Le groupe C a surpris. Les Azzure (15e FIFA) réalisent l’exploit de ce groupe en prenant la 1er place de leur groupe devant l’Australie (6e) et le Brésil (10e). un bel exploit pour des italiennes qui n’étaient plus venues à un Mondial depuis 1999 et face à deux équipes, présentes dans la hiérarchie internationale du football féminin. Une première place assurée grâce à la victoire sur la Jamaïque et l’Australie qui leur permet d’espérer un 1/4 potentiel puisque pour les 1/8e, elle aura affaire soit au Nigéria, soit à la Chine -plus vraisemblable-, soit au Chili.

Bien utile de les avoir rencontré au 1er tour quand on voit la progression de l’Australie, auto-dépendante néanmoins de la forme de Sam Kerr, réalisatrice de l’exploit d’un quadruplé contre la Jamaïque hier soir, la plaçant co-leader des buteuses de la Coupe du Monde 2019 avec Alex Morgan, l’américaine aux 5 buts contre la Thaïlande.

Les Matildas reviennent forts dans ce Mondial, avec deux victoires consécutives (Brésil et Jamaïque) dont la première a été assurée après avoir été menées (0-2). Elles rencontreront la Norvège en tant que second du groupe C (22 Juin)

Une seconde place de groupe qui s’est jouée sur un fil. Il fallait un 4e but australien pour qu’elle prenne la 2e au Brésil, vainqueur au même moment de l’Italie (0-1), et incapable de marquer autrement que sur pénalty dans cette rencontre.

Une erreur de la gardienne jamaïcaine qui aura eu un impact fort pour les Bleues. Elle se faisait chiper la balle à la 83′ sur un mauvais contrôle, envoyant le Brésil face à la France pour un 1/8e qui sera complet au Havre, dimanche soir.

Un Brésil historique avec l’exploit de Marta, devenue la plus grande buteuse des Coupes du monde, homme et femme confondus, avec 17 buts pour cinq Coupes du Monde, naviguant actuellement entre “passé et présent”.

Les Auriverdes avec un jeu étincelant sur le plan offensif, mais trop intermittent. Des faiblesses défensives évidentes qui vont permettre au jeu offensif des Bleues, en quête de confiance et d’efficacité (3 buts de la défenseur Wendie Renard sur sept), de se tester sur le premier match couperet que le tableau du Mondial lui propose.

Un match qui sera regardé, d’abord en France avec une moyenne supérieure à 10 millions d’audimat pour les 3 matches de groupe des Bleues mais aussi au Brésil quand vous savez que le premier match de groupe des Auriverdes a été vu par 22 millions de Brésiliens, diffusé juste avant la Copa America qu’ils organisent.

Un Brésil dont il faudra éviter les coup francs dans les 20 mètres français. En général, au pire, c’est la transversale.

William Commegrain Lesfeminines.fr