Le football féminin est médiatisé. Une place en équipe nationale se joue maintenant dans la performance en championnat, d’autant que la concurrence est bien plus présente et ne fera que s’accentuer. Voilà pour le plan individuel quand au collectif, chaque joueuse de la D1F Arkema a une bonne raison de ne pas rater son match car les équipes ont un enjeu collectif qui commence à se former, dans un championnat court, où un trop mauvais départ occasionne un risque prégnant de perdre le fil de l’élite, pour se retrouver dans une série, qui vous mène à la D2F.

Le football féminin de la D1F Arkema se relance donc Samedi, 5e journée d’un championnat qui en compte 22. Actuellement, dominé par l’Olympique Lyonnais et le Paris Sant Germain, quatre victoires chacune, il est soumis à la question pour les autres équipes qui se combattent pour ne pas figurer dans les deux derniers du championnat.

A cette date, cela reste une présence symbolique mais présence qui n’est jamais appréciée par les filles, sensibles à la question de l’interrogation et du doute, d’autant que le peu de match, en comparaison des compétitions masculines, limite les capacités de faire une série gagnante.

Dans un coeur de championnat très homogène.

La 5e journée.

L’Olympique Lyonnais reçoit le Paris FC. Une équipe juvisienne qui était capable de poser des problèmes dans le passé aux fenottes. Une équipe parisienne qui doit écrire son présent pour inquiéter les lyonnaises et comptera sur le retour de Gaetane Thiney, qui n’a pas joué depuis le 7 septembre, après son rouge et ses deux présences sur le banc des Bleues.

Un élément à prendre en considération pour une joueuse qui n’a pas caché son intention de continuer avec les Bleues à l’orée de ses 34 ans. Si elle est moins sur le terrain avec les Bleues, elle peut jouer sa place en fonction de sa qualité de prestation contre les grosses équipes du championnat. Ce qui est le cas de l’OL.

Fleury est sorti de la ligne rouge après sa première victoire. Fleury est trop récent en D1F pour ne pas se souvenir de sa première saison 2017 où elle avait connu la difficulté de la ligne rouge jusqu’en novembre. Les joueuses essonniennes seront de véritables obstacles aux parisiennes qui ne peuvent pas se permettre de faire un faux pas si elles veulent jouer le titre, face à l’OL. Des parisiennes qui sont parties partout sur la planète pendant la semaine internationale et dont on sait que le banc n’a pas donné satisfaction à Olivier Echouafni, dans le match retour de l’UEFA, face aux modestes portugaises de Braga (0-0).

Soyaux – Montpellier est une affiche habituelle du championnat de France. Soyaux gagne ses matches face à ses adversaires au maintien. Montpellier a beaucoup d’internationales qui jouent aussi leurs places en fonction de leur prestation en club. Montpellier a sa chance pour s’imposer.

Dijon et Reims sont des candidats au combat. Dijon va faire son premier match où les bourguignonnes, bien complétées au mercato, vont devoir prendre leurs premiers points dans un stade qui connait la plus grosse affluence moyenne, hors PSG et OL. Le Stade de Reims semble être une équipe capable de faire des exploits. Le match est assez équilibré.

Marseille et Metz sont aussi deux candidats à la bagarre pour éviter cette ligne rouge. L’Olympique de Marseille doit l’emporter après une sevère défaite à domicile face à Reims (0-3). Le FC Metz a lancé le message que face au gros, les “valises” sont à remettre dans le coffre et ne seront pas de sortie. Il leur reste à prouver que face à des équipes similaires, elles sont capables de réaliser des performances.

Bordeaux-Guingamp. Bordeaux est descendu d’un cran après sa défaite face aux parisiennes (0-3) qui l’éloigne d’un combat à la seconde place qualificative dès lors que l’on applique le scénario qui existe depuis huit ans. Aucune défaite en cours de saison face aux gros pour espèrer jouer la place européenne.

Face à cette performance, difficile à honorer, les bordelaises doivent maintenir la leur pour être disponible en cas de contre performances parisienne ou lyonnaise mais surtout, comme pour Montpellier, réaliser un contenu de qualité pour maintenir des sélections internationales qui font le bonheur des joueuses. Des déplacements et un nouvel environnement médiatique qui ne peut que motiver et dont on sent le manque dès lors que les voyages se font avec d’autres. Guingamp a une équipe jeune, notamment sur le plan défensif. Sa capacité à prendre rapidement de l’expérience sera certainement la clé pour se maintenir en D1F Arkema.

Tous les matches sur le groupe Canal. Samedi 14h30. Affiche dimanche 15h.

William Commegrain Lesfeminines.fr