Pas facile de faire du Cocorico en plein Coronavirus. Super facile de reprendre les informations développées ailleurs. Ce site n’a d’intérêt qu’à la condition de développer un oeil différent, tout en restant sur la réalité des faits.

Et pourtant. La France 2e nation au monde au classement FIFA masculin (lien FIFA) peut s’enorgueillir d’être la première nation de football sur la planète avec sa 3e place au classement mondial féminin (lien FIFA).

Cette vérité ne fera pas une ligne d’intérêt dans un moment pareil avec un football professionnel qui va devoir impérativement se concentrer sur des baisses de salaire. En effet, comme prévu au tout début de l’épidémie, les diffuseurs discutent le paiement de droits pour un contenu qui n’existe pas et une activité qui les a directement impacté sur le plan économique, notamment pour les chaînes payantes dont c’est l’activité principale.

Et pourtant c’est une vérité (extrait du classement FIFA)

classement FIFA

Classement FIFA au 28 mars 2020.

Seules l’Angleterre et le Brésil suivent

Si on regarde sur l’axe féminin, les USA masculin sont au bout de la planète au classement masculin (22e place) quand l’Allemagne a fait un plongeon à la 15e place. Les Pays-Bas, excellent chez les filles, sont 14e comme la Suède (17e).

La Belgique féminine de Janice Cayman est rangée à la 17e place. Une nette amélioration alors qu’elle était plutôt entre la 20e et la 24e place. Ne parlons pas de l’Uruguay, 73e chez les filles.

L’Angleterre est le vrai challenger français. 6e chez les filles et 4e chez les hommes. A la 3e place, on trouve le Brésil (3e) chez les hommes et 8e chez les filles.

Les hommes fluctuants, les filles constantes.

La France peut donc dire qu’elle est la plus forte nation du football mondial.

Avec une excellente période pour les hommes de 1995 à 2007, puis un trou jusqu’en 2015 plongeant à la 25e place et un retour de 2016 à 2019 avec Didier Deschamps.

Une fluctuation moins conséquente pour les féminines de Corinne Diacre puisque depuis la création du classement, elle n’est jamais sortie du Top 10, dans le Top 6 depuis 2011, et cinq fois sur le podium depuis 2014.

Les Bleues, championnes du Monde des matches amicaux.

Une performance qui remet la question centrale des Bleues sur le tapis : comment avoir un tel classement sans jamais avoir dépassé le stade des 1/4 de finale d’une compétition internationale (Mondial, JO, Euro) depuis 2013 ? Un fait qui ne peut que donner raison à ceux qui qualifient les Bleues de “Championne du Monde des matches amicaux”.

Une particularité française qui n’existe pas chez les plus jeunes. Les U20, bronze au Mondial 2014, Argent à celui 2016, 4e en 2018. Euro U19, victoire en 2003, 2010, 2013, 2016, 2019. Championne du Monde U17 en 2012.

L’Euro en 2022 sera peut-être la solution ?

William Commegrain Lesfeminines.fr