L’OL Reign de Farid Benstiti, Shirley Cruz et Jessica Fishlock, trois ex-OL tombent les armes en quart de finale du Tournoi 2020 de la WNSL sans enchanter les téléspectateurs se laissant emporter aux tirs au but (0-0, 3-4) face à Chicago Red Stars, une équipe dont on cherche les qualités offensives mais qui reposent sur des forces défensives dont la gardienne championne du Monde, Alyssa Naeher, et un duel de “centerback” de qualité, composé de Julie Ertz, championne du monde et Sarah Gordon (27 ans) qui, j’espère, a tapé dans l’oeil de quelques recruteurs européens.

Comment expliquer cette défaite, débutée par le premier tir au but de Shirley Cruz hors cadre, pourtant excellente pour l’OL Reign durant ce match ?

Très simplement, on a cherché les autres forces de l’OL Reign et on ne les a pas trouvé. Au four et au moulin, la costaricienne n’a pas trouvé de joueuses à son niveau. Même l’internationale anglaise Jodie Taylor, avant-centre de qualité pour la sélection anglaise, cherche encore les ballons qu’elle a pu tester. Le bilan aura été court du côté de l’OL avec 3 tirs dangereux cadrés. Pas assez suffisant pour mettre en danger le mental et le positionnement de la gardienne des Championnes du Monde 2019.

Un des problèmes de l’équipe de Farid Benstiti a été son côté droit avec une Michelle Jenkins dont a cherché l’impact pendant 85′. A l’inverse, Brooks, au centre de la défense a été une bonne découverte mais tout cela ne fait pas un demi-finaliste de la NWSL.

Il faudra de l’investissement et du travail pour que cette équipe puisse gagner le championnat américain.

De son côté, Chicago Red Star, très faible en attaque, a pourtant eu la meilleure occasion avec Watt qui s’est promenée dans la défense de l’OL Reign suite à un mauvais contrôle de Cook pour penser, un peu trop fort à croiser alors que les buts s’offraient quasiment vide, devant une Murphy, ex-montpelliéraine, qui n’aurait rien pu faire.

L’entêtement de la latérale droite des Red Stars est à l’image de cette équipe. Une Bianca Saint Georges qui ne demande rien à personne, limitée, mais qui ne lâche rien. Chicago a tenu, sans avoir à trop courber le dos, grâce à son axe central fait de Julie Ertz, Sarah Gordon et Alyssa Naeher.

C’est assez peu mais cela a été suffisant contre un OL Reign sans grands moyens offensifs. L’OL Reign, supérieur dans le jeu, sort par la petite porte, avec du travail à mettre en place pour monter de niveau lors du prochain championnat.

William Commegrain Lesféminines.fr