En disposant de Soyaux Charente sur le score de (7-0), les féminines du Paris Saint Germain respectent la règle non-dite qui veut que le club championne de France ne soit pas Champion de France chez les hommes.

En perdant (0-1) au Parc, les coéquipiers de Neymar et M’Bappé ont certainement donné aux lillois, monégasques voire lyonnais, un titre qu’ils détenaient depuis 2013 pour le laisser aux monégasques en 2017. Quatre saisons plus tard, un cycle de vie semble se terminer en donnant son meilleur avec une finale de la Ligue des Champions perdue contre le Bayern.

Les féminines suivent le chemin inverse de Neymar et M’Bappé

Eternelles seconde d’un championnat offert et gagné par l’Olympique Lyonnais depuis 2007 (14 titres de suite), elles déroulent cette saison donnant crédit à leur entraîneur, Olivier Echouafni, désolé de l’arrêt de la saison dernière par le Covid. La veille d’une rencontre de championnat qui aurait pu donner une première chance au PSG de prendre ce titre imprenable. L’Histoire en avait voulu autrement mais l’ex-sélectionneur des Bleues, avait toujours la sensation que son équipe aurait pu faire quelque chose.

Marquer sept unités à Soyaux n’est pas chose rare. L’équipe des Charente Maritimes ne joue pas dans la même cour que le PSG. De plus leur saison a été faite de rebondissements, entre encadrement des salaires, démission de Sébastien Joseph, changement de direction, introduction d’un nouveau coach et intégration de nouvelles joueuses.

Ce qui est intéressant et permet de justifier l’écriture d’un titre volontairement provocateur se trouve dans la capacité du club parisien à s’adapter à toutes les situations que la saison 2021 lui a proposé.

Le PSG ne se détourne pas d’une oreille d’une route vers les titres.

Entre cas covids, report face à l’Ol de la revanche du championnat qualifiée de finale par les observateurs, report du 1/4 de finale retour de la WCL, confinement, déconfinement, souci de communication des joueuses ; là, de dimanche de Pâques, prêt du maillot du PSG à des soljadiciennes qui avaient perdu le leur dans le transport, etc … tout cela a été digéré par le club et les joueuses sans remettre en question la dynamique du groupe.

Les joueuses, le staff, tous et toutes ont la quasi-certitude d’y être, même si tout se jouera sur l’opposition entre l’Olympique Lyonnais et elles.

Une opposition qui demandait, dans le passé, même trop d’humilité. Un message que les lyonnaises envoyaient à chaque fois que le PSG montrait une ambition légitime. Il fallait se taire.

Aujourd’hui, l’OL est blessée.

Rendez-vous compte ! Le Président lyonnais a dû déclarer 14 cas Covid en l’espace de quinze jours ! Un record européen et mondial qui entache l’image construite depuis 14 ans et justifiée du club du Rhône. Une incompréhension totale pour un club réputé au professionnalisme et à ses exigences. Le meilleur, dans l’esprit des joueuses du monde entier. Même ses supporters préfèrent tirer leurs flèches contre Corinne Diacre plutôt que de s’attaquer à la maison “PSG”.

Au bilan, l’Ol va être condamné à jouer un challenge pour ses deux futures oppositions face au PSG, sinon les féminines de la capitale les élimineront en Women’s Champions League et prendront leur titre en championnat. Les “fenottes” vont donc tout jouer sur ses deux rencontres. Une conclusion qui aurait fait peur en 2019. Une conclusion, qui est tout simplement ce que les parisiennes pensent en 2021. Sans peur et sans reproche.

Elles sont devant. C’est un fait.

Les lyonnaises n’ont plus qu’une seule raison d’être : elles vont devoir montrer ce qu’elles ont dans le ventre, sans que personne ne puisse contester la liberté et l’objectivité de préciser, en s’interrogeant sur le mot “Encore dans le ventre ?”.

William Commegrain Lesfeminines.fr

PS : Marie-Antoinette Katoto (20 buts) avec son triplé passe khadija Shaw (19 buts) et prend le leadership des buteuses de la D1FArkema

Classement Equipes Played Gagné Perdu Nuls Différence de buts Forme actuelle
1 Paris SGParis SG 17 16 0 1 69 WWWWW
2 LyonLyon 16 15 1 0 52 WWWWW
3 BordeauxBordeaux 18 12 4 2 27 WWLWW
4 Paris FCParis FC 16 7 5 4 3 WLDWW
5 GuingampGuingamp 17 7 7 3 -1 LWDWD
6 MontpellierMontpellier 18 7 8 3 -9 LDWLL
7 ReimsReims 18 7 9 2 -6 WLWWW
8 DijonDijon 18 7 9 2 -11 DLWLW
9 FleuryFleury 17 6 7 4 -13 LLWLL
10 SoyauxSoyaux 18 3 13 2 -32 WLLDL
11 Issy FFIssy FF 17 3 13 1 -52 LWLLL
12 HavreHavre 18 1 15 2 -27 LLLLL