ITW Exclusif de Corinne Diacre au Parisien et à Teléfoot sur TF1 du 7 Juillet 2019. Corinne Diacre s’est-elle pris les pieds dans le tapis  OU a-t-elle subi quelque chose et réglé des comptes? Les comptes twitter lyonnais se lancent, et on voit fleurir #diacredemission dans une période d’Eté plus propice à la dégustation qu’à la floraison de problèmes.

Les lyonnais ne sont pas contents et les fans des Bleues tombent des nues. Il faut dire qu’Eugènie Le Sommer et les lyonnaises sont directement citées dans un milieu où la langue de bois et les règlements de comptes en famille sont les règles.

Les propos de Corinne Diacre.

Au Parisien, elle répond ainsi à la question posée. Fatigue des Lyonnaises, manque d’homogénéité… Comment peut-on expliquer vos lacunes ? On ne peut pas dire qu’on a eu un collectif performant. Ça veut donc dire que nos individualités n’ont pas été performantes. La saison de Lyon a été très longue. On a dû gérer les organismes. Certaines d’entre elles se sont même blessées pendant la préparation. J’ai failli devoir me passer de Mbock et Le Sommer contre la Corée du Sud. Il faut faire avec. Est-ce que toutes ces joueuses ont fait le maximum pour optimiser les temps de récupération ? Il faut que tout le monde se pose les bonnes questions.

Si le support régional à dimension nationale avec l’édition “Aujourd’hui” n’est pas la Mecque sportive des médias écrits, TF1 et son Téléfoot a tout de la messe médiatique. Dans une interview face à face avec Frédéric Calenge, elle sera plus précise : “Ça fait 20 mois qu’elle joue à gauche avec moi, a-t-elle d’abord rappelé. Si on regarde tous les matches de préparation, elle n’a jamais joué dans l’axe. Quand elle a joué dans l’axe avec son club, on ne peut pas dire que c’est là où elle a été le plus performante.” Allant plus loin. “Eugènie, même moi, je lui ai dit : ‘Pourquoi tu restes à gauche ?’ L’idée, ce n’était pas ça. Notre projet de jeu, ce n’était pas çaNotre plan, ce n’était pas ça, a-t-elle insisté. C’est ce qu’elle a fait. Pour quelle raison ? Je pense que l’on en discutera plus tard.”

Le tout paru le 7 Juillet, jour de la finale de la Coupe du Monde 2019 qui se joue à Lyon alors que la coach a été silencieuse depuis le 28 Juin 2019, après l’élimination des Bleues en 1/4 de finale face aux USA. Des mots qui ont eu une résonance conséquente.

Des médias choisis

Les pieds dans le tapis ou un acte totalement réfléchit ? TF1 c’est le diffuseur officiel de la Coupe du Monde en France. La chaîne qui a permis les 10 millions récurrents d’Audimat pour les Bleues et certainement mis ses contacts diffuseurs au service du Mondial pour que les grandes chaînes étrangères s’associent au Mondial. Touchant le chiffre de 25 millions au Brésil.

Pourquoi le Parisien support d’abord régional que national, alors que l’Equipe, exclusivement sportif, a dépêché une équipe incroyable de cinq journalistes au moins sur l’événement avec en prime, la plume de Vincent Duluc, attaché à l’Equipe de France masculine. Certains pensent qu’une interview de Régis Ouvrard, “psychologue du sport”, un peu critique à l’égard de Corinne Diacre et publié le jour même d’un match en serait la raison.

Enfin tout cela n’indique rien de calme au sein des Bleues.

L’Olympique Lyonnais, une institution chez les Bleues.

L’Olympique Lyonnais, c’est Sarah Bouhaddi dans les buts. Wendie Renard capitaine lyonnaise, Griedge MBock et Amel Majri en défense. Amandine Henry la capitaine de l’EDF, Eugènie Le Sommer. Toutes des joueuses d’expériences avec la plus jeune et prometteuse Delphine Cascarino (22 ans) accompagnée d’Emelyne Laurent (20 ans).

Sans oublier de compter son Président, Jean-Michel Aulas, membre du Comex de la FFF. Structure de décision dans la nomination ou l’élimination des sélectionneurs des équipes de France. En général, très pointilleux quand on touche à l’identité lyonnaise.

Lyon, en dehors de ce qu’est l’Olympique Lyonnais (5 titres européens, 13 titres de championnes de France, série en cours pour les deux) pour cette coupe du monde 2019, cela a été :

  • Le nouveau record de spectateurs en France pour un match de football féminin avec 59.700 spectateurs pour USA Pays-Bas.
  • Une moyenne de 53.288 spectateurs pour les trois matches du Mondial, dépassant la moyenne habituelle de l’Ol masculin évaluée à 46.911 selon la LFP en 2018.
  • Un + 14% pour les filles quand les cinq autres Stades de L1 utilisés pour le Mondial (Paris, Rennes, Montpellier, Nice) ont tous fait moins à l’exception de Reims (+9%).
  • Un taux de remplissage à 95%.

Lyon, avec de tels chiffres, impose de la diplomatie.

Lyon-résultat-Coupe du Monde 2019.

Là, il n’y a pas eu diplomatie.

Intervenir le 7 Juillet jour de la finale mondiale lyonnaise. Choisir TF1 et l’émission dominicale. Ne pas choisir l’Equipe. Utiliser le Parisien pour un entretien exclusif qui s’est très bien passé d’après Stéphane Bianchi, rencontré dans les antres du Groupama Stadium le jour de la finale. Le faire au siège de la FFF.

Tout cela a été réfléchi.

La communication est-elle celle d’une sélectionneuse ? 

Oui, si Corinne Diacre a des comptes à régler et qu’elle le fait avec l’assentiment du Président de la Fédération qui s’est engagé pour la prendre et encore plus pour la maintenir jusqu’en 2021.
Soit la communication a débordé. Là, c’est gênant par rapport à la mission demandée à une sélectionneuse.
Dans les deux cas, la situation est complexe et délicate. D’autant que les lyonnaises peuvent très bien réussir leur parcours footballistique en dehors de l’Equipe de France.
D’abord l’environnement n’est pas porteur à ce genre de révélation. Il n’intéresse que les spécialistes du sport et des médias (presse écrite et TV) et leur sentiment est bien différent de celui du grand public et des personnes que la coach a pu rencontrer au marché (information donnée par Corinne Diacre) qui a pardonné aux Bleues un contenu et une performance mitigée.
Ensuite se pose la question de l’intervention de la coach sur le terrain dès lors que la joueuse n’applique pas les consignes ? Pourquoi ne pas l’avoir changé comme d’autres l’ont fait pour des raisons tactiques notamment ? On pense à Sarina Wiegman pour les Pays-Bas avec l’entrée d’Anouk Dekker, et à Jill Ellis avec Lindsey Horan. Des choix en finale mondiale tout de même. Cela fait revenir sur le tapis sa gestion sportive du groupe avec très peu de joueuses utilisées dans le groupe des 23.
Autre interrogation. A bien lire les réponses et écouter son interview auprès de TF1. A aucun moment, elle ne se reconnait une responsabilité précise ? Confirmant même, que si c’était à refaire, elle referait la même chose. Elle donne du crédit à ceux qui qualifie la coach française de personne trop enfermée dans des certitudes.
Trop de suppositions qui comme toutes suppositions sont celles qui restent le plus dans les mémoires, tant qu’une réponse claire n’est pas apportée. N’importe quel professionnel de la communication aurait dû conseiller le silence. En 2012, il y avait eu la même chose avec le groupe de Bruno Bini sans avoir été public. Cela ne s’était pas mieux terminé. Un autre quart et le contrat se terminait avant son terme en 2013. Pourtant, l’équipe de France réalisait, à cette époque et sans le savoir, ses meilleures performances.
Tout cela n’augure pas de la clarté. L’environnement lyonnais n’est pas un élément neutre pour les Bleues. Cela ne va pas simplifier le retour à Clairefontaine pour les premiers matches de qualification à l’Euro 2021.
Les autres s’en fichent. Les américaines, women soccer, vont défiler à New-York. 20.000 supporters ont traversé l’Atlantique en dépensant un bon petit prix. Pas évident qu’on trouve les mêmes choses avec les nouveaux supporters des Bleues. Les Pays-Bas sans championnat sont accueillis en Reines. Les suédoises ont été escortées par des jets militaires pour les saluer.
Toutes n’ont pas manqué de nous dire qu’elles avaient adoré la France avant de partir. Un très beau Mondial.
Et nous, il parait qu’on a fait, comme de bien entendu, la meilleure Coupe du Monde de l’Histoire d’après le Président Infantino – ce qu’il avait dit pour la 7e au Canada et qu’il ne manquera pas de dire à la 9e. Et qu’on va changer la planète du football. “Il y avait avant nous. Puis, il y aura eu la Coupe du Monde 2019 en France !” Vous connaissez le refrain. C’est sûr, c’est sûr, … Nous sommes devenus un exemple pour le Monde.
Le bilan pour l’instant est le suivant. Ca tire dans les Bleues et chacun semble avoir des comptes à régler. Le Mondial est raté comme les autres compétitions passées. Les Bleues ne vont pas aux Jeux. La concurrence européenne en compétition est passée devant nous. Dans un Mondial très bien organisé par le COL (Comité d’organisation Locale), s’il n’y avait pas eu l’audience médiatique (..), on serait plutôt mal.
Et on aura quand même pas mis longtemps pour avoir notre petit lot “d’e****des” public.
A trop regarder devant -sans avancer d’ailleurs-, la France de ces Bleues oublie totalement que l’on peut tout à fait reculer en-deça des quarts. Il y a la place pour.
Beaucoup d’autres équipes l’ont fait avant nous. Angleterre, Suède, Norvège, Japon, Brésil, Italie, etc …
Moi, j’ai une question qui me vient à l’esprit sur l’instant : “Qu’est-ce et qui fout le bordel depuis plusieurs années chez les Bleues ?”
William Commegrain Lesfeminines.fr
Comment on dit football aux USA ? Soccer et Titres. C’est pas mal soccer.