Les 1/8 de finale de la session 2021 ont quelque chose de si évident dans les oppositions que la seule possibilité d’y mettre un peu d’intérêt est de rappeler le caractère particulier des joueuses de Brondby.

Les adversaires de jeudi de l’Olympique Lyonnais (septuple vainqueur de la WCL), d’ailleurs premier adversaire du club de Jean-Michel Aulas dans sa découverte de la coupe européenne en 2007, ont ouvert la porte de leur vestiaire. Pas souvent, une fois, mais comme toutes les premières fois, quiconque a vu s’en souvient.

Le vestiaire des équipes féminines, un univers si confidentiel, si personnel que même le plus grand secret d’Etat ne peut être mieux protégé, par des filles, réservé aux filles. Rare sont les hommes à y avoir jeté un œil. Ce n’est pas leur monde.

En 2015, fêtant une victoire essentielle leur donnant le doublé “championnat-coupe” ; les joueuses de Brondby ont fait exploser le dogme. Notamment Theresa Eslund, née Nielsen.

RTL.be, en 2015, reprend l’info et fait même un jeu de mots, parlant de “selfesses” au lieu de “selfie”. “Les joueuses ont laissés entrevoir un peu de l’intimité du vestiaire en faisant un selfie et un “selfesses” après la rencontre. La photo a été diffusée via le compte instagram de Theresa Nielsen, une des joueuses de Brondby”.

L’Equipe avait repris le sujet. “L’équipe féminine de Brondby, au Danemark s’est fait remarqué ce week-end. Tout d’abord parce qu’elle a réussi à s’imposer 3-2 contre Fortuna Hjorring au terme d’un match plein de rebondissements mais c’est surtout l’après match qui fait le buzz aujourd’hui”. 

L’impact est important puisqu’il émane d’une joueuse titulaire de l’équipe nationale danoise, défenseur de renom qui affiche, selon wikipedia, 133 sélections depuis 2008. Devenue Vice-championne d’Europe 2017 et nommée footballeuse danoise de l’année en 2012.

Les footeuses, des filles de caractère.

Les vestiaires sont un autre univers. Tout le monde se souvient du twerk d’Alex Morgan après leur victoire en finale de Coupe du Monde 2019.

Quand les féminines font une vraie performance sportive, un exploit. Les vestiaires se lâchent. Ce sont des filles de caractère, différentes des autres. Notamment quand elles jouent dans un sport “masculin”. Alors, elles explosent. Certains critiqueront la nudité mais la nudité est la normalité dans un vestiaire. On se balade “à poil” sans se poser une seule question. C’est normal. Là, elles “sexuent” la scène. Elles s’éclatent. Des histoires de filles.

Ce que je retiens, c’est que ce sont des filles de caractère. Il en faut pour publier ces photos. C’était en 2015, c’est loin ; c’est encore assez près pour qu’on s’en souvienne.

Therese Eslund née Nielsen, maintenant 34 ans, est d’un très bon niveau de jeu. Encore internationale, qualifiée pour l’Euro 2022 dans une équipe où brille la meilleure joueuse européenne 2020, Pernille Harder (Chelsea) et Nadia Nadim (PSG) pour citer les plus connues. Elle sera dans le jeu face à l’OL, jeudi.

Caractère contre palmarès.

En direct sur RMC Sport ou Story, 16h00 jeudi 4 mars 2021. Retour le 10 mars à 13h55.

William Commegrain Lesféminines.fr

Site UEFA (source)

Mercredi 3 mars

Barcelone – Fortuna Hjørring
Manchester City – Fiorentina

Rosengård – St. Pölten

Wolfsburg – LSK Kvinner

Chelsea – Atlético

Jeudi 4 mars

BIIK-Kazygurt – Bayern Munich
Lyon – Brøndby

Mardi 9 mars
Sparta Prague – Paris Saint-Germain

Matches retour

Mercredi 10 mars
Brøndby – Lyon
 
LSK Kvinner – Wolfsburg
 (se joue à Gyor, Hongrie)  
Fortuna Hjørring – Barcelone
  
Bayern Munich – BIIK-Kazygurt

St. Pölten – Rosengård

Jeudi 11 mars
Fiorentina – Manchester City

Mercredi 17 mars
Paris Saint-Germain – Sparta Prague