Le Paris FC a trop utilisé la phrase “Je perds mais j’apprends” pour que le changement de joueuses du club parisien ne soit pas interrogateur sur la saison 2020 ? Estelle Cascarino, Ines Jaurena et Charlotte Bilbault, appelée par Corinne Diacre sont parties aux Girondins de Bordeaux, 4e devant le Paris Fc de la dernière saison. Elisa de Almeida, jeune et prometteuse, est allée à Montpellier Hsc

Marina Makenza est allée à Fleury 91, le voisin proche à six kilomètres et dont le recrutement est qualifié “d’intelligent” par les adversaires. Karima Benameur, gardienne titulaire, ex-internationale de l’EDF et Rebecca Quinn, canadienne sur le banc du Mondial sont parties.

Un milieu de titulaires, des jeunes prometteuse en défense parties. Pas si simple.

D’un autre côté, cette phrase si répétée a peut-être aussi été trop portée par les joueuses au départ et aura l’avantage d’être totalement inconnue aux nouvelles, nombreuses, que le Paris FC a pris, d’autant que pour une fois, le club historique de la D1F, est allé chercher de jeunes joueuses étrangères.

Une défense haute en taille. 

Devant les habituelles Julie Soyer, Thea Greboval, la défense sera jeune ou nouvelle. Une grande gardienne d’1m79, taille qui est un critère essentiel dans le haut niveau féminin actuellement avec la suissesse Natascha Honegger (22 ans). En défense centrale une autre grande venue d’Allemagne (1,70), Marith Müller-Prießen présentant une certaine maturité (28 ans), suivie d’une troisième recrue allemande Claire Savin (1m70).

Un milieu de terrain jeune.

La nouveauté va se trouver dans l’expression de son milieu de terrain. Fait de jeunes joueuses, testées les saisons précédentes, sans avoir la position de titulaire et qui là, vont avoir les clés du jeu parisien dans les pieds et la tête, sous l’encadrement d’Annaig Butel (27 ans) et quasiment 27 ans de présence à Juvisy.

Alice Benoit (23 as), Oriane Jean-François (18 ans), Comba Sow (24 ans), Mélanie Carvalho (18 ans), seront aussi entourées de Sophie Vaysse (25 ans)et Eseosa Aigbogun, installées depuis plusieurs saisons au club. Un milieu qui avait besoin de plus de certitudes avec Cindy Ferreira (25 ans) venue en renfort.

Une attaque aux couleurs du Paris FC

Gaetane Thiney (33 ans), Camille Catala (28 ans), Clara Mateo (21 ans), Mathilde Bourdieu (20 ans) sont des joueuses habituées aux couleurs de Juvisy et du Paris FC. Linda Sallstrom, finlandaise, venue la saison dernière a vite trouvé sa vitesse de croisière.

Le Paris FC pourra tout à fait postuler à son objectif si la mayonnaise prend. De nouvelles venues qui adhèrent au plan de jeu de Sandrine Soubeyrand, mais l’inverse est tout aussi exact. Avec les joueuses étrangères, c’est souvent quitte ou double, au moins sur une partie de saison.

C’est le risque pris par le Paris FC international et jeune. Quelle mayonnaise les parisiennes vont-elles jouer ? En sachant que ce championnat de D1F Arkéma est très homogène sur le bas et alors que les observateurs ont trouvé l’équipe cohérente dans son jeu, je pense aux mots de Corinne Diacre quant aux attentes de la D1F, mais sans panache sur les matches de pré-saison pour d’autres.

Au mieux 4, au pire 12. Comme les autres clubs de la D1F. La D1F Arkéma est redoutable dans son ventre, loin d’être mou. Montpellier peut le dire, Saint-Etienne aussi sans parler de Marseille les années précédentes.

William Commegrain Lesfeminines.fr