Une seconde rencontre qui a longtemps cherché son vainqueur, bien que les bleuettes aient fait en sorte d’avoir le temps d’avance qui va bien avec la confiance.

Sandy Baltimore, déjà très présente face à l’Ecosse, utilise sa vitesse et son énergie pour lancer une attaque du milieu de terrain, excentrée et terminer par un superbe tir, volontairement cadrée que la gardienne néerlandaise ne peut que repousser. Idéal pour un second rideau, et la jeune rémoise Naomie FELLER ne ratera pas l’occasion de la pousser au fond des filets.

Nous sommes à la 5′ et l’attaque des Bleuettes, foudroyante dans le début de cet Euro, vient de marquer et mettre un premier pied dans cette demi-finale si importante, puisqu’elle est qualificative pour le Mondial U20 à venir.

Sauf que les jeunes Oranje portent un maillot plein d’espoir. Hors de question pour elles, après un parcours incroyable de leurs aînés dans les deux dernières compétitions, avec un titre de Championne d’Europe en 2019 et une finale mondiale en 2019, d’être le vilain petit canard de cette sélection nationale, devenue une référence européenne et maintenant mondiale avec une 3e au classement FIFA. Partie en 2017, de la 12e place.

Une sélection qui va jouer d’intelligence dans un premier temps avec des attaquantes qui se placent, au premier corner, de l’autre côté des buts de la messine Justine Lerond, sur la ligne de but, pour arriver en plein mouvements et s’essayer à toucher ce ballon qui s’élève, pas assez loin pour arriver au centre.

Si l’innovation ne paye pas, alors les Oranjes reviennent à une de leur base ancienne. Le jeu physique. Une balle qui reste un peu trop longtemps dans la surface des Bleues. Une balle aérienne et Jonna VAN DE VELE s’impose sur Jean-François pour placer un droit qui va fusiller Lerond (7′). Deux minutes auront suffi pour égaliser. Signe de volonté.

Le match sera ensuite une opposition entre deux équipes aux talents complémentaires. Du côté des Bleuettes, de la qualité dans la créativité offensive qui peut faire mal à ses adversaires ; pour les Oranje, un jeu long pour mettre en défaut les Bleuettes dans la profondeur et jouer sur Joelle Smits, internationales néerlandaise, présente à toutes les tranches d’âge.

Il faudra deux gestes brésiliens des Bleuettes pour que le match se transforme en victoire et que les Pays-bas mordent la poussière verte écossaise.

Vicki Becho, un peu moins de 16 ans, s’invente une roulette au milieu de terrain pour l’appuyer d’une passe longue qui trouvera Melvine Malard à l’opposé. La lyonnaise ira chercher sa latérale et par un jeu de feinte “gauche-droite” trouvera le trou de souris qui mettra les françaises devant (85′, 2-1)

L’idée a tellement plu que Naomie Feller fait une Ronaldinho avec une pichnette extérieure pour lancer Malard sur vingt mètres qui jouera la même musique face à sa latérale et enclenchera un second but, là du gauche (93′, 3-1).

Gilles Eyquem pourra lisser sa moustache. Le Bordelais est connaisseur de ces générations. Deux buts de Malard, entrée à la 74′ quand le background de la lyonnaise justifierait de manière classique à une titularisation. Mais, l’homme sait que chez ces jeunes filles, la performance est fluctuante et entrer une joueuse forte en fin de match permet de belles différences. Vicki Becho, 15 ans et pas mal de jours, entrée elle aussi à la 61′, découvre que le jeu de ses aînées est plus qu’à sa portée. Une jeune fille du PSG qui sera à suivre dans le futur proche.

La France finit ce match avec deux gestes brésiliens et une victoire bien réelle (3-1). Bien placée dans ce groupe, elle jouera sa place en demi-finale face à la Norvège, Lundi. En ayant en tête sa qualification au Championnat du Monde 2020, et pourquoi pas, la répétition du cycle vertueux des troupes de Gilles Eyquem : 2010, 2013, 2016. 2019 ?

William Commegrain Lesfeminines.fr

source : footofeminin.fr

Pays-Bas : 1-Daphne van Domselaar ; 2-Lynn Wilms, 3-Lieske Carleer, 4-Lisa Doorn, 5-Janou Levels (17-Naomi Hilhorst 90+2′), 6-Jonna van de Velde (18-Romy Spelman 76′), 8-Marisa Olislagers, 10-Jill Baijings (20-Kerstin Casparij 66′), 7-Romée Leuchter, 9-Joelle Smits, 11-Kirsten van de Westeringh (19-Chasity Grant 66′). Entr.: Jessica Torny

France : 1-Justine Lerond ; 2-Lisa Martinez, 5-Maëlle Lakrar, 4-Emeline Saint-Georges, 13-Manon Revelli, 8-Oriane Jean-François (10-Margaux Le Mouël 75′), 17-Julie Dufour, 6-Carla Polito, 7-Kessya Bussy (20-Vicki Becho 61′), 18-Naomie Feller (19-Lorena Azzaro 90+3′), 11-Sandy Baltimore (9- Melvine Malard 74′). Entr.: Gilles Eyquem

Groupe A

Mardi 16 juillet

  • Norvège – Pays-Bas : 0-5
  • Écosse – France : 1-2

Vendredi 19 juillet

  • Pays-Bas – France 1-3
  • Écosse – Norvège 0-4

Lundi 22 juillet

  • France – Norvège (19h15)
  • Pays-Bas – Écosse (19h15)

Classement

  • 1. France : 6 pts (+3)
  • 2. Pays-Bas : 3 pts (+3)
  • 3. Norvège : 3 pts (-1)
  • 4. Ecosse : 0 pt (-5)

Groupe B

Mardi 16 juillet

  • Espagne – Belgique : 2-0
  • Angleterre – Allemagne : 1-2

Vendredi 19 juillet

  • Angleterre – Espagne 0-1
  • Belgique – Allemagne 0-5

Lundi 22 juillet

  • Allemagne – Espagne (17h00)
  • Belgique – Angleterre (17h00)

Classement

  • 1. Allemagne, 6 pts (+6), qualifiée
  • 2. Espagne : 6 pts (+3), qualifiée
  • 3. Angleterre : 0 pt (-1)
  • 4. Belgique : 0 pt (-7)