Pia Sundhage, retour aux USA

La SheBelievesCup créée au lendemain de la victoire américaine au Canada (2015) joue sa 6e édition (3 victoires américaines, 1 victoire française, 1 victoire anglaise). Le onze américain, sous les ordres de Vlatko Andonovski, a remporté son premier match face au Canada (1-0). Un voisin qu’il connait bien (51V-3N-7D) et dont le but de Rose Lavelle (70′), joueuse qui a explosé au Mondial 2019, est dans la droite ligne des dernières confrontations entre les deux pays avec 5 victoires sur le score de (1-0) pour 3 nuls. Le coach américain, installé depuis la fin 2019 à la tête des quadruple championnes du monde, lance son équipe sous le label “Road to Tokyo” avec l’espoir d’être la seule équipe féminine de l’histoire à réaliser le doublé Coupe du monde et Or olympique.

A l’image de Corinne Diacre avec les Bleues, 3e équipe mondiale, le leader américain du football féminin signe sa 51e victoire de suite à domicile – précédent record que Bruno Bini avec la Chine avait stoppé – et la 14e pour le coach américain, battant le record de Pia Sundhage (10), référence aux Etats-Unis.

Star suédoise, à la tête de l’USWNT de 2008 à 2012, récoltant deux médailles d’Or Olympique (2008-2012) et laissant la finale du Mondial 2011 au Japon dans une rencontre historique en qualité et émotion. Partie défendre les couleurs de la Suède avec une finale aux JO 2016 laissée à l’Allemagne, maintenant sous les couleurs du Brésil, futur adversaire des USA (dimanche 21- 15h à Orlando), dans cette deuxième rencontre du Tournoi 2021.

Quand Pia joue contre les USA, elle connaît ses points faibles. Tout le monde se souvient qu’elle avait éliminé les USA des JO 2016 en restant tout le temps derrière. Un quart restée dans la petite histoire du football féminin avec la gardienne américaine Hope Solo qui les avaient qualifié de “couards”. Une opposition qui sera regardée d’autant plus avec émotions de l’autre côté de l’Atlantique : une victoire américaine et les USA pour la première fois du Tournoi pourrait faire un doublé (victoire 2020 et 2021) ou une victoire brésilienne et l’aura de Pia Sundhage n’en serait que plus explosif, à quelques heures des JO de Tokyo pour une nation qui a couvé, pendant plus de 10 ans, Marta, la joueuse la plus titrée sur le plan FIFA. Six fois meilleure joueuse du monde donc cinq en continu. Oubliée des titres avec une finale aux JO de 2008 précédée d’une finale mondiale 2007.

Le Brésil s’essaie pour bousculer les USA ?

La joueuse avait annoncé son départ en France mais visiblement les sirènes du jeu ont chanté à ses oreilles. La voilà avec Cristiane (ex-PSG) dans le onze de départ, au capitanat. Un onze brésilien dont dix joueuses évoluent à domicile quand les autres sont à l’étranger. Formiga (42 ans) aurait été la seule potentielle à représenter la D1FArkema. La parisienne (PSG), aurait confirmé la présence des internationales brésiliennes en France. Depuis 2008.

GOALKEEPERS (3): 1-Bárbara (Avaí Kindermann FC), 12-Aline (UD Granadilla Tenerife, ESP), 22-Leticia (Benfica, POR)  DEFENDERS (8): 2-Kathellen (Inter Milan, ITA), 3-Bruna (Internacional), 4-Rafaelle (Changchun Dazhong, CHN), 6-Tamires (Corinthians), 18-Camila (Palmeiras), 20-Gio (FC Barcelona, ESP), 21-Tainara (Palmeiras), 23-Jucinara (Levante UD, ESP) MIDFIELDERS (7):5-Geyse (Real Madrid, ESP), 7-Andressa (AS Roma, ITA), 8-Ivana (Manchester United, ENG), 13-Júlia (Avaí Kindermann FC), 14-Adriana (Corinthians), 15-Chú (Palmeiras), 17-Andressinha (Corinthians)
FORWARDS (5):9-Debinha (NC Courage, USA), 10-Marta (Orlando Pride, USA), 11-Cristiane (Santos FC), 16-Beatriz (Wuhan Xinjiyuan, CHN), 19-Ludmila (Atlético de Madrid, ESP)

Les internationales américaines, dont la plupart ont évolué en Angleterre pour garder du temps de jeu pendant cette période 2020 du Covid qui a frappé de plein fouet leur championnat pour le transformer en tournoi, ont retrouvé leurs marques. La sélection d’Andonovski comprend des noms connus du public français : d’abord celles qui ont remporté le titre mondial 2019 dont Megan Rapinoe et Alex Morgan ayant joué une pige de 6 mois chacune avec l’OL. Ensuite Lindsey Horan qui a joué pas moins de quatre ans avec le PSG. Enfin, après avoir rappelé la présence de la grande Casey Murphy (ex-Montpellier), la jeune Catarina Macario, tout juste membre de l’Olympique Lyonnais sera l’attraction de cette rencontre. Née brésilienne, tout juste naturalisée américaine. A noter qu’il manque la star Tobin Heath (ex-PSG).

1-Alyssa Naeher; 20-Margaret Purce (14-Emily Sonnet, 81), 7-Abby Dahlkemper, 4-Becky Sauerbrunn (Capt.), 19-Crystal Dunn (2-Casey Krueger, 81); 8-Julie Ertz, 9-Lindsey Horan (22-Kristie Mewis, 81), 6-Lynn Williams, 11-Catarina Macario (16-Rose Lavelle, 64), 15-Megan Rapinoe (23-Christen Press, 64), 10-Carli Lloyd (13-Alex Morgan, 64). Subs not used: 3-Jaelin Howell, 5-Kelley O’Hara, 12-Tierna Davidson, 17-Sophia Smith, 18-Jane Campbell, 21-Casey Murphy

Les particularités du tournoi :

Le Brésil a beaucoup communiqué sur l’égalité d’indemnisation entre les joueurs masculins de la Sélécao et celles féminines qu’elles venaient d’obtenir. De son côté, les internationales américaines sont toujours en procès avec leur fédération pour discrimination, leur réclamant 63 millions de dollars. A noter aux USA l’intégration de Lynn Williams qui avait explosé au Tournoi 2020 du championnat américain. La première d’Alex Morgan depuis sa maternité sous les couleurs de l’USWNT et le retour de Megan Rapinoe (joueuse de l’Ol Reign) qui n’avait quasiment pas joué de match officiel depuis le Mondial 2019.

Pour le Brésil, Marta et Cristiane, nouvellement mariée avec leur épouse respective se donnent un nouveau challenge. Pour le Canada, à noter le match plein de Vanessa Gilles (Girondins de Bordeaux, 90′) face aux USA.

La rencontre se joue à 15h00, Orlando entre le Brésil et les USA quand Canada-Argentine se jouera à 18 heures.

William Commegrain Lesfeminines.fr