1/2F WCL2020 ; Paris Saint Germain – Olympique Lyonnais. Depuis 2017, les deux adversaires ont fait six matches nuls dont quatre, dans les épreuves de Coupe, se sont terminées par des tirs au but. C’est un pur 50-50. Les deux équipes ont les joueuses pour faire mal à l’adversaire. Le rôle des coaches va être essentiel. Une équipe expérimentée pour l’OL. Une équipe jeune pour le PSG. Quand l’expérience deviendra vieillesse, alors le PSG prendra les rênes.

26 Août 2020

Auteur : William Commegrain

1/2 finale WCL 2020 – PSG vs OL. Mercredi 20h00 à Bilbao. En direct sur UEFA TV, Canal plus et BeIn sport. Faut-il être un ancien coach lyonnais pour l’emporter sur l’OL ? 

2014 – Farid Benstiti l’emporte sur l’OL

Plus serré, c’est impossible. Il y a eu du chemin depuis 2014, un 18 janvier lorsque le PSG de Laure Boulleau et Fatmire Alushi l’emporte à Gerland (0-1) sur un but de Laura Georges, après avoir pris un sévère (0-3) à l’aller. Une performance qui avait fait le tour de ce qui était un microcosme médiatique de l’époque. Mettant fin à quatre années sans défaite de l’OL en championnat.

Dix mois plus tard, en Women’s Champions League, Fatmire Alushi, vers la 83′, renouvelle l’exploit. (1-1) à Paris, une courte victoire à Gerland (0-1) pour ce qui deviendra la première finale européenne (2015) du PSG. Après, excusez du peu, avoir sorti en 1/2 finale, le Vfl Wolfsburg, vainqueur de l’édition 2013 et 2014.

Paris, sous la houlette de Farid Benstiti, ex-coach lyonnais de 2003 à 2010, en deux ans, est près de l’OL.

Qui sera surpris qu’en 2016, l’année qui sera celle du retour de l’OL avec le titre européen, l’Olympique Lyonnais passe un 7-0 au Paris Saint Germain en 1/2 finale retour avec une sortie inattendue de Laura Georges en première mi-temps et les signatures dans la foulée, de quatre parisiennes à l’OL, Kheira Hamraoui, Kenza Dali, Jessica Houara d’Hommeaux et la capitaine suédoise, Caroline Seger.

Les joueuses devenues professionnelles écoutent les propositions de contrat. En sachant qu’à l’Olympique Lyonnais, elles ont une grille de rémunération hors convention. Caroline Seger ne s’en cachait pas. En zone mixte, elle n’oubliait pas de dire qu’elle “était professionnelle”. A l’écoute des opportunités qui ne se refusent pas.

Avec la sortie de Farid Benstiti, le coach parisien 2012-2016, le PSG semble déshabillé sur le plan national et européen. 

L’Olympique Lyonnais réalisera ensuite un parcours historique, avec quatre titres européens. Dépassant le FFC Frankfurt (3 titres). Devenant la référence du football féminin.

Dans ce premier acte, le PSG, transformé en club exclusivement professionnel, aura été très près de l’Histoire. Un titre européen en 2015 qui s’est refusé sur une action de talent d’Isaker (92′, 2-1). Farid Benstiti me dira souvent, convaincu : “En prolongations, les allemandes n’auraient pas tenu.”

2016 – Patrice Lair l’emporte sur l’OL

Terminé, fin du premier acte. Il y en aura un second avec la finale européenne 2017. Une année exceptionnelle où en 15 jours, les deux clubs français vont s’opposer : en championnat pour le titre. Une défaite (3-0) au Groupama Stadium. En coupe de France (1-1) et une séance de tirs au but gagné par l’OL (7 à 6) et pour une finale européenne.

Patrice Lair, ex-coach de l’OL -comme Farid Benstiti- a qualifié le PSG avec une équipe de jeunes, tout juste sorti des U19F, deux fois championnes de France de leurs catégories, encadrée par des talents : Christiane, Paredes, Boquete. Un travail de formation de qualité fait par Pierre-Yves Bodineau sortira les Grace Geyoro, Perle Morroni, Marie-Antoinette Katoto et consoeurs.

Elles sortent dépitées de la finale sur une séance de tirs au but ravageuse (0-0, 7 à 6) où Sarah Bouhaddi, gardienne, mettra un but incroyable après un duel de tireuse avec Katarzyna Kiedrzynek, la portière parisienne. Une tentative ratée et non condamnée, Patrice Lair reprochant à des joueuses de champ de ne pas avoir tiré.

Le coach parisien, seul coach avec Corinne Diacre, à avoir fait les deux mondes, masculin (EA Guingamp L2), et féminin (OL et PSG), sur le plan professionnel, ne sortira pas vierge de toutes victoires face à l’OL. En décembre 2016, un boulet de canon de Marie-Laure Delie au Camp des Loges (1-0) donnera la tête de championnat au PSG, vite perdue 15 jours plus tard, pour une pénalité de 4 points impossible à rattraper. Trois, soit une victoire, reste possible. Quatre, est dans le domaine de l’impossible.

2018 – Bernard Mendy l’emporte sur l’OL.

C’est peut-être l’adjoint parisien qui fera la meilleure performance de coach face aux fenottes. En 2018, Patrice Lair est en négociation difficile avec le PSG. Il “se met en arrêt maladie” pour cause de surcharge de travail et laisse la finale de la Coupe de France aux mains de son adjoint, Bernard Mendy, ex-joueur professionnel du PSG. Celui-ci la mène de mains de Maître, en gérant les incidents nombreux de la rencontre (interruption de plus d’une heure, discussion des lyonnais avec l’arbitrage, orage et pluie). Une rencontre, une victoire, un titre. 

Il met fin à l’interrogation : est-il possible de gagner l’OL quand on a pas été de l’école lyonnaise ? La réponse est positive. Bernd Schröder, 45 ans de football féminin, Turbine Potsdam l’avait fait en Coupe d’Europe 2014. Wolfsburg et Ralf Kellermann, l’avait réalisé en finale 2013. Il en avait gagné le titre de meilleur coach FIFA de football féminin en 2014, saison sans compétition internationale. 

Olivier Echouafni, coach du Paris Saint Germain depuis 2018.

Photographie @UEFA

2020 – Olivier Echouafni, l’opportunité d’entrer dans l’Histoire

Effectivement ce sont les joueuses qui réalisent la prestation. Michel Platini, devenu sélectionneur de l’équipe de France (1988-1992) juste après sa fin de carrière en 88 avait eu ses mots qui m’avaient étonné : “L’entraîneur, c’est 10% de la victoire d’une équipe. Ce sont les joueurs qui la font”. Il était encore avec la vision du terrain. Je ne suis pas convaincu qu’il dirait la même chose aujourd’hui.

On ne peut pas gagner l’Olympique Lyonnais sans créer une stratégie forte qui soit le lien entre les joueuses et les chances d’une victoire. 

Les joueuses et joueurs sont tellement soumis à l’émotion de l’instinct, du moment, pendant une rencontre qu’elles doivent se rattacher et s’attacher à une réalité qui ne dépend pas d’elles, mais du coach.

La vérité a été dite avant, en réunion d’avant-match. Les deux coaches ont les moyens de construire plusieurs équipes. Il a fait des choix. S’en éloigner c’est prendre le risque de la défaite, de la désunion entre les joueuses dans un sport collectif qui fait que le ballon est dans la surface adverse, après un certain nombres de passes réussies, jouées rapidement, dans des mouvements et déplacements qui ont surpris l’adversaire. 

Ecoutez un concert de musique classique sans chef d’orchestre. C’est une cacophonie. Ecoutez-le avec un grand chef, c’est un chef d’oeuvre qui réveille l’oreille la plus endormie. 

Olivier Echouafni a rendez-vous avec la performance. De ses choix, de son management, le Paris Saint Germain pourra prétendre à une 3e finale européenne, et peut-être un titre.  Des choix de placements, avec une Diani excentrée ou intérieure. Des choix de tireuses de pénalties après quatre finales perdues aux tirs au but contre l’OL (Finale Coupe de France 2017, UEFA 2017, Trophée des championnes 2019, finale Coupe de France 2020). Des choix de remplacements. Tout sera détails mais tout sera important. 

En face, il y a Jean-Luc Vasseur. Ils ont passé le BEPF dans la même session.  Collègue et adversaire. Deux coaches qui pratiquent un jeu de Ligue 2. D’abord défensif, placé pour ensuite sur la durée, l’emporter. 3VasVa

Vasseur, recruté par le club de National de Créteil Lusitanos pour le faire monter en Ligue 2, avec un palmarès de champion de France U17 auprès des jeunes du PSG. Dix ans au Camp des Loges mais qui, comme tout professionnel, jouera totalement pour l’OL. Echouafni, qui n’a jamais mis les pieds au PSG, viendra pour écrire l’Histoire parisienne et son histoire.

Les deux ont les joueuses pour faire mal à l’adversaire. Le PSG plus jeune, l’OL plus expérimenté. On sera attentif aux tirs au but potentiels.

C’est du 50-50 à l’image des nombreux matches nuls entre les deux équipes.

Quand l’expérience deviendra vieillesse alors le PSG prendra les rênes.

William Commegrain Lesfeminines.fr

PS : le VFL Wolfsburg, vainqueur hier de sa demie, signe des deux mains pour une victoire du PSG après quatre défaites de rang face à l’OL (2016, finale ; 2017, 1/4 ; 2018, finale ; 2019, 1/4). Face au PSG en 2015, défaite à domicile (2-0) mais victoire à Charlety (1-2).

“Quand l’expérience de l’OL deviendra vieillesse, alors le PSG prendra les rênes.”

Elimination européennes de l'OL depuis 2011

Titres européens de l'OL. Record.

Finales EUropennes du PSG

Matches nuls OL-PSG depuis 2017

  • Finale contre Wolfsburg en juin 2013 (0-1)
  • Turbine Potsdam en novembre 2013 (1-2) à Gerland
  • PSG à Gerland en 2014 (0-1) en 1/8e.
  • Titre UEFA en 2011 face à Turbine Potsdam (2-0)
  • Titre UEFA en 2012 face à Frankfurt (2-0)
  • Titre UEFA en 2016 face à Wolfsburg (1-1, 4 à 3)
  • Titre UEFA en 2017 face au PSG (0-0, 7 à 6)
  • Titre UEFA en 2018 face à Wolfsburg (4-1 après prolongations)
  • Titre UEFA en 2019 face à Barcelone (4-1)
  • Finale 2015 face à Frankfurt (2-1)
  • Finale 2017 face à l’OL (0-0, 7 à 6)
  • Mai 2017. OL. Finale Coupe de France (1-1, 7 à 6)
  • Mai 2017. OL. Finale UEFA (0-0, 7 à 6)
  • Mai 2018. D1F PSG-OL (0-0)
  • Nov 2018. D1F PSG-OL (1-1)
  • Sept 2019. OL. Trophée des Championnes (1-1, 4 à 3)
  • Août 2020. OL. Finale Coupe de France (0-0, 5 à 4).