Cela ne surprendra personne dans le petit milieu du football féminin lorsque l’internationale et capitaine polonaise Katarzyna Kiedrzynek (29 ans) déclare son amour pour les Ultras du PSG. Elle lâche, sous la plume de Stéphane Bianchi du Parisien “Je suis amoureuse à vie des supporters de Paris !”.

L’intégralité de l’article est dans la même veine : “Les supporters sont à jamais dans mon coeur !”. Canal Supporter, spécialisé dans les infos du Paris Saint Germain titre avec “Je me suis jurée d’être toujours là pour les Ultras du PSG”.

Sept ans sous les couleurs parisiennes, venue comme 3e gardienne inconnue en 2013-2014, sans parler un mot de français, prenant la place de Karima Benameur, internationale à ce moment lors de la saison 2014-2015.

Testée en 2014 par Farid Benstiti dans un match essentiel pour le PSG qui jouera l’Europe à un point avec Juvisy ; la voilà qui commet une bévue incroyable au tout début de la rencontre. Un dégagement raté (6e) qui s’offre à Gaetane Thiney et voilà Juvisy potentiellement en Women’s Champions League mettant à mal le projet nouveau du PSG démarré en 2013 !

La suite, c’est du Kiedrzynek. Il reste une minute de match à jouer, le PSG est revenu et mène (1-2) à Bondoufle devant 2.000 spectateurs. Gaetane Thiney qui finira meilleure buteuse et meilleure joueuse de la D1F est en feu et Laure Boulleau du PSG ne sait plus comment l’arrêter. Juvisy vient d’égaliser par Nelly Guilbert (85′, 2-2) sur une passe de la joueuse internationale de 29 ans, au sommet de son art.

L’arbitre siffle un coup franc dans les derniers instants de jeu. La capitaine essonienne prend le ballon. Elle dira plus tard : “veille, j’ai rêvé que je mettais un coup franc en fin de match”. La balle s’élève. Elle va directement plonger en lucarne. Le rêve est prémonitoire ; sauf que la jeune polonaise, pas encore titulaire, étend ses 1m80 comme un chat et la sort d’une main ferme en corner. En un match, elle avait touché l’ombre et fait briller son club dans la lumière en lui confirmant l’Europe.

Katarzyna Kiedrzynek est une jeune femme de 29 ans qui vit sur ce fil. La finale européenne contre l’OL de 2017 est dans cette veine.

C’est évident que cette joueuse a joué par les Ultras du PSG.Au début, 3 gaillards et une fille chantaient. Aujourd’hui, ils sont facilement 3.000 à faire la fête comme si ils étaient au Parc des Princes. Un truc comme cela, n’existe nul part ailleurs. Ces deux-là, Ultras et Kiedrzynek étaient pour se rencontrer et s’aimer.

Les Ultras parisiens ont fait un beau cadeau à leurs joueuses. Elles se sont crues comme des Reines dans des stades souvent vides et réservés aux familles. De vraies joueuses de football.

William Commegrain Lesfeminines.fr