Dans ce Mondial, visiblement les 1/8e sont d’abord faits pour ne pas être perdus. Le jeu féminin cherche son authenticité. Les joueuses ont depuis longtemps dépassé le stade du plaisir à donner. Elles sont là pour passer et comme aucune équipe ne s’est distinguée, chacune sait que le détail pourra faire la victoire ou la défaite.

Au tableau noir, il a du être marqué : “Aucun dépassement de fonction !” sur cette première mi-temps.

Un usage immodéré par le Canada de centres du côté droit qui n’ont trouvé personne quand la Suède, dépourvue d’Asllani prise par Zadorsky et Schmidt, n’a eu comme recours que d’envoyer les flèches suédoises, butant sur l’obstination canadienne. Une défense qui les attend avec la lyonnaise Buchanan ou une Chapmann, tonique et très rapide.

L’animation du jeu est double du côté canadien. Schmidt pour la relance, Sinclair pour l’offensif alors que la Suède compte sur Seger pour trouver la faille et servir ses flèches.

La vitesse de la Suède va être contrée par la tactique canadienne et surtout son physique. Blackstenius s’essaie mais Zadorsky ne lui lâche pas un centimètre (3′). Caroline Seger voit bien lex-montpelliéraine démarquée dans la surface sur une balle récupérée haute, mais c’est la lyonnaise Buchanan qui s’interpose (10′). Sofia Jakobsson, là encore de Montpellier, s’envole deux fois (18′ et 33′) mais elle bute sur une Chapmann, petite mais très rapide qui va chercher un tacle impossible.

En face, la tactique canadienne réussit à se placer. Christine Sinclair, future meilleure buteuse mondiale (182), joue en dix. Elle lance Jennie Beckie par deux fois (13′, 14′) sans trouver l’ouverture. Glas bloque les montées, quitte à donner des corners. Ils se compteront en nombre de trois dans les 14′ de jeu mais ne donneront rien. Si regrets canadiens il peut y avoir, ce sera sur le côté droit avec quatre perforations pour des centres mal restitués.

Au final, les deux équipes n’auront jamais inquiétés les deux gardiennes dans ce premier acte. Elles auront appliqués le plan devenu habituel de ce Mondial. “Ne pas faire d’erreurs et attendre l’erreur de l’autre.” 

Un second acte jaune, Kosovare arrive à jouer.

Enfin, Kosovare Asllani, double meilleure joueuse de la Suède dans le Mondial 2019, arrive à se libérer du marquage adverse, pointe une perforation pour trouver, d’un superbe extérieur, Blackstenius qui ouvre la marque (1-0, 55′) et marque son premier but du tournoi.

Le Canada perd la tête et peut-être le match avec ce pénalty tiré par Beckie en coin que Lindahl va superbement chercher (68′). La VAR ayant justement vu une main dans la surface de l’ex-joueuse du PSG.

Il n’en faudra pas plus pour voir les flèches suédoises jouer leur va-tout. De la vitesse, elles passent des deux côtés avec une énergie incroyable pour marquer ce 2e but libérateur. Blackstenius à gauche s’infiltre face à Lawrence. Même Rubensson pousse et prend de la vitesse dans la surface. Le temps fort de la Suède est là. Pour l’instant sans résultat, si ce n’est toujours ce (1-0) à tenir ou à aggraver?

Les canadiennes pourraient être esseulées dans ce territoire d’Europe. Pourtant le Parc chante “Canada, Canada”. A croire que nous allons nous pacser avec le Québec, nos cousins canadiens. Le Pays au 37.000 lacs est à deux doigts de couler quand l’arbitre siffle un pénalty logique sur un fauchage de Blacksténius, intenable. Un hors jeu salvateur lui sera rappelé par la VAR.

Toujours (1-0) mais toujours du feu jaune qui fait passer le Canada à l’orange. D’abord une tête qui est contrée et boxée par Labbé puis une reprise de volée d’Asllani qui part plein cadre (85′).

Le Canada pourra regretter que Caroline Sinclair n’ait pas décidé de tirer le pénalty. Incompréhensible quand on connait la responsabilité d’un capitaine, buteuse là, et super buteuse puisqu’à deux unités de battre le record mondial. Les partenaires de Ashley lawrence essayeront bien mais la fatigue et la précipitation ne donnera que des tirs décollés. Très décollés.

Une dernière action de Jakobsson qui dépose Zadorsky montrera la puissance suédoise de ce soir. Asllani à deux doigts de marquer, bloquée par Sophie Schmidt, à bout de souffle.

La Suède rencontrera l’Allemagne au Roazhen Park, samedi pour un 1/4 qui sera la revanche des JO de Rio 2016

William Commegrain Lesfeminines.fr

Mondial 2019. 1/8e de finale SUEDE (1-0) CANADA. Parc des Princes, Paris. Arbitres : Kate JACEWICZ (Aus). Assistantes : NESBITT (USA), MARISCAL (USA). VAR : Jose Maria SANCHEZ (Esp). 38.078 spectateurs. Cartons jaunes : Rolfö (45′), Asllani (68′), Bachanan

  • 55′ (1-0) Blackstenius ouvre la marque sur un service d’Asllani.

Suède : Lindahl – Glas, Fischer, Sembrant, Eriksson – Rubensson (Bjorn, 79′), Asllani, Seger (cap) – Jakobsson, Blackstenius (90’+1 Anvegard), Rolfö (89′ Hurtig). Coach : Peter Gerhardsson.

Canada : Labbé – Lawrence, Buchanan, Zadorsky, Chapman (84′, Riviere) – Prince (65′, Leon), Scott, Schmidt, Beckie (84′, Quinn)- Sinclair (cap), Fleming. Coach Kenneth Heiner-Moller.