Les événements avant la 1/2 finale. La composition des deux équipes est tombée. Le PSG dans celle de son 1/4 de finale ; Jean-Luc Vasseur rentre ferme dans ses choix. Sakina Karchaoui entre latérale, premier match en WCL avec l’OL comme titulaire. Amel Majri monte d’un cran et met Eugènie Le Sommer sur le banc et Amandine Henry laisse sa place à Gunnarsdottir.

PSG; Endler; Lawrence, Paredes, Dudek, Morroni; Geyoro, Dabritz, Nadim; Diani, Katoto, Bachmann

OL: Bouhaddi; Bronze, Buchanan, Renard, Karchaoui; Gunnarsdottir, Kumagai, Maroszan; Cascarino, Parris, Majri

  • Un cas de Covid 19 a été détecté au PSG Féminin. La communication remonte à deux heures avant le match. “La joueuse est actuellement isolée du groupe et ne participera pas à la rencontre de ce soir, conformément au protocole de l’UEFA.”. En espérant qu’elle n’ait pas contaminé d’autres joueuses. Comment est-il possible que cela arrive alors que les joueuses sont soumises et suivies quasiment au quotidien. Encore un truc de bizarre.
  • Léonardo est annoncé par l’Equipe pour le match de ce soir. “Il était attendu, il sera là. Proche de la section féminine du club, Leonardo, le directeur sportif du PSG, va arriver dans la matinée à l’hôtel des joueuses parisiennes, à Bilbao.” Tant mieux pour le PSG, Kadidiatou Diani fera alors un bon match. Ce qu’elle fait toujours quand il y a des gens importants dans le stade.
  • Sur les canadiennes du match. Alphonso Davies a explosé avec le Bayern de Munich en Ligue des Champions. Il est le premier canadien homme à remporter cette compétition. Petit ami de la joueuse du PSG Jordyn Huitema (PSG), il est source d’inspiration pour Ashley Lawrence (PSG) comme pour Kadeisha Buchanan (OL). Le premier Ministre, lui a envoyé ses félicitations, Christine Sinclair, la capitaine canadienne emblématique de même. “Quel moment historique… tout le Canada est fier de toi. Félicitations pour ta grande victoire, Alphonso!” du tweeter de Justin Trudeau.
  • Sur les joueuses lyonnaises :
    • l’OL a des soucis avec la force de son milieu de terrain. Amandine Henry, Saki Kumagai, Dzsenifer Marozsan. Elles percutent moins vers l’avant. De fait, les occasions sont difficiles à obtenir faute de différences. Pour la capitaine française, il y aurait un problème ligamentaire. Pour Saki, elle serait trop isolée et obligée de jouer un rôle autre que défensif, avec les erreurs qui vont avec. Pour Dzsenifer, on peut se demander si l’idée a été bonne de la conserver alors qu’elle voulait s’essayer à jouer ailleurs (Utah, USA). Voir notre réflexion sur ce sujet.
    • Eugènie Le Sommer vient de se marier. Un moment fort. Est-on disponible de la même manière pour le football de très haut niveau après 30 ans et dans la continuité d’un mariage, bousculé par le Covid. Voir notre réflexion sur ce sujet.
    • Lucy Bronze, partante, s’est faite reprendre plusieurs fois en vitesse par Fleury de Guingamp ; et Amel Majri traîne la patte pour jouer latérale gauche au lieu de milieu excentré gauche.
    • Enfin, deux titulaires que sont Ada Hegerberg et Griedge M’Bock obligent à l’interrogation quant à la garantie d’une équipe huilée sur mesure.
    • Globalement, ce qui semble surprenant, les lyonnaises acceptent l’idée que le PSG est à leur niveau. Impossible de l’imaginer avant. Le jeu des messages de Jean-Luc Vasseur peut avoir son influence auprès de filles souvent reconnues comme des terreurs.
  • Pour les bonnes nouvelles, j’ai trouvé Kadeisha Buchanan, remplaçante de Griedge M’Bock excellente. Un match du niveau du France-Canada (9 avril 2015) qui l’avait faite découvrir à la France et engagée par l’Olympique Lyonnais. Sarah Bouhaddi semble sereine
    • Nikita Parris a pour moi été excellente dans une phase de jeu qui pourrait faire mal au PSG s’il suffit de marquer un but à l’adversaire. Elle a des appuis d’une telle puissance et vitesse que contre le Bayern, partie deux mètres derrière, elle passe deux mètres devant en l’espace de 15 mètres. Une situation de jeu que personne ne peut arrêter et qu’elle a reproduit en finale de Coupe de France contre Paris, obligeant Paredes à faire un tacle sur la ligne alors qu’elle récupérait un dribble long sur Endler, quasiment impossible à reprendre.
    • Delphine Cascarino, 23 ans, doit prendre un leadership d’attaque dans ce jeu où il ne fait qu’elle se contente d’être rapide mais où elle se doit d’être influente.
    • Le bilan pour l’Olympique Lyonnais est interrogatif.
  • Sur le Paris Saint Germain
    • Endler n’a pas encore fait l’arrêt qui confirme son mondial 2019.
    • Ashley Lawrence ne peut pas monter à droite en dédoublement. Elle doit aussi être aidée par Diani dans son couloir. Ce n’est pas son pied naturel et à un moment, cela bloque dans la haute performance.
    • Perle Morroni ne dédouble pas sur la gauche avec les mêmes consignes que pour Ashley Lawrence. Cela manque dans le jeu offensif des parisiennes et limite leur capacité à marquer. Les obligeant à ne pas en prendre pour gagner.
    • le jeu de transition est dans les mains de Däbritz Sara.
    • kadidiatou Diani joue très excentrée. La défense adverse a pris l’habitude de ses percées. Elle est supérieure à son adversaire mais n’inquiète pas la gardienne et le centre de la défense.
  • Pour les bonnes nouvelles ;
    • Paulina Dudek a été très bonne en quart alors qu’elle fait souvent une erreur. Il faut espérer qu’elle renouvelle sa performance, ce qui n’a pas été le cas des autres joueuses de cette compétition commencée en 1/4.
    • Irène Paredes a été très bonne. Elle devrait refaire les mêmes performances si son émotion ne déborde pas trop dans son jeu.
    • Grace Geyoro peut et doit surprendre. Comme Delphine Cascarino, elle doit influer dans la victoire parisienne.
    • Marie-Antoinette Katoto peut faire mal à ses adversaires. Soit dans une performance individuelle, soit dans une performance collective.
    • Bachmann, peut-être celle qui trouvera le trou de souris que les adversaires n’auront pas le temps de combler. Elle donne confiance au jeu offensif parisien.
  • Si ces cinq joueuses se mettent au niveau du match et influent sur la rencontre, le Paris Saint Germain gagnera cette demi et devrait remporter le titre 2020 dans la même dynamique.

William Commegrain Lesféminines.fr