L’excellente arrière droite sous les couleurs de la Suède au Mondial 2019, médaillée de bronze, qui a peu brillé sous les couleurs du PSG depuis deux saisons avec 9 titularisations en D1F en 2019 pour redescendre à 5 dans cette saison coupée de 2020 a signé pour le Bayern de Munich.

Barrée par Eve Perisset et par des choix tactiques défensifs à 3 quelquefois, elle part dans la Bundesliga allemande, dans un club souvent vice-champion comme le PSG mais qui a réussi l’exploit de prendre par deux fois (2015 et 2016) le titre à Wolfsburg, l’Olympique Lyonnais allemand (2013, 2014, 2017, 2018, 2019).

Comme souvent, les joueuses féminines suédoises ne restent pas si longtemps dans les clubs et courent la planète pour exercer un métier à l’étranger. Il est à noter qu’elles sont bien plus fortes avec leur équipe nationale qu’avec leur club.

Elle part en glissant une appréciation peu positive au PSG dès lors qu’elle veut mettre en avant son nouveau club : J’ai choisi de jouer pour le club bavarois parce que c’est l’un des meilleurs clubs du monde et parce qu’ils veulent gagner des titres. C’est une grande motivation pour moi, a déclaré Hanna Glas à SVT Sport. Une phrase typique d’un langage devenu codé qui n’a pas de grandes significations en soi.

William Commegrain Lesfeminines.fr