Rebecca Quinn, 25 ans, fait une annonce surprenante sur Instagram. Elle précise qu’elle est transgenre, que son statut était connu en privée et qu’elle en fait la révélation publique, ce jour, pour donner une image positive au milieu des “Queer”.

Elle a été joueuse du Paris FC dans le courant de la saison 2018-2019 et a joué deux matches selon le site footofeminin. Face à Guingamp avec une victoire du Paris FC (0-1) lors de la 17e journée, juste après avoir joué face à Lyon (16e journée) pendant 82′, à domicile, pour une défaite (1-4).

Depuis elle est devenue une joueuse de l’OL Reign, prêtée au club de Vittsjo GIK (Suède). Elle a joué le tournoi ChallengeCup 2020 pour le compte de l’OL Reign.

Se pose différentes questions : comment cela se passe pour détecter la féminité d’une joueuse ? En France ? Au niveau international puisque Rebecca Quinn est internationale canadienne (47 sélections en 2019), médaillée de bronze aux JO 2016 et dans la liste des joueuses canadiennes à la Coupe du Monde 2019 en France.

Une situation qui va faire trembler les lignes, poser des questions pour les équipes où elle s’est produite, interroger sur la légitimité des matches qu’elle a joué et surtout, se poser la question de la connaissance de l’information et des duplicités, faute d’environnement juridique, ou des droits (quelles sont les règles ?) qui vont avec ?? Joueuses, clubs, sélections ?

A noter que le Paris FC n’a fait jouer la joueuse que sur deux matches pour une saison. L’OL Reign la prend, et la prête dans la foulée.

Il faut éclaircir cela. A défaut, cela ne va pas aider le football féminin.

William Commegrain Lesfeminines.fr