L’internationale Suisse est très peu connue en dehors du football féminin, bloquée par un football national qui n’a jamais réussi à passer les qualifications aux épreuves internationales, sauf en 2015 pour le Mondial au Canada. Sinon, pour les sept autres Mondiaux, la Nati ne s’est jamais qualifiée comme pour les 12 championnats d’Europe et de fait pour les six JO dont la participation dépend de la réussite au Mondial.

Pourtant, suite à un bon parcours au Mondial 2015 (1/8e), quatre équipes européennes doivent jouer des play-offs pour décider qui ira aux JO de Rio après l’Allemagne et la France. Le combat se jouera entre la Suisse, Suède, Pays-Bas et Norvège. Ce sera la Suède qui prendre le ticket pour Rio. Bien lui en a pris puisqu’elle reviendra avec l’Argent Olympique.

Si Ramona Bachmann signe en tant que “star” au PSG, ce n’est donc pas pour sa réussite en Equipe Nationale.

Elles sont d’ailleurs plusieurs à connaître cette situation : Shirley Cruz avec le Costa-Rica qui réussira à l’OL (2 titres européens et 1 finale) et au PSG (2 finales européennes) ; Lara Dickenmann, partenaire suisse qui réussira avec l’OL (2 titres européens et 2 finales) et Wolfsburg (2 finales européennes) ; sans oublier à un degré moindre Pernille Harder, vice-championne d’Europe 2017 mais jamais au Mondial et aux JO avec le Danemark comme Ada Hegerberg avec la Norvège (finaliste Euro 2013), Ballon d’Or France Football et meilleure joueuse UEFA 2018 qui réussi avec l’OL (4 Ligue des Champions).

Elle est reconnue sur le plan international pour ses qualités de battantes, de dribbles et d’efficacité devant le but. Battante avec Chelsea pour pousser son équipe vers un jeu offensif. Dribbles avec des appuis très courts et musclés. Efficacité car elle rate rarement la cible quand elle est en quasi duel avec la gardienne.

29 ans, 1m62, huit années en Suède qui était le championnat payant à cette époque (Umea IK championne deux saisons, Rosengard, championne deux saisons), une année à Wolfsburg comme vice championne. Un départ à Chelsea pour un premier titre après six mois de présence et un second donné suite au confinement en 2020.

Avec Sara Däbritz, internationale allemande, elle vont donner de la vitesse au jeu court parisien dans les 35 derniers mètres. 

Avec cette signature et retour de la jeune gardienne Charlotte Voll (Allemande, 21 ans) auquelle je prédis un grand avenir ; le PSG assure une seconde place européenne et va faire poser des questions à l’Olympique Lyonnais notamment dans leur capacité à contrer un jeu offensif animé, complété, pour le PSG, par Kadidiatou Diani, Nadia Nadim et Marie-Antoinette Katoto.

Avec ces recrutements significatifs pour l’OL et le PSG, la hiérarchie du championnat ne changera pas cette saison. Comme d’habitude, quelques matches vaudront le déplacement. Ils prennent de l’intensité. Notamment les PSG-OL, à la bagarre pour la première place.

William Commegrain Lesfeminines.fr