Les jumelles Cascarino, Delphine et Estelle, avaient fait les médias lorsqu’elles s’étaient trouvées ensemble pour la première fois en Bleue. Aujourd’hui, l’annonce et la caractéristique ne vaudra que quelques lignes. Delphine est en Bleue depuis longtemps (24 sélections, 23 ans) ; Estelle n’est venue que ponctuellement, (1 sélection).

La première est droitière, attaquante quand la seconde, gauchère, évolue en défense.

Un appel du d’abord à ses matches avec Bordeaux pour sa deuxième saison et le fait que Corinne Diacre aime bien intégrer les joueuses par phase. D’abord, une entrée dans le groupe, ensuite dans le jeu. Estelle Cascarino ayant été plusieurs fois appelée avant d’avoir ouvert son compteur de sélection face au Ghana en Octobre 2017.

Un détail qui montre la difficulté, dans le jeu, de gagner une place en Equipe de France. Nous sommes en 2020.

Une défense centrale totalement “newlook” après les forfaits de Wendie Renard (blessure face au Stade de Reims), Griedge MBock (rupture tendon d’achille), Aissatou Tounkara (genou) qui montrera – ou pas – la qualité du football de la D1F Arkema avec soit Annaig Butel (28 ans, 10 sélections), Estelle Cascarino (23 ans, 1 sélection), Elisa de Almeida (22 ans, 1 sélection), Julie Thibaud (0 sélection, 22 ans) comme candidates au centre.

Une chance ou une malchance face à de modestes adversaires (Serbie, 41e Fifa et Macédoine du Nord, 129e FIFA). Cela dépendra du résultat.

Qui donnera une réponse à une question intéressante : que vaut la défense française sans les 1,87 de Wendie Renard (120 sélections, 24 buts) avec l’absence en plus de Sarah Bouhaddi (149 sélections) ? Un bon test. Le pire serait que cela devienne un test offensif pour les Bleues quand on connait l’importance des buts de la capitaine lyonnaise pour la sélection, mais cela c’est impossible à envisager avec Eugènie Le Sommer, Marie-Antoinette Katoto et Kadidiatou Diani en attaque. Ce serait très malheureux et inquiétant à constater.

William Commegrain Lesfeminines.fr