Les compétitions internationles risquent de prendre l’eau avec le retour des vacances et la covid-19

14 Août 2020

Auteur : William Commegrain

L’Angleterre prendre la décision de mettre en quatorzaine tous les arrivants venant de France, Malte et  les Pays-bas à compter du 15 Août. La réciprocité française ne va pas se faire attendre. La Belgique et l’Espagne en faisait déjà partie. Même si le Foreign Office a précisé que seuls les voyages exceptionnels étaient acceptés (cas des déplacements des équipes de football féminin ?), le début du retour des vacances des européens laissent à penser que la situation peut s’aggraver et montrer un premier pic au moment des rencontres internationales de Septembre et Octobre. Mettant en difficulté les tournois UEFA et FIFA. Petite présentation rapide des effets du COVID-19 pour le football féminin depuis janvier 2020.

La COVID-19 : Ce virus qui nous semble si quotidien et dont la génése est pourtant très récente puisqu’il a été découvert fin décembre 2019 a bousculé le monde sportif.

Au niveau de l’organisation des compétitions de notoriété mondiale, les Jeux Olympiques de Tokyo ont été reportés en 2021 (23 Juillet-8 Août) sans empêcher quelques vagues qui évoquent son annulation définitive. L’Euro de football masculin testant la nouveauté -peu adapté au Covid-19- de se jouer dans 12 villes européennes se fera du 11 Juin au 11 Juillet. Et l’Euro féminin est décalé du 6 au 31 Juillet 2022, en Angleterre … A moins que ?

L’Angleterre est la 5e nation la plus touchée au monde derrière les USA, le Brésil, le Mexique et l’Inde avec plus de 41.000 décès mais le premier en Europe. On se rappelle de la gravité pour son Premier Ministre, Bill Johnson ; seul grand gouvernant à avoir connu les inquiétudes de l’assistance respiratoire. Avec un taux actuel bas de taux d’incidence (18 pour 100.000 habitants), le gouvernement britannique regarde avec précision celui de la France (32) et prend les mesures qui s’imposent. 

Ce qui est vrai pour l’Angleterre le sera tout autant pour chaque pays concerné. Les fermetures de frontières sont même à envisager, à défaut d’avoir un vaccin crédible, au-delà de l’avis circonstancié de Vladimir Poutine.

La COVID-19, après ce retour de vacances du monde entier – qui nous fait constater que si le 1er mai est une date fériée mondiale, Juillet et Août, avec le temps, ont les mêmes caractéristiques – aura des effets sur le football international plus important que sur celui national.

 Les dates FIFA retenues pour les compétitions vont avoir “chaud aux fesses”. 

Houston Dash, vainqueur inattendu de la Challenge Cup 2020, créée au dernier moment pour décerner le Titre NWSL 2020

Photographie @NWSL

Quels ont déjà été les effets de la Covid-19 depuis janvier 2020 pour le football féminin ?

Au niveau du football féminin international, la qualification de la zone Asie pour les Jeux Olympiques 2020 a été chamboulée et n’est pas encore terminée, six mois plus part.

Il faut dire que les matches étaient prévus à Wuhan (Chine) en février. Epicentre de la pandémie. Tout a été envoyé en Australie et l’équipe chinoise a dû subir une quatorzaine, dans un hôtel australien, avec interdiction de sortie, en s’entraînant dans ses couloirs pour jouer sa chance, diminuée des joueuses provenant du club de Wuhan, dont Wang Shuang, ex-joueuse du PSG et meilleure joueuse d’Asie en 2018. Format qui a envoyé l’Australie aux JO mais la Chine est toujours dans l’attente de son dernier match face à la Corée du Sud pour savoir quel sera la seconde équipe qui représentera l’Asie aux JO à venir. Les organisateurs ont essayé de prévoir large, début 2021. 

Tous les championnats européens de football féminin ont été arrêtés, à l’exception de l’Allemagne qui a terminé en constatant le titre du Vfl Wolsburg et la seconde place européenne du Bayern de Munich. Ce qui était déjà le classement au 16 mars 2020. Un arrêt qui met sous tension les staffs des préparateurs physiques des huit équipes qualifiées pour les 1/4 de finale de la Women’s Champions League 2020, décalée du 21 Août au 29 en Espagne (Bilbao et San Sebastian).

Aux Etats-Unis, avec un championnat qui démarrait lui le 18 avril, tout a été remis en question et la NWSL a organisé au dernier moment du 27 Juin au 26 Juillet, un tournoi dans l’Utah – seul Etat qui a accepté de prendre le risque sanitaire – pour décider du titre de Champion NWSL 2020, revenu aux Houston Dash. Une grande première pour celles qui n’avaient jamais joué les play-off depuis 2013, date de la création du nouveau championnat américain. 

Une pandémie qui a fait peur à quelques stars du football mondial puisque Carly Lloyd et Megan Rapinoe se sont désistées quand Orlando Pride (une des neuf franchises de la compétition), le 22 juin 2020, à quelques jours de la compétition, a tout simplement annulé sa participation avec six joueuses positives au Covid-19 et quatre membres du staff. 

En France, les deux clubs phares du championnat ont eu leurs cas de COVID-19. Le 27 Juin, le PSG communiquait sur 3 cas positifs avec 2 jeunes U19 pour une joueuse du groupe professionnel. Plus grave, après coup, Le Progrès du 10 Août confirmait que Lola Gallardo (OL, ex-gardienne de l’Atletico Madrid) avait été détectée positive deux jours avant la finale de la Coupe de France (9 Août) face au PSG. Depuis mise en quatorzaine de la joueuse avec des risques de ne pas participer le 22 Août au 1/4 de finale face au Bayern de Munich. Une situation qui ne doit pas trop lui poser de problèmes, elle qui croyait venir cette saison en numéro 1 et qui se trouve en numéro X après le revirement négocié par Jean-Michel Aulas, de Sarah Bouhaddi. 

Enfin l’Atletico Madrid, visiblement très COVID-19 a annoncé cinq cas positifs, dont une joueuse malade, le 9 Août 2020 entraînant une suspension de l’entraînement pendant 10 jours et la fermeture du centre d’entraînement des féminines et des jeunes de l’Atleti, le Wanda Aleala de Haneres, pour désinfection. 

La plupart des événements féminins sont annulés (Rallye des Gazelles, compétitions de Golf). Les enjeux financiers n’étant pas si conséquents, la prise de risque se fait sur le sport masculin et le sport féminin est mis en “stand-bye”. Par exemple, la 2e édition Trophée des Championnes 2020 a été annulé pour le football féminin français. Sans médiatisation, le sport féminin va en prendre “un coup” financier et sportif.

“La Covid-19 n’a pas fini de faire parler d’elle dans le sport féminin !”

WOmen's CHampions LEAGUE 2020

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Quesaco pour les 1/4 de la Women’s Champions League qui arrive à grand pas ?

Un tournoi final sec. Une chance pour les équipes inattendues, soit toutes sauf l’Olympique Lyonnais (six titres) et le Vfl Wolfsburg (2 titres et une finale) à l’image de la victoire des Houston Dash aux USA.

Faut-il encore ne pas être touché par le Covid. L’Atletico Madrid, lourdement touché par les détections COVID, puisque chez les hommes qui disputaient leur 1/4 de finale face à Leiptzig, deux cas avaient été déclarés positifs sur 96 personnes testées. 

L’Atletico Madrid féminin devait jouer son 1/4 de finale face à Barcelona, pour un sacré duel. La règle UEFA est assez précise : “Lorsqu’un club n’est pas en mesure d’aligner au moins treize joueurs de la liste A ou qu’il ne dispose d’aucun des gardiens inscrits, l’UEFA peut autoriser la reprogrammation du match dans les délais fixés à l’alinéa I.3.1, pour autant que les autorités nationales/locales procèdent à de nouveaux tests afin qu’un nombre suffisant de joueurs (au moins treize, dont un gardien au minimum) soient en mesure de participer au match.” À titre d’alternative, un club pourra aligner “des joueurs qui n’ont pas été inscrits auprès de l’UEFA”. “. S’il est impossible de reprogrammer le match dans les délais fixés (…), le club qui n’est pas en mesure de jouer sera tenu pour responsable du non-déroulement du match, et l’Instance de contrôle, d’éthique et de discipline de l’UEFA le sanctionnera alors d’une défaite par forfait sur le score de 0-3 “, prévient l’instance.

Avec 13 joueuses et une gardienne, le match se jouera. La question est : avec quelles joueuses ?

La COVID-19 est une relation de confiance entre les joueuses et le club.

Je me demande, si elle pourrait aussi être une source de licenciement si les mesures préventives auraient été bafouées par la joueuse, soumises aux règles des contrats de travail. Dans le cas contraire, pour ce qui touche à la vie privée, il pourrait rester la procédure civile des dommages et intérêts. Peu probable si les effets sont justes matériels ; beaucoup plus si la COVID-19 créée une infirmité chez une joueuse, ou pire, un décès. 

William Commegrain Lesfeminines.fr

 Clubs qualifiés pour les 1/4 de finale WCL 2020 : Glasgow City – Vfl Wolfsburg ; Atletico Madrid – FC Barcelona ; Olympique Lyonnais – Bayern de Munich ; Arsenal Ladies – Paris Saint Germain.