignes de nettoyage et après un orage dantesque, ont tout simplement connues leur deuxième victoire de la saison face au Paris FC (1-0, 34′ Lara).

Un espoir tout propre et tout net que la Mère Denis n’aurait pas reniée.

Elles ont huit points et vont à Soyaux pour la prochaine et dernière journée ; GPSO Issy 92 en a 10 et reçoit le redoutable Stade de Reims. La victoire vaut 3 points, le nul donne 1 point. Voilà les éléments factuels du dossier.

Une victoire normande (8+3=11) face à une défaite d’Issy les Moulineaux (10+0=10) et le HAC plante son drapeau en D1F Arkema si …. le COMEX est d’accord. Même un nul d’Issy (10+1=11) et l’opération est encore bonne puisque le HAC, … lors de la 1ère journée, -avec un (0-4) chanceux à l’extérieur- a un meilleur goal average particulier ..

Si le GPSO Issy gagne (10+3=13), la onzième place sera pour les franciliennes.

L’espoir sèche dans les deux camps. Il sera sec le 5 juin, lors de la 22e et dernière journée. En attendant, elles vont toutes le mettre bien au chaud.

Les autres rencontres

Il y a des bonheurs collectifs. Barcelone avec la Coupe d’Europe en est un. Il y a des bonheurs individuels aussi dans le football. Le doublé d’Elisa De Almeida pour Montpellier en est un. Défenseur, elle met un doublé. Saison 2020 sur le canapé quand l’EDF jouait ; 2021, elle s’amuse à marquer sous le maillot Bleu à 22 ans, là derrière l’écran. Ne cherchez pas. Pour Elisa, 2021, c’est pas l’année du Covid, c’est l’année de l’éclate ! Montpellier l’emporte (2-1) face à Soyaux et se prépare l’avenir.

Dijon l’emporte (2-1) avec un doublé de Lea Khelifi (6′, 11′). Idem, jeune internationale en Bleue et un petit doublé pour la route avant les vacances. Prêtée par le Paris Saint Germain, lisseuse sur le banc au Camp des Loges, elle a appris à lever les bras pour marquer son bonheur. A elle de faire les bons choix. Peut-elle plus ou ne peut-elle pas ?

Le Paris Saint Germain est le Roi de la D1FArkema. 

(0-4) face à Reims et il faudrait relativiser la performance parisienne cette année ? Les parisiennes ont assuré une saison incroyable. Au début, c’est la cohésion qui a cimenté cette performance, mais cinq mois plus tard, c’est la performance qui cimente leur victoire.

Quatre zéros avec un doublé de Bruun, Baltimore et un pénalty de Perle Morroni. C’est du Top.

L’Olympique Lyonnais va devoir s’arracher pour vaincre le Paris Saint Germain le dimanche 30 mai 2021 à 21h00.

C’est possible mais il ne va pas falloir qu’elles se ratent. Sur ce que j’ai vu contre Bordeaux, il y a beaucoup d’erreurs. Elles ont pris l’habitude de jouer posément et le changement d’habitude demande beaucoup de talents, de la jeunesse et de l’insouciance. Il va falloir qu’elles aillent chercher du rouge.

Gros match à venir.

William Commegrain Lesfeminines.fr