La moyenne globale des spectateurs a été de 21.756 pour le Mondial 2019. L’objectif fixé par la FIFA tournait sur une moyenne à 26.000, calculée sur le résultat de Canada 2015. Impossible à atteindre, les matches des Bleues avaient donné au plus bas 6.468 spectateurs (Calais- France-Espagne) et au maximum 22.870 (France-USA, Le Havre) depuis Septembre 2017 pour une moyenne de 12.222 fans sur les 19 matches à domicile.

Sans que cela ne soit la meilleure Coupe du Monde 2019 – ce qui n’est pas une tare – (voir graphique), le Mondial 2019 a fait au mieux en s’approchant du chiffre de la L1 et L2 des neuf stades de la ville hôte. La France a réussi un taux d’occupation de 69% de ses stades de L1 (6) et de 80% pour ceux de Ligue 2 (3). Rappelons qu’en championnat, le moyenne doit être inférieure à 1000 spectateurs, se situant plus près de 800.

Le produit FIFA fait un bel appel d’air pour un match de football féminin. Les Bleues ont joué leur cinq matches de compétition devant une moyenne de 35.592 spectateurs, établissant leur nouveau record au Parc des Princes avec 45.595 fans en 1/4 de finale contre les USA.

Fichier pdf complet. Affluences, match par match et stade par stade avec le taux d’occupation et la comparaison avec la moyenne les chiffres 2019 de la L1 ou L2 des stades concernés.

affluences-World-Cup-2019

Le Mondial 2019 s’est terminé depuis le 7 Juillet au soir. Sortir du Groupama Stadium et prendre le tram en fin de soirée après quelques lignes d’articles de terminées menait à l’évidence. Les fans américains étaient nombreux et nombreuses. A la première discussion, on s’aperçoit vite qu’ils ont fait le voyage en n’oubliant pas de passer par la carte “visite touristique”. Un séjour de plusieurs jours, six pour les personnes avec qui j’échangeais. Arrêt obligatoire sur Paris.

Le Mondial aura été aussi une carte touristique.

Un bon Mondial, sans avoir besoin d’être le meilleur Mondial de l’Histoire (1999).

La FIFA donnait pour chaque rencontre le nombre de spectateurs ayant validé leurs tickets. Sur la base de ce document factuel, il a été assez simple d’en faire le total : 1.131.312 soit une moyenne de 21.756 spectateurs par matches. Une compétition à 24 qui a donné 52 matches et qui ne peut être comparé qu’avec celle de Canada 2015, même nombre d’équipes (26.029) 

Si le chiffre est inférieur, pour autant la performance française est plus que correcte. La Chine de 2007 et les USA de 1999 ne sont pas comparables. L’une pour sa population, l’autre pour la renommée du football féminin. L’Allemagne de 2011 s’est fait au sein d’une population de 90 millions d’habitants avec une équipe allemande qui recevait pour un troisième titre mondial, après celui de 2003 et 2007. Le Canada (2015), avec son voisin, les USA cumulait une population de 350 millions de personnes. La Suède, pour le 2e mondial, avait fait une moyenne de 4.315 spectateurs. La Norvège avait eu le titre.

Graphique du nombre de spectateurs pour les 7 derniers mondiaux.

La France ne pouvait pas donner plus. 

Avec six stades de L1 (Paris, Rennes, Reims, Montpellier, Lyon, Nice) et trois de L2 (Valenciennes, Grenoble, Le Havre) ; le COL ne pouvait pas beaucoup espérer plus. Le chiffre de 1.350.000 spectateurs était inaccessible. D’autant qu’il supposait une moyenne proche de 26.000 fans venus au stade. Un chiffre qui était le record des Bleues en France … à répéter sur 52 matches.

Avec ce chiffre d’1.131.312 fans, on note que les stades de L1 ont été occupés en moyenne à 69% quand ceux de L2 ont atteint le chiffre record de 80% d’occupation. Les places libres pouvaient elles être prises ?

A comparer avec les chiffres d’affluence de ces stades dans le dernier championnat de L1 ou L2 (source LFP), on obtient une performance du football féminin qui est venu quasiment au niveau de l’affluence masculine :

  • Paris avec le PSG occupant le Parc des Princes avec une moyenne de 46.911 spectateurs. La moyenne du Mondial a été de 35.400. Soit un (-25%) qui est le chiffre le plus éloigné. Mais le PSG a une certaine renommée et Paris propose une grande concurrence d’évènements.
  • Rennes se situe à (-20%) pour une moyenne de 18.939 spectateurs. Montpellier a eu un taux d’occupation faible de 44% mais la L1 est au même niveau puisque la différence n’est que de (-1%) par rapport aux hommes. Nice est dans la même configuration (51%) mais le stade est très éloigné de la ville et les hommes ne font qu’un 9% de plus.
  • Lyon et le Stade de Reims ont, au contraire, fait une moyenne plus importance que celle de la L1. Le football féminin a fait un chiffre moyen supérieur de 9% (3 matches) à celle des lyonnais, 3e de la L1 (38 matches) et le Stade de Reims, source originelle de l’Equipe de France féminine, nouveau à venir en D1F, a aussi réalisé un chiffre supérieur de 9% à la L1.

Ce sont les 3 stades de L2 qui ont explosé leurs nombres habituels. La performance de Valenciennes !

  • La palme revient à Valenciennes, avec une moyenne de 20.497 spectateurs. La troisième meilleure moyenne de tous les stades, juste derrière Lyon et Paris ! Un taux d’occupation de 95% et une performance supérieure de 144% à celle habituelle de la L2.
  • Grenoble ressort du Mondial avec une moyenne de 15.833 spectateurs pour un taux d’occupation de de 83% quand Le Havre, est à 73 % d’occupation pour une performance supérieure de 159% au chiffre de la L2 masculine.

Classement des stades 

  • Lyon (L1) moyenne de 53.288 spectateurs. Un +9% par rapport à la L1.
  • Paris (L1), moyenne de 35.400. Un (-25%) par rapport à la L1.
  • Valenciennes (L2), moyenne de 20.497. Un (+144%) par rapport à la L2
  • Rennes (L1), moyenne de 18.939. (-20%) par rapport à la L1.
  • Le Havre (L2), moyenne de 17.471. (+ 159%) par rapport à la L2.
  • Nice (L1), moyenne de 17.380. (-9%) par rapport à la L1.
  • Grenoble (L2), moyenne de 15.833. (+147%) par rapport à la L2.
  • Reims (L1), moyenne de 15.602. (+9%) par rapport à la L1
  • Montpellier (L1), moyenne de 13.749. Assez proche de la L1. Seulement (-1%).

On peut conclure que le Mondial 2019 a fait au mieux en s’approchant réellement du chiffre du championnat de L1 et L2. Sans que cela ne soit la meilleure Coupe du Monde 2019 – ce qui n’est pas une tare -. L’objectif fixé était bien trop élevé, la France a quand même eu une occupation à 69% et 80% ses stades.

En 2018 et 2019, un match de football féminin international en France amenait au plus bas 6.468 spectateurs et au plus haut 22.870 spectateur au stade.

Pour le Mondial, on obtient une moyenne de 21.756 spectateurs sur 52 matches. une affluence minimale de 8.009 spectateurs (Cameroun-Nouvelle Zélande) pour un maximum de 57.900 à Lyon lors de la finale mondiale. La France peut être fière d’un résultat correct. Elle est allée chercher de nouveau clients potentiels.

William Commegrain Lesfeminines.fr

Fichier pdf complet. Affluences, match par match et stade par stade avec le taux d’occupation et la comparaison avec la moyenne les chiffres 2019 de la L1 ou L2 des stades concernés.

affluences-World-Cup-2019