ARBITRAGE, ChaleUR & BANC ! 3 facteurs pour LEVER ou non la COUPE 2020 !

9

Mars 2018

Finale de la 19e Coupe de France féminine de football. Paris Saint Germain – OL

La finale de la Coupe de France, en dehors de se jouer sur la qualité individuelle et collective que produiront les joueuses, pourra se jouer sur des événements extérieurs qui ne seront pas neutres : l’arbitrage -on l’a vu avec la reprise des 1/8e de finale de la Ligue des Champions ; la chaleur et donc le banc des deux équipes ; et le public. Imposant du côté du PSG, là réduit. 

Les évenements : En 2018, Florence Guillemin, avait fait courir Reynald Pedros dès le coup de sifflet final marquant la victoire du PSG et la fin de la série lyonnaise commencée en 2012. Ne vous méprenez pas, ce n’était pas pour l’inviter en vacances !

Il faut dire qu’elle avait refusé le but égalisateur d’Ada Hegerberg pour une faute difficile à trouver. Il faut dire que Reynald Pedros et Jean-Michel Aulas l’avaient harangué pour lui demander de ne pas reprendre le match, interrompu au delà des limites règlementaires (45′) par un orage strasbourgeois. Il faut dire que l’OL était mené, sans solution, par le PSG depuis un exploit de Marie-Antoinette Katoto. Il faut dire qu’on assistait à une revanche parisienne pour la seconde finale opposant, dans la décennie (2010-2020) actuelle les deux clubs. La première en 2014, ayant été remporté, logiquement par l’OL (2-0).

L’arbitrage sera donc sous tension pour cette finale 2020, à considérer comme une “belle”. 

La chaleur ne sera pas neutre pour le gain ou la perte de la rencontre. 31° sont attendus à Auxerre en fin de soirée. Sur un match de 90′, les choses se maitrisent. Qu’en sera-t-il si la rencontre se termine aux tirs au but ? La Coupe de France ne proposant pas de prolongations pour les féminines.  Un moment crucial où la fatigue a une incidence directe puisque la prestation est individuelle.  Dans ce contexte, la gestion et l’apport du banc sera essentiel.

Enfin, le public ne sera pas là. L’Histoire de la Coupe de France nous parle de plus de 10.000 spectateurs habituellement ; là, la jauge sera de 5.000 dont 500 officiels, presse, médias, sécurité, etc. Si l’OL a un public toujours présent ; celui des Ultras du PSG est très chantant. De la 1ère à la 90′. Son absence aura une incidence sur les joueuses. Elles le confessent sans souci. Elles adorent les Ultras du PSG.

 

Victoria Beyer, au sifflet de la finale 2020..

Photographie @FFF

Victoria Beyer, 29 ans. Disponible et sélectionnée pour le plan de professionnalisation 2020-2021, ayant peu sifflée en 2019-2020.

Florence Guillemin (40 ans), au plus haut niveau féminin depuis 2015, avait créé chez les lyonnais et lyonnaises un traumatisme lors de la finale de la Coupe de France féminine 2018 à Strasbourg. 

D’abord pour avoir repris une rencontre arrêtée par un orage en dépassant les limites fixées par les règlements ; ensuite, pour avoir refusé le but égalisateur de l’Olympique Lyonnais dans les dernières secondes de la rencontre, pour une faute discutée d’Ada Hegerberg.

La Coupe était passée à Paris (1-0), mettant fin à une série lyonnaise commencée depuis 2012 et reprise en 2019, (4-0) face au Losc.

Impossible de savoir ce qu’aura été l’influence de la tension subie par l’arbitre dans ces décisions. Jean-Michel Aulas et Reynald Pedros n’ayant pas manqué, pendant la coupure, d’exiger de l’arbitre le report de la rencontre alors que Lyon était mené depuis la 10e (3-1) sur un but de Marie-Antoinette Katoto. 

Victoria Beyer, 29 ans. L’arbitrage n’a pas été neutre pour la reprise de la Ligue des Champions. Qu’en sera-t-il pour cette finale féminine ? 

La FFF a donné le sifflet central à une jeune arbitre, au plus haut niveau depuis 2017. Le site fédéral indique peu de rencontres pratiquées par la licenciée de l’Est de la France (3). En comparaison, Florence Guillemin a un tableau de 25 matches internationaux.

Elle fait partie du plan de professionnalisation des arbitres de la fédération, mis en place pour la saison 2020-2021 de la D1F Arkema, qui impose quatre stages supplémentaires de 3 jours aux quatre arbitres centraux et quatre assistantes sélectionnées et disponibles. 

Elle sera accompagnée par Camille Soriano et Elodie Coppola comme assistantes. Alexandra Collin sera la 4e arbitre. 

Quand on voit les arbitrages des deux arbitres de la Ligue des Champions de vendredi et samedi, on sait que l’arbitrage aura une conséquence sur le résultat. Felix Zwayer a sifflé deux pénaltys très contestables pour l’OL et la Juve, éliminant indirectement les italiens avec le bénéfice du but à l’extérieur pour les lyonnais. Subissant les foudres de l’allemand avec sept cartons jaunes. Les 2/3 du onze lyonnais. On aurait pu y voir une erreur individuelle mais la prestation du turc expérimenté Cuneyt Cakir avec deux pénalties dont un annulé n’a fait que confirmer : le confinement n’a pas seulement touché la prestation des joueurs mais celle aussi des arbitres. 

 L’arbitre aura donc un rôle dans cette finale, à prendre comme une belle de 2014 (gagnée par l’OL), 2018 (gagnée par le PSG. 30

 

“La chaleur et la gestion du banc des deux équipes donneront la Coupe au PSG ou à l’OL”

La chaleur et le banc. le second acteur extérieur qui va avoir sa carte à jouer dans cette finale.

Auxerre fait partie de la vague de chaleur “vigilance orange” (soyez très attentif). L’Yonne touchant la Seine et Marne parisienne, passée sous la couleur rouge par Météo France. 

Il est attendu 31° à 21 heures. Inévitablement, la chaleur aura une incidence sur la finale et la prestation physique des joueuses. Obligeant ou rendant logique les 5 remplacements autorisés par les nouvelles règles du football.

Banc probable OL (sur la base des titulaires 1/2 F face à Guingamp : Gallardo (GK), Bacha, Cayman, Sonbath ; Gunnarsdottir, Julini, Cascarino, Parris, Van de Sanden.

Banc probable PSG sur la base des titulaires face à Bordeaux : Voll (GK), Le Guilly, Formiga, Baltimore, Däbritz, Khelifi, Saevik, Bruun, Bachmann

TEMPERATURE DEGRES 21H AUXERRE

Joueuses sur le banc

LE PUBLIC

 La jauge est connue de tous. 5.000 spectateurs comprenant les officiels. Sur ce plan, l’Abbé Deschamps aura du beau monde avec le Président de la Fédération, Noël le Graet ; Corinne Diacre, sélectionneuse des Bleues et son staff. L’intégralité du staff parisien, avec Nasser Al Khelaïfi, Léonardo et Jean-Claude Blanc. Pour l’Olympique Lyonnais, ce sera Olivier Blanc.

Si les supporters de l’OL sont connus et présents à chaque déplacements ; en terme de puissance, ils ont été dépassés par les Ultras du PSG faisant du club de la capitale, celui qui possède les supporters “les plus footballeurs” de la planète football féminin. Pour l’Ol, ce sont des supporters “ambiance famille” exclusifs féminins ; pour le PSG ce sont des supporters du club qui supportent aussi bien les pros masculins que féminins.

La puissance des chants des Ultras du PSG manqueront aux parisiennes.

 William Commegrain lesfeminines.fr

Finale Coupe de France 2020

Ol – PSG

Finale Coupe de France 2020. Dimanche 9 Août 2020. 21h00. Stade de l’Abbé Deschamps à Auxerre. Jauge maximum des spectateurs, délégués, staffs, médias : 5.000. Retransmission en direct sur Eurosport 2 et France 4.

Groupe de l’OL (10 Coupes de France sur 19)Gardiennes : Bouhaddi, Gallardo. Défenseures : Bacha, Bronze, Buchanan, Cayman, Greenwood, Renard, Sombath. Milieux : Gunnarsdottir, Henry, Julini, Kumagai, Majri, Marozsan
Attaquantes : Cascarino, Le Sommer, Parris, Taylor, van de Sanden

Groupe du PSG (2 coupes de France sur 19) : pas communiqué. Voici le groupe de Bordeaux : GK : Christiane Endler. Charlotte Voll. Défenseurs : Paulina Dudek, Irène Paredes, Perle Morroni, Ashley Lawrence, Le Guilly, Luana, Grace Geyoro, Formiga, Sandy Baltimore, Sara Däbritz, Lea Khelifi, Attaquantes : Karina Sævik, Jordyn Huitema, Signe Bruun, Marie-Antoinette Katoto, Kadidiatou Diani, Ramona Bachmann, Nadia Nadim