Noël Le Graet agit en vieux loup de mer. Le Président septuagénaire cale sa décision, et celle du Comex, sur une réalité. Pour lui et sa vision, le Coronavirus est une tempête. Et comme toute tempête, elle est violente, elle fait peur mais elle s’arrête.

Et alors, avec son expérience, il sait que les lendemains de tempête font totalement oublier la tornade subie. Un calme absolu. A croire qu’il ne s’est rien passé. Un seul regret subsiste. Ceux qui ont commis des erreurs pendant cette tempête. L’avenir appartient aux autres.

Il a décidé que lorsque le déconfinement arriverait, le football doit avoir la possibilité de jouer. Marquer à nouveau sa présence. Soit il parie sur une solution sanitaire ; soit il parie sur les limites de l’Etat à supporter ainsi l’économie.

Dans les deux cas, il renvoie la décision future au déconfinement.

L’UEFA a pris une position stricte, menaçant les fédérations stoppant leurs championnats, d’exclusion des compétitions européennes. L’exemple de la Fédération belge qui a déclaré Champion de Belgique le FC Bruges -s’il doit être suivi- le sera en connaissance de cause.

Reste les conditions d’existence des clubs pendant cette période ? Noël le Graet rappelle que les dates de paiement aux clubs nationaux ont été respectés (6, 5 millions d’euros) cette semaine dans le cadre d’un budget de 86 millions qui ne sera soumis à une baisse qu’en proportion des 2,5% prélevés à la LFP, dès lors qu’aucun accord ne soit trouvé avec les diffuseurs qui rechignent à payer le dernier quart (110 millions TTC pour Canal+, une mise en suspension pour Bein).

A mon sens, si les clubs ont développé une gestion managériale de leurs entreprises, tournés vers la performance sportive et avec très peu de réserves financières, participant à l’inflation des salaires et transferts ; la fédération a les reins solides et ne manquera pas d’utiliser la garantie de l’Etat (300 milliards d’euros) pour abonder plus et mieux si nécessaire.

Sur le plan sportif, pour le Président de la Fédération, puisque tempête va passer. Il y aura des montées et des descentes. Après, le contentieux sera certainement sur le nombre de matches à jouer. Une sélection qui sera une cause de remise en cause judiciaire des décisions sportives. Mais cela, fait partie du quotidien d’une fédération. Cela de réglera au cas par cas. Avant le judiciaire, il y a toujours de la négociation.

Le Président a le sens des idées qui font qu’on est élu. Le message est simple “Le football suit le gouvernement”. Voilà le message présidentiel de la fédération. Simple, clair, amical. En cas de difficultés, il s’ouvre une autre porte auprès du gouvernement. On cherche toujours à aider un ami qui a été ton ami.

Noël le Graet. 78 ans. Ca sert l’expérience. C’est certainement utile d’être breton (homme de mer).

William Commegrain Lesfeminines.fr

Le lien pour le communiqué de la FFF (ici)