Le PSG au féminin a des armes à faire valoir. 

Un groupe qui a très peu bougé bien qu’il ait été bousculé à l’exception du départ d’Eve Perisset, une bonne joueuse latérale mais forte seulement d’une vingtaine de sélections. Des sélections gagnées au PSG en quatre ans qu’il faudra renouveler à Bordeaux, dans une saison internationale sans conséquence puisque l’Euro féminin est passé de 2021 à 2022.

Une gestion de départs avec Lina Boussaha, déjà partie en prêt au Losc, maintenant joueuse du Havre, club montant, où elle trouvera les moyens de s’exprimer ; les prêts d’Aminata Diallo en NWSL auprès de la franchise Utah et d’Alana Cook, américaine auprès de l’OL Reign ; le reste du groupe est celui des saisons précédentes dans le cadre d’un cycle de vie encore pertinent.

Irène Paredes, Ashley Lawrence, Grace Geyoro, Formiga, Diani, Katoto, Morroni, Baltimore sont des joueuses présentes depuis plusieurs saisons. Nadia Nadim, Khelify, Dudek, Endler, Dabritz, Luana, Huitema décideront du parcours du PSG. Après une phase d’intégration, performantes, -en créant la différence entre un 2020 tronqué et un 2020-2021 qui peut être riche d’émotions –  et on commencera à compter le nombre de sélections pour s’apercevoir que le total parisien a de quoi postuler à l’Europe.

Dans ce Paris Saint Germain, il faudra voir ce que donneront plus précisément Sara Däbritz, revenue d’une rupture des ligaments croisés. L’internationale allemande doit monter en régime, au même titre que l’internationale canadienne Jordyn Huitema et la jeune française Lea Khelify.

Si ces trois-là mettent le feu, alors le régime parisien va monter. Celles en place vont “up grade” leurs prestations.

Tout est possible à ce groupe qui a déjà pris une Coupe à l’OL (CDF 2018) et en a perdu assez pour avoir l’envie d’une revanche sur l’Histoire. D’autant que la comparaison internationale avec Bordeaux (3e) est nettement en faveur du PSG en nombre de sélections et d’années d’expérience au plus haut niveau. Cristiana Endler (capitaine Chili), Irène Paredes (Capitaine Espagne),

Le PSG devra jouer un niveau plus vite et plus fort pour créer la surprise. Notamment sur un tournoi qui donnera le titre européen. Un truc qui correspond à l’impact d’une Kadidiatou Diani qui a des choses à montrer au PSG et à ses fans.

William Commegrain Lesfeminines.fr

Prochains matches de compétition pour le PSG

  • Coupe de France 1/2 à Bordeaux le 2 Août 2020
  • Coupe d’Europe 1/4 à San Sebastian le 22 Août 2020 contre Arsenal Ladies.