La tête au 13 mars 2021

Les parisiennes sont dans leur canapé. Certaines seules, d’autres avec seule ou seul. Iphone 12 pas loin. Un petit insta qui passe. “Une notif de mode”. “Carla et sa sorcellerie pour les TPMP”. Sourires. Classique.

L’œil s’allume sur le snap et what’s app du groupe. Une blague sur Brondby qui mène devant l’Ol (11e, 1-0). Personne ne croit que les danoises vont revenir après un (2-0) subi à la maison lyonnaise. Peu regarde les matches. Les filles regardent rarement les matches des autres filles.

C’est un job. Demain, l’homme à la vidéo du Paris Saint Germain va tout disséquer.

Hier, elles ont mis 5 à domicile à Prague.

Là elles sont tranquilles, chez elles. Elles sont sur Netflix. A la fin de la série, elles jettent un coup d’œil négligé et négligeant à un twitter qui les notifient. (1-3 avec Parris, Malard et Wendie). Pas de surprise (1-3) à l’extérieur. L’Ol passe.

Wendie Renard, encore !

Ca y est, il faut peu mais ce nom est suffisant à Paris pour faire monter d’un cran la concentration. Toujours là.

La parisienne s’endort, seul ou avec seule ou seul.

Mais c’est fait. Elles sont montrées d’un cran. Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi. Cela s’approche.

Dors, dors. Récupère pour être performante Samedi soir.

La tête au 13 mars 2021

Dès que les lyonnaises sont sorties du Brondy Stadium, elles l’ont oublié cette rencontre. Evacuée. Rien dans la tête.

Il y a comme un concert d’habitude dans ce bus qui les amènent à l’aéroport. Les trentenaires jouent la musique du silence. Une tension s’installe alors que rien ne semble être tendu. Un message passe. Comme une onde. Ces filles savent que cela se joue bien avant les 95′ de la rencontre. Et qu’après, il n’y a que le regret. L’amertume.

Elles cherchent cette cohésion qu’elles veulent sentir. Un lien commun qui les a mises, coups de pied au cul, au plus haut niveau féminin. Les jeunettes se taisent. Dans ces moments, l’instinct du sportif sait établir la hiérarchie. Comme un groupe d’animaux, elles sentent qu’il y a plus que les mots, ses bruits humains. Il y a d’abord les sens. Elles sont dans l’empathie des sens.

Là, commence l’apprentissage pour elles. Là, commence l’exigence pour les trentenaires.

13 mars 2021, elles seront 50 à avoir la tête ailleurs. 

Deux équipes. Deux staffs. Des filles qui se connaissent. Des staffs qui pourraient partir en voyage ensemble si ils étaient en vacances. Ils savent la difficulté du football féminin. Une subtilité, une finesse qui vient avec le temps.

Les françaises vont se rencontrer pour le titre 2021. Les lyonnaises ont un but de retard. Elles reçoivent. Un nul et le PSG prend le titre de champion.

Bien sûr à la TV, derrière les micros. Il restera des journées.

Mais les “gonzesses” le savent. Tu gagnes, tu prends le titre. Tu perds, l’autre l’aura.

Plus rien n’existe.

Les filles se foutent comme de l’an quarante de qui sera élu comme Président de la fédération le même jour.

Samedi 13 mars 2021, 21h00 en direct sur Canal+, c’est PERFORMANCE(S) et m**** à tout le monde.

William Commegrain Lesfeminines.fr

Qualifié pour les 1/4 de finale (en gras qualifié) :

  • Atletico Madrid (1-1) Chelsea Fc. (1-3 au final)
  • Brondby (1-3) O. Lyonnais (1-5 au final)
  • LSK (0-2) Vfl Wolfsburg (0-4 au final)
  • Fortuna (0-5) Fc Barcelona (0-9 au final)
  • Bayern Munich (3-0) Biik-Kazygurt (9-1 au final)
  • St Pölten (0-2) Fc Rosengard (2-4 au final)
  • jeudi 14h00 : Fiorentina – Manchester City (0-3 à l’aller)
  • mercredi 17 : Sparta Praha – Paris SG (0-5) à aller.