Qui pourra contester le titre de Championne à l’une des deux vainqueurs de ce premier trophée en jeu ? L’Olympique Lyonnais avec l’ensemble de ses titres porte avec vérité le qualificatif de “championnes”. Le Paris Saint Germain, sept fois second du championnat, une finale de Coupe de France et un titre pris en 2018 à l’OL, n’a pas à rougir si ses supporters ou adversaires leur attribuent le mot “championnes”. 18 points de différences avec son 3e Montpellier en 2019, un gap qui s’est élargi.

L’Olympique Lyonnais et le Paris Saint Germain sont bien les championnes de la D1F Arkema.

Cette sempiternelle rengaine ôte du piment à l’opposition. La victoire de l’Ol sera une confirmation alors que celle du Paris Saint Germain aura le sens nouveau d’une affirmation. Le match donnera sa réponse entre un OL favori, 13 titres de championnes, 8 Coupe de France, 6 Coupes d’Europe pour 2 coupes de France du côté parisien, un challenger pourtant crédible avec ses jeunes joueuses, en âge et talents de bousculer l’expérience lyonnaise, vainqueur en match de préparation, d’une première coupe aux USA.

La saison dernière, le PSG avait réussi à mener en championnat à l’aller sur une erreur lyonnaise (1-0, Wang) pour voir une égalisation rageuse de Wendy Renard dans la foulée (1-1). Le retour avait été signé par un (5-0) lyonnais.

Cette année, Bordeaux vient bousculer les pronostics mais Montpellier pourrait leur préciser, après avoir réussi cette performance en 2017, que la difficulté d’une seconde place se joue sur la durée. Le championnat de France oblige à trois défaites au maximum pour obtenir la seconde place. Cela fait dix neuf victoires à réaliser.

Pas si facile. Pour l’instant les championnes sont sans contestation, les joueuses de l’OL et du PSG.

William Commegrain Lesfeminines.fr