Corinne Diacre, plutôt rare dans les médias en dehors des moments de presse liés aux matches de l’Equipe de France, s’est exprimée sur Europe 1, après avoir signé, Vendredi 6 Juin, sa prorogation de contrat d’une année pour aller jusqu’à l’Euro 2022.

Sans surprise, elle confirme que Noël Le Graët a pris la décision d’arrêter le championnat masculin dans “le cadre de l’intérêt général”, rappelant que “lorsqu’on prend une décision, elle a toujours matière à être critiquée et critiquable”. 

Sur le plan féminin, la plus grande partie des nations fortes européennes ont arrêté leur championnat. La situation est donc moins problématique, même si le championnat allemand de la FlyAlarm Bundesliga a repris depuis le 29 mai et que l’Italie de la Série A fémminile attend la décision.

Ce qui pose un problème pour l’Olympique Lyonnais avec le Bayern de Munich comme futur adversaire en 1/4 de finale ne le pose pas pour les Bleues puisque l’Allemagne et l’Italie ne font pas partie du groupe de l’Euro de qualification des françaises. (Autriche, Macédoine, Serbie, Kazakhstan).

La sélectionneuse devrait retrouver physiquement son équipe “en septembre pour un stage, et surtout deux matchs de qualification contre la Serbie [le 18 septembre] et la Macédoine [le 22 septembre]”, qui étaient déjà prévus et qui sont restés au calendrier des éliminatoires d’Europe.

Sur l’avenir.

A court terme, la première interrogation qui ne doit pas être si forte puisqu’aucune joueuse n’a été touché par le Covid-19  hormis Pauline Peyraud Magnin : “Ce qui est important pour moi et mon staff est de voir comment les filles ont digéré ce confinement, dans quel état physique et psychologique elles vont revenir à la pratique régulière du football. On en saura un petit plus au mois d’août ou au mois de septembre quand on les reverra.” 

Il reste six matches qualificatifs à jouer qui ne devraient pas poser de problèmes particuliers puisque les premiers de chaque groupe sont qualifiés et seuls deux seconds de chaque groupe ne seront pas qualifiés pour l’Euro 2022 (6 au 31 juillet 2022).

Sur le  groupe, àprès la Coupe du Monde 2019 qui s’est arrêtée en 1/4 de finale face aux USA, la vision de la sélectionneuse en poste depuis Septembre 2017 est la suivante : 2021 ne sera pas 2022 avec certitude, “une liste ne se prépare pas deux saisons avant son échéance” et sur l’attente auprès des joueuses “J’ai cette chance aujourd’hui, plus qu’en 2017 quand je suis arrivée, de connaître parfaitement les qualités, notamment individuelles, des joueuses”, souligne-t-elle. Et c’est notamment ce point précis qu’elle va continuer de travaille avec son staff : “amener les qualités de ces joueuses et les mettre vraiment au service du collectif.”

Enfin, la notoriété de Didier Deschamps n’est jamais loin quand on parle d’Equipe de FRance : “Didier regarde de plus en plus le foot féminin. Parfois, il me donne son avis sur certaines choses d’un point de vue tactique, sur certains joueuses. Et je lui donne mon point de vue de l’intérieur”

William Commegrain Lesfeminines.fr

  • source : Europe1.