Sarah Bouhaddi ne s’est pas cachée de sa joie. La gardienne de 34 ans aux 149 sélections, avait demandé à Corinne Diacre un moment pour souffler avec la sélection nationale et s’était livrée sur le site olympique-et-lyonnais.com à cet effet, précisant qu’elle avait pris contact avec la sélectionneuse, sans savoir si elle serait entendue.

Sur twitter, elle a laissé échapper sa joie !

Corinne Diacre, quant à elle, s’est exprimée après la promulgation de la liste : “Je ne peux qu’entendre ce qu’elle m’a dit. Je n’accepte bien évidemment pas sa décision mais je la respecte, c’est pour ça que je ne l’ai pas convoquée » a-t-elle ajouté. Corinne Diacre dit espérer « qu’elle changera d’avis prochainement et que l’équipe de France pourra de nouveau compter sur elle ».

C’était un point d’interrogation auquel s’ajoutait l’inconnue de la 3e gardienne. C’est Romane Munich (Soyaux Charente, 25 ans) qui a obtenu le billet ; alors que d’autres candidates auraient pu y prétendre. Karima Benameur Taieb, (31 ans) 3e gardienne à Manchester City pour un retour en sélection ou Romane Bruneau, (24 ans) auteure de belles prestations la saison dernière, numéro 2 de Bordeaux (3e), devenue n°1 pour ce début de saison. Voire, l’ex-capitaine de l’Equipe de France des U20 de 2018, Mylène Chavas (22 ans, Dijon) à qui il manque une série qualitative en compétition.

Des joueuses blessées

Olivier Echouafni (coach du PSG) demande, à raison, que les cinq remplacements perdurent pour la saison. On ne peut pas lui donner tort à l’annonce répétitive de joueuses blessées, tous clubs confondus, pendant cette préparation de la saison 2021.

Pour l’Equipe de France, après Eugènie Le Sommer en délicatesse, Amandine Henry, capitaine des Bleues est out jusqu’à la fin du mois (mollet) et l’autre milieu de terrain, la jeune Grace Geyoro (PSG) est au repos pour une fracture de fatigue du tibia. En défense, c’est Aissatou Tounkara qui est restée à l’Atletico Madrid suite à une entorse du genou. Seul, en attaque, les possibilités restent les mêmes.

Dix joueuses offensives pour prendre la tête du groupe G et qu’Eugènie Le Sommer fasse exploser le record de Marinette Pichon.

Compte tenu de cela, dans un environnement qui n’est pas dramatique puisque les deux adversaires des Bleues sont éloignés au classement FIFA. La Serbie (41e) pour un match à l’extérieur qui se jouera le Vendredi 18 Septembre (21h) à Subotica dans un premier temps puis la Macédoine du Nord (141e FIFA) ensuite, le mardi 22 septembre à Skopje (21h) sur W9.

Deux résultats qui devraient être positifs pour les Bleues, les portant en tête du Groupe G, devant l’Autriche si les deux rencontres se terminent sur un différentiel de (+8). Quelque chose de possible mais pas d’acquit.

Une bonne occasion pour Eugènie Le Sommer (80 buts), vice-capitaine de l’Equipe de France, de pousser le record détenu par Marinette Pichon, de 81 Buts.

Corinne Diacre explique ses choix : “Pauline Peyraud-Magnin sera numero 1, puisque numero 2 quand Sarah Bouhaddi était présente. Romane Munich était suivie depuis une année, sa performance samedi est dans la continuité. Elle a été prise. Julie Thibaud (Bordeaux) est intégrée pour connaître sa place dans le groupe. Suivie lors de la Coupe du Monde U20, elle n’avait pas depuis assez de temps de jeu. Elle bénéficie, comme Annaig Butel (Paris FC) des absences de Aissatou Tounkara et Griedge MBock. Enfin, Melvine Malard fait de bonnes entrées avec l’Olympique Lyonnais, elle est prise comme jeune pour être testée. Sur la non-présence de Kheira Hamraoui (Fc Barcelona), elle l’explique par la volonté de revoir Maeva Clemaron (dans le groupe des 23 du Mondial 2019).

Une sélection très offensive avec deux milieux de terrain purs Charlotte Bilbault (Bordeaux), Maeva Clemaron (Everton), le reste à vocation offensive … soit 10 joueuses ! On espère une série pour Elisa de Almeida (22 ans) qui a toujours eu un petit pépin, la bloquant pour continuer avec les Bleues.

La liste des Bleues :

  • Gardiennes : Peyraud-Magnin, Solène Durand (Guingamp), Romane Munich (Soyaux Charente)
  • défenseurs : Annaig Butel (Paris FC), Elisa de Almeida (Montpellier), Sakina Karchaoui (OL), Perle Morroni (PSG), Eve Perisset (Bordeaux), Wendie Renard (OL), Julie Thibaud (Bordeaux), Marion Torrent (Montpellier).
  • milieux : Charlotte Bilbault (Bordeaux), Maeva Clemaron (Everton), Kenza Dali (West Ham), Viviane Asseyi (Bayern Munich), Marie-Antoinette Katoto (PSG), Eugènie Le Sommer (OL)
  • attaquantes : Delphine Cascarino (ol), Kadidiatou Diani (Psg), Valérie Gauvin (Everton), Amel Majri (Ol), melvine Malard (Ol), Ouleymata Sarr (Bordeaux).

William Commegrain Lesfeminines.fr

Bon à savoir : les qualifications pour l’Euro féminin sont les seules compétitions internationales féminines maintenues par la FIFA pendant cette période liée à la COVID.