Les six derniers jours de match du championnat allemand 2019/2020 avait déjà été joués sous des conditions exceptionnelles sans public. Corona le voulait ainsi.

Public réduit au début

Le premier week-end du septembre, la Frauen-Bundesliga a repris son rythme avec d’abord un public réduit. Les deux premiers jours de la nouvelle saison se sont déroulés en observant des mesures d’hygiène strictes, mais avec un public limité. Le nombre de personnes admises dans les stades a varié selon la région, à Francfort, par exemple, était admis 250 et à Potsdam la limite était à 1.000.

Depuis mi-octobre le public est exclu.

Les cris, acclamations et ordres dans les stades viennent seulement des joueuses, du staff et des remplaçantes, les quelques journalistes admis ne font pas de bruits. Espérons qu’une deuxième ou troisième vague du virus n’arrêtera pas toutes ces activités.

La 10ème journée, les matches reportés.

Le virus Corona a bloqué les matches prévues pour dimanche, 22 novembre. Bayern München – Leverkusen et Turbine Potsdam – SV Werder Bremen. Des joueuses de Bremen et de Leverkusen avaient été testées positives ce qui a entraîné pour toutes les joueuses et leurs staff une “quarantaine” de 14 jours.

Deux jours avant le match amical prévu pour le 27 octobre, un cas positif au coronavirus au sein du staff de l’équipe nationale d’Angleterre a ensuite donné lieu à l’annulation de ce match qui aurait été joué devant une audience limitée à 50 personnes par les autorités de santé.

Championnat 2020/2021 de la Flyeralarm-Frauen-Bundesliga

Changement au top du classement ?

Le Bayern München espère enfin voir son rêve se réaliser : devenir le leader du foot féminin en Allemagne – comme l’équipe masculine de Munich qui est le leader brillant du championnat allemand et cela depuis très longtemps. À la fin de la saison précédente, son concurrent, le VFL Wolfsburg avait perdu des joueuses très importantes et en plus, au moment du match contre Bayern München n’a pas pu utiliser un nombre de joueuses très importantes pour le jeu de Wolfsburg.

Actuellement Wolfsburg ne peut pas compenser ses blessées comme Alexandra Popp, etc. Il ne faut pas non plus oublier la gardienne Almuth Schult ,qui a donné naissance à des jumeaux. Elle a rejoint l’entraînement, mais n’a pas encore retrouvé le terrain. Actuellement Katarzyna Kiedrzynek (ex-PSG) est entre les poteaux. Le 15 novembre, Bayern München a reçu Wolfsburg et Bayern en est sorti vainqueur. Est-ce qu’il s’annonce une alternance au sommet ?

Comment se présentent les 12 équipes après dix journées ? Les douze clubs de la Flyeralarm-Bundesliga, un par un selon leur place dans le classement :

1. Le FC Bayern München s’est bien renforcé avec, par exemple, des internationales venant de SGS Essen, Marina Hegering et Lea Schüller, et l’internationale Viviane Asseyi, de la France. On veut enfin grimper le sommet, ne plus être seulement le deuxième dans le classement, devenir champion allemand et jouer un rôle encore plus important dans la Ligue des Champions (quart de finale en 2019/20). Contre le grand concurrent VFL Wolfsburg, Bayern a su surprendre dans son match à domicile avec un résultat très clair. Résultat: 1 but pour Wolfsburg, quatre buts pour Bayern.

2. Le VFL Wolfsburg fait toujours très attention à ce que l’équipe soit renforcée par de nouvelles joueuses. Cependant actuellement, Wolfsburg se voit affaibli, surtout dans l’attaque. Affaibli par le départ récent de la danoise Pernille Harder et par la blessure de l’internationale polonaise Ewa Pajor qui, selon les medecins, ne pourra pas jouer jusque la fin de l’année. La gardienne No. 1 de l’Allemagne, Almuth Schult, après la naissance de ses jumelles, a bien l’intention de revenir sur le terrain, elle participe déjà à l’entraînement. Manquaient pour le match contre Munich aussi les trois blessées : Pauline Bremer, Sara Doorsoun et aussi Alexandra Popp, une très importante joueuse de Wolfsburg. Cette semaine Wolfsburg a annoncé de nouvelles joueuses: 1er décembre Rebecka Blomqvist (Suède) et 1er janvier 2021 Sofie Svava (Danemark). Un signe que le club cherche à renforcer l’équipe qui depuis des années domine le foot féminin en Allemagne.

3. TSG Hoffenheim, l’équipe surprise des saisons précédentes. Une équipe qui à la fin de la saison précédente était si proche de la place 2, qui était presque réservée pour Bayern München. Hoffenheim aurait pu prendre le ticket d’entrée pour la Ligue des Champions. La saison a commencé avec deux défaites contre Turbine Potsdam et VFL Wolfsburg, ensuite le TSG Hoffenheim a pu se stabiliser et s’est lentement rapproché des top cinq. – actuellement même se place 3e du classement, mais Potsdam qui occupe la place 4 a un match en moins. Explication possible pour ce début difficile: La saison dernière était la dernière saison pour l’entraineur Jürgen Ehrmann, qui a arrêté après avoir combiné son travail d’enseignant et entraîneur pendant douze ans. L’équipe a peut-être mis un peu de temps pour s’habituer au nouvel entraîneur.

4. Turbine Potsdam en essor. En vue d’une troisième place du classement du championnat qui permet la participation à la Ligue des Champions 2021/2022. Ce grand club du foot féminin en Europe revit un peu ses périodes glorieuses. Le nouveau coach, Sofian Chaed, ancien footballeur de Hertha BSC (Berlin), a pris les reines depuis le 1er juillet. Turbine Potsdam a réalisé une victoire importante contre son éternel concurrent Eintracht Frankfurt (ancien 1. FFC Frankfurt). À Potsdam il s’agit d’une équipe très jeune, dont actuellement aucune joueuse n’a été sélectionnée pour les deux derniers matches de qualification Euro.

5. L’ancien 1. FFC Frankfurt, club d’une grande histoire (vainqueur de la Women’s Champions League 2015) a maintenant fusionné avec et portant le nom de l’aigle d’Eintracht Frankfurt essaie de nouveau d’attaquer les clubs du haut du classement.

6. SGS Essen. Des cinq premiers matches, Essen en a perdu quatre, mais s’est ensuite stabilisé. Les joueuses de SGS Essen doivent encore trouver leur forme, on a vu cinq joueuses de grande qualité quitter pour aller vers le Bayern München, VFL Wolfsburg, Atlético Madrid et Aston Villa. Cela s’est vu dans leur premier match, juste contre VFL Wolfsburg, qui n’était point la répétition de la grande finale de la Coupe joué le 4 juillet (3-3), quand Essen avait le grand Wolfsburg au bord de la défaite. Essen a perdu ce premier match du championnat 0:3.

7. L’équipe de Bayer 04 Leverkusen´, qui à la fin de la saison précédente était menacée de la rélégation et avait fini sur place 10, se maintient bien au milieu du classement. A la 3e journée, on se trouvait même à la 3ème place du classement. Une équipe surprise de cette saison?

8. SC Freiburg : La 8e journée a été le premier match gagné à domicile. L’adversaire était le club montant SV Werder Bremen. Malgré un début faible dans les premiers matches, Fribourg a pu impressionner par une victoire contre Francfort et un match nul à l’extérieur contre Wolfsburg (1-1).

9. SV Werder Bremen se bat bien et se montre solide. Étant club montant, il est bon signe qu’il se retrouve sur place 9 à quatre points d’une place de rélégation. Assez éloigné.

10. SC Sand: Ayant vécu des temps plus heureux, le club doit se redresser et trouver ses forces. Surtout après avoir perdu contre la lanterne rouge du classement, Meppen.

11. SV Meppen : Dixième journée et première victoire. L’équipe était super-heureuse après la victoire à l’extérieur contre le SC Sand. Toute première victoire du débutant dans la Bundesliga. Est-ce que cette victoire restera la seule ou est-ce que cela donnera confiance aux joueuses?

12. MSV Duisburg, le successeur du grand FCR 2001 Duisburg (UEFA Women’s Cup en 2009), se retrouve avec seulement deux points sur la dernière place du classement. La saison précédente le club avait juste évité de descendre. Pas de bonnes perspectives pour Duisburg. À côté de SGS Essen, c’est un autre club de la region du Ruhr qui se présente moins bien que son histoire le laisse entendre.

Après dix matches on voit au moins une tendance: la constance des deux grands clubs au sommet.

Au cours de la saison il sera extrêmement intéressant d’observer le parcours de Bayern München avec ses grandes ambitions. L’effet de la fusion du 1. FFC Frankfurt, club de foot féminin, avec le grand club Eintracht Frankfurt et le parcours de Turbine Potsdam qui, bien qu’il a une coopération avec Hertha BSC Berlin, reste un club du foot féminin indépendant.

La Mannschaft. Qualification Euro 2022 et le niveau international

Des joueuses allemandes testent les championnats des autres pays européens. Il n’y pas seulement Dzsenifer Marozsán, (depuis longtemps Olympique Lyon) et Sara Däbritz (Paris Saint Germain). Il y a aussi d’autres qui ont fait leurs valises pour jouer et briller ailleurs – et je nomme seulement des internationales: Lena Petermann (HSC Montpellier) Melanie Leupolz (FC Chelsea), Leonie Maier (FC Arsenal), Turid Knaak (Madrid).

Les motivations ? Seulement une meilleure rémunération ? Un championnat allemand moins intéressant ? Moins de public qu’il y a quelques années ? Moins de visibilité ? Meilleurs conditions professionnelles à l’étranger?

Difficile à dire, chaque joueuse peut avoir ses propres raisons, mais la tendance est claire. La sélectionneure y voit un avantage plutôt pour la sélection: Les joueuses peuvent acquérir des expériences sur un niveau international.

Le 13 septembre l’Allemagne a joué le match de qualification pour l’Euro 2022 contre l’Irlande, le concurrent le plus fort. Le match avait été prévu pour le 4 avril, avait dû être reporté et a été joué sans public. L’Allemagne a dominée, l’Irlande n’a pas souvent franchi la ligne médiane. Résultat 3:0, mais l’équipe allemande, surtout dans la deuxième mi-temps n’a pas profité de toutes ses occasions. Le plus important: les joueuses étaient très contentes de se revoir après tant de mois sans aucun match international grâce au fameux virus.

Suite aux résultats des autres concurrents dans le groupe, l’Allemagne avait déjà pu valider son ticket pour l’Euro 2022 à un moment où il en restaient encore deux jours de matches à jouer. Après tous les huit matches gagnés dans le groupe (Ukraine, Irlande, Grèce, Allemagne) cela donne maintenant: 24 points, 46 buts, 1 but reçu. Résultat impressionnant et produit sans trop d’efforts d’ailleurs.

Pas d’occasion d’évaluer où on en est avec la sélection actuelle alors que le match amical le 27 octobre contre l’Angleterre, adversaire plus fort, avait dû être annulée.

Les footballeuses cherchent la visibilité.

En 2011 l’Allemagne a été le pays de la Coupe du Monde du foot féminin, les stades étaient combles, match d’ouverture devant 78 000 personnes. L’essor n’était pas durable. Avant-Corona, le dernier match à domicile, un match de qualification pour l’Euro en octobre 2019 n’avait attiré que 5,500 personnes. La visibilité est stagnante et les chiffres des audiences du championnat étaient en baisse. Que faire pour susciter l’intérêt du grand public qui semble être plutôt faible?

À un moment où on ne sait même pas quand et avec quelle ampleur les spectatrices et spectateurs reviendront dans les stades.

Gerd Weidemann par Lesfeminines.fr